Une preuve d’évolution – Chapitre 2 à Epicure

Epicure à l’écoute : Semiramis Garden Je me demandais, l’œil dans le viseur, quels dieux auraient eu le temps, occupés jours et nuits à infecter la vie des hommes, de s’employer à l’architecture de ce qui est présenté plus bas, à moins que ceux-ci, comme le soutenait Epicure, n’interviendraient en aucun cas dans la vie des hommes. Lucrèce reprendra ce postulat (De rerum natura), et bien plus tard, vous excuserez le raccourcit, par Nietzsche (L’Antéchrist). … J’éternue haut et fort comme il se doit dans la nature … Quelques pollens espiègles me firent sûrement une niche. « Athée souhait ! » entendis-je au… Suite – Continue reading

Une preuve d’évolution – Chapitre 1 à Darwin

évolution à l’écoute : L’attente à la gare La botanique est l’étude d’un oisif et paresseux solitaire. Il se promène, il erre librement d’un objet à l’autre, il fait la revue de chaque fleur avec intérêt et curiosité, et sitôt qu’il commence à saisir les lois de leur structure, il a à les observer un plaisir sans peine aussi vif que s’il lui en coûtait beaucoup.                         Les rêveries du promeneur solitaire. J. J. Rousseau. 1782.        Quand je pense à mes adorables orchidées, […..], il me semble incroyablement monstrueux de regarder une… Suite – Continue reading