Douarnenez : Tri Martolod jusqu’à la Nuit

Douarnenez

à l’écoute :
ComGris
 
 


Tri Martolod

Trois jeunes marins

« Tri martolod yaouank… la la la…
Tri martolod yaouank o voned da veajiñ (bis)

O voned da veajiñ, gê!
O voned da veajiñ (bis)

Gant ‘n avel bet kaset… la la la…
Gant ‘n avel bet kaset betek an Douar Nevez (bis)

Betek an Douar Nevez, gê!
Betek an Douar Nevez (bis)

E-kichen mein ar veilh… la la la…
E-kichen mein ar veilh o deus mouilhet o eorioù (bis)

O deus mouilhet o eorioù, gê!
O deus mouilhet o eorioù (bis)

Hag e-barzh ar veilh-se… la la la…
Hag e-barzh ar veilh-se e oa ur servijourez (bis)

E oa ur servijourez, gê!
E oa ur servijourez (bis)

Hag e c’houlenn ganin… la la la…
Hag e c’houlenn ganin pelec’h ‘n eus graet konesañs (bis)

Pelec’h ‘n eus graet konesañs, gê!
Pelec’h ‘n eus graet konesañs (bis)

E Naoned er marc’had… la la la…
E Naoned er marc’had hor boa choazet ur walenn (bis)

Hor boa choazet ur walenn, gê
Hor boa choazet ur walenn (bis) »

Trois jeunes marins (tra la la, la la la la)
Trois jeunes marins s’en allant voyager
Trois jeunes marins (tra la la, la la la la)
Trois jeunes marins s’en allant voyager
S’en allant voyager, s’en allant voyager (bis)

Le vent les a poussé (tra la la, la la la la)
Le vent les a poussé jusqu’en Terre-Neuve
Le vent les a poussé (tra la la, la la la la)
Le vent les a poussé jusqu’en Terre-Neuve
Jusqu’en Terre-Neuve, jusqu’en Terre-Neuve (bis)

A côté de la pierre du moulin (tra la la, la la la la)
A côté de la pierre du moulin ils ont jeté l’ancre
A côté de la pierre du moulin (tra la la, la la la la)
A côté de la pierre du moulin ils ont jeté l’ancre
Ils ont jeté l’ancre, ils ont jeté l’ancre (bis)

Et dans ce moulin (tra la la, la la la la)
Et dans ce moulin il y avait une servante
Et dans ce moulin (tra la la, la la la la)
Et dans ce moulin il y avait une servante

Où avons-nous fait connaissance, où avons-nous fait
connaissance
Où avons-nous fait connaissance, où avons-nous fait
connaissance

À Nantes au marché (tra la la, la la la la)
À Nantes au marché nous avions choisi un anneau
À Nantes au marché (tra la la, la la la la)
À Nantes au marché nous avions choisi un anneau


Une ancienne version, nommée An tri-ugent martolod (Les soixante marins) est recensée par Polig Monjarret dans sa collection d’airs de biniou bras et chantée par sa femme Zaïg sur un disque sorti chez Mouez Breiz, accompagnée de Gérard Pondaven à l’accordéon.
Le premier groupe à réinterpréter la chanson est An Namnediz (Tugdual Kalvez, Gwenola, Henri Landreau, Luc Thénaud) sur le disque Sevel E

Alan Stivell

Vouezh, premier groupe de folk-song breton au début des années 1960 (guitares, basse, banjo, violon, flûtes, guimbardes, harmonica), et le premier à utiliser un instrument électrifié.
L’interprétation restée mythique est celle d’Alan Stivell lors de son concert à l’Olympia en 1972, enregistrée sur l’album live À l’Olympia et sur un 45 tours sorti quelques mois avant (avec The King of the Fairies).

À la suite d’Alan Stivell mais avec un arrangement différent, les Tri Yann vont l’enregistrer sur leur premier disque, Tri Yann an Naoned (« Les trois Jeans de Nantes »), sorti fin 1972.

La source et la suite >>>>>



   Signaler un problème – Report a problem        

Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez Douarnenez

Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. Monsieur, je voulais vous féliciter pour les photos de cette ville que je connais bien. Outre l’aspect technique irréprochable, il y a dans cette narration photographique quelque chose qui va droit au cœur comme si votre histoire se mêlait aux images. C’est étrange, beau et à la fois déroutant.
    Bravo !

  2. Myriam Benharroch

    hello Frank,
    tes photos sont superbes, je craque sur celles où les mâts se mêlent, les cordes s’entremêlent, il y a une vie incroyable, une vitalité débordante et heureuse, dans celle des brochettes de poissons, on croit voir des visages, c’est fantastique ! Je vais les envoyer à une amie qui revient du festival des vieilles charrues
    L’une des photos m’évoque d’heureux souvenirs en plus !
    que du bonheur
    bise

  3. emmanuelle grangé

    ça sent très beau !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.