Faron, Far-Ombre : une série Noire & Blanche pluvieuse et jubilatoire

Reading Time: 2 minutes

Faron

Faron
Aujourd’hui, le Mont-Faron demeure dans les nuages et la pluie.
Une aubaine pour photographier de fantomatiques formes arborescentes.
Des branchages qui paraissent harper le blanc sombre des cumulus éthérés qui s’alanguissent, ruisselants sur les falaises calcaires à 584m au-dessus de Toulon
Durant l’antiquité et pendant une partie du Moyen-Age, ce sont les chênes verts (Quercus ilex) qui prédominaient sur cette montagne.
On y exploitait le Kermes vermilio, une variété de cochenilles, dont on extrayait une teinture de couleur rouge.
De nos jours, ce colorant est référencé «E120» dans l’industrie alimentaire.  
L’avènement de la cochenille ( vers 1500 ) mit fin à cette production, laissant place à la dominance d’une espèce «parasite» : le pin et son incroyable graphisme aérien. C’est la résultante d’une combinaison de plusieurs facteurs qui se sont successivement enchaînés : une désertification partielle due au manque d’entretien des sous-bois, un pâturage excessif favorisant l’érosion des sols et de nombreux incendies. Conséquemment (certains.es diraient «du coup»), ce sont les pins qui, actuellement, dominent sur la montagne Toulonnaise.

Téléphérique du Mont-Faron

Le téléphérique du Mont-Faron pour y accéder facilement.

Que ce soient le Pinus pinaster, le Pinus pinea (et ses succulents pignons),  le Pinus nigra et le Pinus halepensis, pour ne citer qu’eux, ils possèdent dans la ramure une apparente calligraphie, comme tracée par la plume d’un écrivain géant ou encore un historien, qui nous conterait la géologie et la météorologie du lieu.
Les serviteurs d’Éole impriment aux arbres d’étranges courbures.
Non loin de là, sur la Côte d’Azur, il y a des pins dominés par les vents qui, même plus que centenaires, ne dépassent pas les deux mètres de hauteur.
Il y a dans les crêtes en  lapiaz des calcaires barrémiens  des arbres qui poussent à la mode des bonsaïs. 
Toute une nature qui se plait à nous raconter son histoire pourvu que l’on soit un tantinet attentif  et irraisonnablement curieux… 

 
   Signaler un problème – Report a problem   
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Jenny Quadri Guillard

    Un bel hommage aux pins, aux chênes et même à la cochenille “rouge”. merci de nous “raconter” Toulon.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *