La lande, la mer et l’Ankou

Reading Time: 4 minutes

Last Updated on 9 mai 2024 by Frank César LOVISOLO

ankou
à l’écoute :
ComGris

On dit de l’Ankou…

…qu’il parcourt la Lande dans son «karrigell» à l’essieu grinçant. On dit qu’il vient cueillir les âmes des défunts récents.

On le dit très grand, décharné, couvert d’une pèlerine noire, ses cheveux longs et blancs dépassent d’un large couvre-chef et ses yeux sont deux abysses noirs où se consument à jamais deux infimes chandelles.

On dit que sur la côte il vient en «bag noz» pour conduire les trépassés sur les rives d’un autre au-delà.
On dit qu’il habite un domaine dans les monts d’Arrée, que je ne connais pas.
Sur la Lande, j’espérai le rencontrer l’Ankou, non point pour qu’il emmène mon âme, mais pour qu’il me parle des vivants.

Après avoir côtoyé autant d’âmes et ouï tant d’histoires, il me paraissait indéniable qu’il connut les dénouements des histoires et, par-dessus tout, à celle que je trimbalai cruellement sur la Lande.

J’attendais, errant infiniment de chemins en sentiers, tendant l’oreille à l’improbable musique de ses roues branlantes.

Il n’en fut rien. Le squelettique ne vint jamais m’abandonnant aux vents et aux embruns.

Et toi, mon âme, si lointaine sur ces îles, là où vivent d’autres dieux?

Ha, oui:

«Souvent femme varie, bien fol est qui s’y fie !»

( Sacré François )

Anatole Le Braz
La Légende de la mort en Basse-Bretagne
Honoré Champion,  (p. 57-104).
Il est l’ouvrier de la mort (oberour ar maro).

 

Le dernier mort de l’année, dans chaque paroisse, devient l’Ankou de cette paroisse pour l’année suivante.

On dépeint l’Ankou, tantôt comme un homme très grand et très maigre, les cheveux longs et blancs, la figure ombragée d’un large feutre ; tantôt sous la forme d’un squelette drapé d’un linceul[2], et dont la tête vire sans cesse au haut de la colonne vertébrale, ainsi qu’une girouette autour de sa tige de fer, afin qu’il puisse embrasser d’un seul coup d’œil toute la région qu’il a mission de parcourir[3].

Dans l’un et l’autre cas, il tient à la main une faux. Celle-ci diffère des faux ordinaires, en ce qu’elle a le tranchant tourné en dehors. Aussi l’Ankou ne la ramène-t-il pas à lui, quand il fauche ; contrairement à ce que font les faucheurs de foin et les moissonneurs de blé, il la lance en avant.

Le char de l’Ankou (karrik ou karriguel ann Ankou est fait à peu près comme les charrettes dans lesquelles on transportait autrefois les morts[4].

Il est traîné d’ordinaire par deux chevaux attelés en flèche. Celui de devant est maigre, efflanqué, se tient à peine sur ses jambes. Celui du limon est gras, a le poil luisant, est franc du collier.

L’Ankou se tient debout dans la charrette.

Il est escorté de deux compagnons, qui tous deux cheminent à pied. L’un conduit par la bride le cheval de tête. L’autre a pour fonction d’ouvrir les barrières des champs ou des cours et les portes des maisons. C’est lui aussi qui empile dans la charrette les morts que l’Ankou a fauchés[5].

L’Ankou se sert d’un ossement humain pour aiguiser sa faux.

Quelquefois il en fait redresser le fer par les forgerons qui, sous prétexte d’ouvrage pressé, ne craignent pas de tenir leur feu allumé, le samedi soir, après minuit.

Mais le forgeron qui a travaillé pour l’Ankou ne travaille plus ensuite pour personne.

L’Ankou a deux pourvoyeuses principales qui sont :

1o La Peste (ar Vossen) ;

2o La Disette (ar Gernès, c’est-à-dire la Cherté).

Ankou

XIV

Autrefois, il en avait une troisième : la Gabelle (ann Deok holen, le droit du sel). Mais celle-ci, la duchesse Anne en a purgé le monde.

La duchesse Anne demeurait au château du Korrec, en Kerfot. Un jour, son mari lui dit :

— La réunion des États va avoir lieu, il faut que je m’y rende.

— Prenez garde à ce que vous y ferez. Surtout, n’imposez pas de nouvelles charges à la Bretagne.

— Non, non.

Il partit, assista aux États, puis s’en revint à son manoir.

— Eh bien ? lui demanda la duchesse.

— Heu ! répondit-il, j’ai dû consentir à l’imposition de la gabelle.

— Ah !

Sans rien ajouter, la duchesse passa à la cuisine et glissa quelques mots dans l’oreille de la servante qui faisait cuire de la bouillie pour le repas de son maître.

Peu d’instants après, la servante servait la bouillie toute chaude. Le mari de la duchesse y planta la cuillère.

— Pouah ! s’écria-t-il aussitôt, on a oublié d’y mettre du sel !

— Hé ! répondit la duchesse, d’un ton goguenard, qu’importe !

— Cette bouillie est exécrable, vous dis-je.

— Il faudra cependant que vous la mangiez telle quelle. Vous devez l’exemple à nos paysans. Vous les privez de sel. Privez-vous-en vous-même.

— J’entends qu’on sale mes aliments !

— Abolissez donc la gabelle.

— Je ne le puis. J’ai juré d’aider à la maintenir, tant que je vivrai.

— Tant que vous vivrez ?

— Certes.

— Oh ! bien, ce ne sera donc pas pour longtemps ! fit la duchesse Anne, et, prenant sur la table un couteau à lame effilée, elle le plongea dans le cœur de son mari. Puis elle ordonna à un de ses domestiques d’aller annoncer partout que la Gabelle était morte.

Les nobles protestèrent :

— Votre mari, dirent-ils, avait cependant juré de maintenir la gabelle, tant qu’il vivrait.

— Oui, répondit la duchesse Anne, mais il est mort, et avec lui nous allons enterrer la Gabelle.

Depuis lors, en effet, on n’a plus jamais entendu parler de ce fléau du monde.


  Signaler un problème – Report a problem  

Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. emmanuelle grangé

    beautés ! (enter)

  2. hello Frank,
    j’adore celle qui ressemble à un amphithéâtre pris en plongée
    superbe !
    bise

  3. Belles photos nimbées de mystère et habitées par la passion de cette nature sauvage!Si tu n’as pas rencontré l’Ankou, tu t’es au moins rencontré toi une fois de plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.