Molier Amicta Solier

Reading Time: 5 minutes
Composition pour séquence et orchestre. (1998-1999)
une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil – une femme enveloppée du soleil –
audio ogg=”http://frank-lovisolo.fr/cat/ogg/Molier Amicta Solier EQ 2019.ogg” audio mp3=”http://frank-lovisolo.fr/cat/m3p/Molier Amicta Solier EQ 2019.mp3″ width=”1024″ height=”40″ autoplay=”true” preload=”true”

Pour une peinture et un texte :

Traditionnellement ce texte est attribué à Jean, certes mais lequel ? L’Apôtre, Le Presbytre ? (Nous serons ici sensible à l’orthographe et n’omettrons point le “y” et les jeux de mots douteux)

Les récentes recherche permettent d’affirmer que l’auteur du texte de l’Apocalypse est inconnu.  Il se décrit comme résidant sur l’île de Patmos « à cause de la Parole de Dieu et du témoignage de Jésus », ce qui est généralement interprété comme un exil forcé suite à ce qu’on appellerait aujourd’hui un « délit d’opinion ». L’auteur a vraisemblablement été un personnage important des communautés judéo-chrétiennes d’Asie Mineure aux sept Églises auxquelles il s’adresse et dont le texte peut laisser penser qu’il était un prophète itinérant, peut-être néanmoins singularisé des autres prophètes par une certaine autorité.

Dans les littératures juives et chrétiennes, le genre de ces écrits se définit par certaines relations entre leur forme, leur contenu et leur fonction sans qu’ils appartiennent pour autant à un mouvement ou un milieu particuliers. Ils ne témoignent d’aucun courant théologique spécifique et peuvent véhiculer des idéologies très éloignées, voire opposées et, s’ils présentent une grande diversité, ont néanmoins en commun un goût prononcé pour l’allégorie ainsi que pour le symbolisme.

La suite >>>>>

220px William Blake by Thomas Phillips

Le grand dragon rouge et la bête de la mer - une femme enveloppée du soleil

Le grand dragon rouge et la bête de la mer – Aquarelle  40,1 × 35,6 cm.
Conservée à la National Gallery of Art.

Quant à la peinture elle vient de l’étrange production de l’anglais William Blake : une série de quatre aquarelles réalisées par le poète et peintre anglais William Blake qui fut chargé de créer plus d’une centaine de peintures pour illustrer des livres de la Bible. En particulier, cette tétralogie s’appuie sur la description du Grand Dragon Rouge de l’Apocalypse.

« Puis un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c’était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté. » 
Révélation, XII: 1-4 )

« Puis j’ai vu une autre bête s’élever de la terre, qui avait deux cornes, semblables à celles d’un agneau, mais qui parlait comme un dragon. Il exerce tout le pouvoir de la première bête en sa présence et force la terre et ses habitants à adorer la première bête, dont la blessure mortelle a été guérie. Il a fait de grandes merveilles, faisant même descendre le feu du ciel sur terre devant les hommes.
Au moyen de ces merveilles, qu’elle a été autorisée à accomplir en présence de la bête, elle a séduit les habitants de la terre en leur disant d’ériger une statue de la bête qui avait été blessée par l’épée mais qui s’était rétablie. Elle était également autorisée à animer la statue de la bête pour que cette statue parle même et puisse faire mettre à mort tous ceux qui n’adoraient pas la statue de la bête.
Il a fait tout le monde, petits et grands, riches et pauvres, libres et esclaves ont reçu une marque sur la main droite et le front; et que personne ne pouvait acheter ou vendre sans avoir une telle marque, c’est-à-dire le nom de la bête ou le numéro de son nom. Voici la sagesse. Ceux qui ont l’intelligence calculent le nombre de la bête: il représente le nom d’un homme.
Et ce chiffre est de six cent soixante-six.» 
( Révélation, XIII: 11-18 )
 
Finalement ça vaut bien un Stepen King !
Autre article : Babylone 

Apocalypse 12

1. Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.
Le grand dragon rouge et une femme enveloppée du soleil (1805) William Blake

William Blake Le grand dragon rouge et une femme enveloppée du soleil 
(1805) Aquarelle  40cm x 32,5cm (National Gallery of Art).

2. Elle était enceinte, et elle criait, étant en travail et dans les douleurs de l’enfantement.
3. Un autre signe parut encore dans le ciel ; et voici, c’était un grand dragon rouge, ayant sept têtes et dix cornes, et sur ses têtes sept diadèmes.
4. Sa queue entraînait le tiers des étoiles du ciel, et les jetait sur la terre. Le dragon se tint devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer son enfant, lorsqu’elle aurait enfanté.
5. Elle enfanta un fils, qui doit paître toutes les nations avec une verge de fer. Et son enfant fut enlevé vers Dieu et vers son trône.
6. Et la femme s’enfuit dans le désert, où elle avait un lieu préparé par Dieu, afin qu’elle y fût nourrie pendant mille deux cent soixante jours.
7. Et il y eut guerre dans le ciel. Michel et ses anges combattirent contre le dragon. Et le dragon et ses anges combattirent,
8. mais ils ne furent pas les plus forts, et leur place ne fut plus trouvée dans le ciel.
9. Et il fut précipité, le grand dragon, le serpent ancien, appelé le diable et Satan, celui qui séduit toute la terre, il fut précipité sur la terre, et ses anges furent précipités avec lui.
10. Et j’entendis dans le ciel une voix forte qui disait : Maintenant le salut est arrivé, et la puissance, et le règne de notre Dieu, et l’autorité de son Christ ; car il a été précipité, l’accusateur de nos frères, celui qui les accusait devant notre Dieu jour et nuit.
11. Ils l’ont vaincu à cause du sang de l’agneau et à cause de la parole de leur témoignage, et ils n’ont pas aimé leur vie jusqu’à craindre la mort.
12. C’est pourquoi réjouissez-vous, cieux, et vous qui habitez dans les cieux. Malheur à la terre et à la mer ! car le diable est descendu vers vous, animé d’une grande colère, sachant qu’il a peu de temps.
13. Quand le dragon vit qu’il avait été précipité sur la terre, il poursuivit la femme qui avait enfanté l’enfant mâle.
14. Et les deux ailes du grand aigle furent données à la femme, afin qu’elle s’envolât au désert, vers son lieu, où elle est nourrie un temps, des temps, et la moitié d’un temps, loin de la face du serpent.
15. Et, de sa bouche, le serpent lança de l’eau comme un fleuve derrière la femme, afin de l’entraîner par le fleuve.
16. Et la terre secourut la femme, et la terre ouvrit sa bouche et engloutit le fleuve que le dragon avait lancé de sa bouche.
17. Et le dragon fut irrité contre la femme, et il s’en alla faire la guerre aux restes de sa postérité, à ceux qui gardent les commandements de Dieu et qui ont le témoignage de Jésus.
18. Et il se tint sur le sable de la mer.
 
Auteur traditionnel L’apôtre Jean ou Jean le Presbytre
Datation historique entre 60 et 96
Texte intégral : Apocalypse – version Louis Segond – 1910
Louis Segond, né le  à Plainpalais et mort le  à Genève, est un pasteur protestant et théologien.
Il traduit entre 1874 et 1880 la Bible en français à partir des versions en hébreu et grec, connue comme la Bible Segond.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Did you compose the orchestral music? It is kind of light and whimsical, but whispering a story – no doubt about the context in Revelation…
    A couple thoughts on the text. I was raised Fundamental Born Again Christian and remained with that more or less enthusiastically until my 30s. A life crisis compelled me to re-examine my beliefs. As a result I became an atheist. That is all I will say about that because it’s not the setting for an autobiography.
    My experience with Revelation is that very few pastors I had would even touch that book. Nobody knew what it meant. They would pick and choose what they could almost make some sense of and create a dogma around it. They certainly tried to cover up their ignorance and lack of true research.
    I liked the tie-in with William Blake. He was kind of a mystical poet. I believe he was a favorite of Allen Ginsburg (USA 1950s and on)
    My offhand thought about John’s Revelation is that he purposely or accidentally dosed himself with some psychedelic natural substance – mushrooms or something; had vivid visions and managed somehow to remember and transcribe them.
    All in a day’s work I guess!
    Very interesting choice for a (new?) composition and exposition!

    • Thank you, yes I composed the symphonic part. For the illustration of this part of the text I have retained only the poetic part of the pshychedelic visions of John. I have always been an atheist and these texts interest me for their history and evoke the science fiction of their time. These visions all have the same source: the fear of a God not mesericordous able to annihilate to be heard. Humans do the same thing! I am not a theologian and I just set music to my vision of the text! Blake was able to illustrate the text but it is also very personal.
      Have a good day!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *