Neuf vagues à Pors Loubous – Photographies Noir & Blanc

Reading Time: 4 minutes
Pors Loubous – Pors Loubous – Pors Loubous – Pors Loubous – Pors Loubous – Pors Loubous – Pors Loubous – Pors Loubous –
à l’écoute:
Les Flâneries du Photographe
ComGris

Il n’y a pas longtemps que j’ai revu la mer et foulé le pont des vaisseaux, et mes souvenirs sont vivaces comme si je l’avais quittée la veille. Soyez néanmoins, si vous le pouvez, aussi calmes que moi, dans cette lecture que je me repens déjà de vous offrir, et ne rougissez pas à la pensée de ce qu’est le cœur humain.
Ô poulpe, au regard de soie ! toi, dont l’âme est inséparable de la mienne ; toi, le plus beau des habitants du globe terrestre, et qui commandes à un sérail de quatre cents ventouses ; toi, en qui siègent noblement, comme dans leur résidence naturelle, par un commun accord, d’un lien indestructible, la douce vertu communicative et les grâces divines, pourquoi n’es-tu pas avec moi, ton ventre de mercure contre ma poitrine d’aluminium, assis tous les deux sur quelque rocher du rivage, pour contempler ce spectacle que j’adore !
 
Vieil océan, aux vagues de cristal, tu ressembles proportionnellement à ces marques azurées que l’on voit sur le dos meurtri des mousses ; tu es un immense bleu, appliqué sur le corps de la terre ; j’aime cette comparaison. Ainsi, à ton premier aspect, un souffle prolongé de tristesse, qu’on croirait être le murmure de ta brise suave, passe, en laissant des ineffaçables traces sur l’âme profondément ébranlée, et tu rappelles au souvenir de tes amants, sans qu’on s’en rende toujours compte, les rudes commencements de l’homme, où il fait connaissance avec la douleur, qui ne le quitte plus.

Je te salue, vieil, océan !

Vieil océan, ta forme harmonieusement sphérique, qui réjouit la face grave de la géométrie, ne me rappelle que trop les petits yeux de l’homme, pareils à ceux du sanglier pour la petitesse, et à ceux des oiseaux de nuit pour la perfection circulaire du contour.
Cependant, l’homme s’est cru beau dans tous les siècles. Moi, je suppose que l’homme ne croit à sa beauté que par amour-propre ; mais, qu’il n’est pas beau réellement et qu’il s’en doute ; car, pourquoi regarde-t-il la figure de son semblable avec tant de mépris ?

Je te salue, vieil océan !

Vieil océan, tu es le symbole de l’identité : toujours égal à toi-même. Tu ne varies pas d’une manière essentielle, et, si tes vagues sont quelque part en furie, plus loin, dans quelque autre zone, elles sont dans le calme le plus complet.
Tu n’est pas comme l’homme, qui s’arrête dans la rue, pour voir deux boule-dogues s’empoigner au cou, mais, qui ne s’arrête pas, quand un enterrement passe ; qui est ce matin accessible et ce soir de mauvaise humeur ; qui rit aujourd’hui et pleure demain.

Je te salue, vieil océan !

Vieil océan, il n’y aurait rien d’impossible à ce que tu caches dans ton sein de futures utilités pour l’homme. Tu lui as déjà donné la baleine. Tu ne laisses pas facilement deviner aux yeux avides des sciences naturelles les mille secrets de ton intime organisation : tu es modeste. L’homme se vante sans cesse, et pour des minuties.

Je te salue, vieil océan !

LautréamontLes chants de Maldoror.

Pages ( 1 sur 2 ): 1 2Suivant »
Lien pour marque-pages : Permaliens.

10 Commentaires

  1. emmanuelle grangé

    Belles foldingues ! (comme pourrait dire mon ami G., c’est pas des vagues de coiffeuse, ça !)

  2. Simplement magnifique et réveille le breton qui sommeille en moi !!!
    Merci.

  3. Michelle Lissillour

    J’ aime la Bretagne, les histoires et…vos photos. Merci pour les avoir partagées

  4. Michelle Lissillour

    J’ aime la Bretagne, les histoires et…vos photos. Merci de les avoir partagées

  5. Magnifiques, les photos des vagues !
    Merci, cher Frank,
    Franz

    Franz SPATH, Georges SILVA
    Centre d’Art Contemporain Frank Popper
    2 place du Prieuré • F-71110 Marcigny

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.