L’Antre des Pendules – Musique concrètement expérimentale

Reading Time: 3 minutes

musique expérimentale – musique concrète – musique contemporaine – musique expérimentale – musique concrète – musique contemporaine – musique expérimentale – musique concrète – musique contemporaine – musique expérimentale – musique concrète – musique contemporaine –

Musique expérimentale pour cloches, carillons, un gros tambour, des bruits de pas incertains et quelques percussions d’onomatopées métalliques et boisées.

Le tout mixé, derechef, comme une accumulation à L’Arman, bien qu’il n’y aura d’heures pour personne!

Les pendules oscillent, mais point ne se montrent !

Toutefois, je dois préciser que j’écris cela à 17h03 le 13 décembre 2019, il ne s’agirait pas de perdre mon maigre et courageux auditoire dans cette intemporelle irréalité antique, quantique des cantiques !

Arman
Arman L'heure de Tous -1985

Arman: L’HEURE DE TOUS © Fondation A.R.M.A.N. (Marc Moreau)

Directement issue de la leucosélophobie cette composition (certains mauvais coucheurs critiqueront  le terme employé) vient d’une procrastination salvatrice qui m’a conduite sur le site du sculpteur français Arman et, de ce fait, à son intemporelle sculpture  L’HEURE DE TOUS (1985).

S’ensuit une accumulation composée musicalement de 17mn et 12 secondes…  

Elle se traduit par une énumération chaotique d’éléments appartenant à une même catégorie, une nature identique, des sons appartenant à la grande famille des compteurs du temps humain: les horloges mécaniques et autres métronomes .

L’accumulation : Honoré de Balzac l’utilise à outrance dans ses romans réalistes et hyperdescriptifs ; Blaise Cendrars également ; le roman moderne, très inspiré du cinéma (écriture cinématographique) comme celui de André Malraux ou du roman policier exploitent systématiquement l’accumulation à des fins narratives[1].

Cependant dans cet entassement phonique tintinnabulatoire[2], il y a de la dispersion et de la désagrégation sans toutefois tomber dans l’éparpillement!

Je suppute que l’auditeur y apportera ses images peut-être même un léger agacement.

L’inspiration va, vient au grès du temps… Mais, on sait un peu d’où elle surgit.
Pour mémoire je citerai le «Poème Symphonique pour 100 métronomes» de György Ligeti ou encore Pendulum de Steve Reich en 1968.

Ici, même si l’on perçoit une forme d’harmonie, il n’est nul besoin de se référer à un ordre sonore œcuménique pour écouter ce poème musical.

 

L’Ancien Atelier de Mécanique – Musique quasi concrète

Chacun ses petits problèmes !!!! 

RaisinBlancLe syndrome de la page blanche faisant référence à une peur, celle de la page blanche, est aussi désigné par le terme de leucosélophobie.

Ce phénomène peut être dû à la volonté tellement grande de faire une œuvre parfaite, que toute idée qui vient à l’esprit de l’auteur lui paraît systématiquement mauvaise, de telle sorte qu’il devient alors impossible pour lui de commencer ou de compléter son œuvre. Ce syndrome est aussi souvent dû au fait que l’auteur a mis ses personnages dans une situation complexe de laquelle il s’avère incapable de les sortir. Elle peut se traduire, lorsqu’elle se prolonge dans la durée, par un abandon de l’auteur ou une période de dépression au cours de laquelle il perd totalement confiance en lui.

Le blocage de l’écrivain peut aussi s’appliquer à d’autres artistes, tels les compositeurs ou les peintres, qui peuvent rencontrer ces mêmes problèmes dans leur art respectif.

[source]

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Jenny Quadri Guillard

    L’heure… Quelle heure est-il ? Soyez à l’heure … Une véritable obsession. J’ai aimé le son si bien que je n’ai pas vu passer l’heure…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *