Atelier de mécanique : une démolition…

Reading Time: 4 minutes

Atelier de mécanique – démolition 

à l’écoute : l’Atelier de Mécanique
ComGris

 

démolition

Bien que les Photographies puissent paraître rudes, il y a là un aspect très positif dans cette entreprise de destruction: il s’agit d’enlever ce qui n’est pas la structure et la charpente et de dépolluer le lieu.

En effet, nous sommes dans la première phase de reconversion de l’atelier de mécanique (atelier des turbines) qui se trouve à la Seyne-sur-Mer dans le Var.

Il ne disparaîtra pas.

L%C3%A9once CamatteAtelier des turbine 11 02 1962 Mon Onc

Léonce Camatte, mon oncle à droite, dans l’atelier

Trop de d’ancienne constructions présentant un intérêt touristique et historique ont disparu dans la région pour satisfaire bétonnage systématique au profit, là, il y aurait beaucoup à dire quant à ces pratiques mafieuses…

Cet ancien atelier est un bâtiment avec une architecture métallique construit vers 1906. C’est un des derniers bâtiments qui témoignent des anciens chantiers navals de la ville mon enfance. Cinq des mes oncles y ont travaillé.

Rivetage à chaud

1 – rivet

2 – tas (ou contrebouterolle)

3 – bouterolle

Le concept de reconvertir ce lieu chargé d’histoire en un pôle de loisirs dotés de neuf salles de cinéma est une idée positive. J’ai lu qu’il y aura également quatre restaurants, j’espère que l’on saura éviter la malbouffe venue de l’autre côté de l’Atlantique, deux hôtels, un pôle de ressourcement et une rue intérieure avec quelques boutiques certainement, hélas, les mêmes visibles partout : une tare de la mondialisation.

démolition Ce sera une attirance touristique puisque Thomas Ollivier, l’architecte du projet, nous assure que la spectaculaire charpente métallique sera toujours visible. On le souhaite car elle est digne d’intérêt, c’est une façon de faire qui ne se pratique plus : le rivetage, des milliers de rivets posés assurent la solidité de l’ensemble.

Réhabiliter les anciens bâtiments qui ont un charme et une histoire est une façon de faire qui fonctionne parfaitement, et depuis quelques années déjà, dans d’autres villes, Marseille est bel exemple. Je me souviens lors de mon voyage à Buenos Aire d’anciens docks reconvertis à merveille ainsi qu’à Gènes en Italie dans les ceux cas même les anciennes grues de déchargement des navires ont été préservées sur les quais.

A contrario, je ne crois pas que des gens qui arrivent de Norvège à Toulon aient un Atelier de mécanique - démolition quelconque intérêt à visiter la fameuse « avenue 83 » de la Valette, une réalisation qui n’a strictement aucun intérêt touristique et encore moins esthétique dont l’aboutissement n’est, finalement, qu’une sombre machination commerciale tirant essentiellement la population vers le bas.

Nous savons, par expérience, que le tourisme est une belle industrie qui permet les échanges culturels et nous vivons dans une région qui si prête à merveille. Pour cela nous avons le devoir de préserver son identité et, conséquemment, son histoire.

Il n’y a plus qu’à espérer que cet exemple sera suivi et principalement à Toulon où subsistent encore quelques magnifiques bâtiments construit pour l’arsenal. Éventuellement leurs reconversions semblent réalisables et devraient permettre de conserver le pittoresque de la ville.  

En attendant, on espère que le résultat final du projet Seynois sera aussi réussi que des belles images numériques de présentation.

 
Deux autres articles : 
 

A propos des chantiers navals (1835-1986)

Le xixe siècle

Ces derniers existent depuis plus de deux siècles, l’activité du premier chantier naval seynois est attestée en 1711 ; à l’origine, il s’agissait d’un chantier construisant des bateaux en bois de petite taille. Ils ont ensuite connus une forte expansion au cours de la première moitié du xixe siècle, et c’est durant cette période que s’est développée l’utilisation de la métallurgie dans la construction des bateaux.

Ainsi, dès le début du xixe siècle, une activité industrielle potentiellement polluante (utilisation d’hydrocarbures et de métaux) est présente dans le quartier du site. En 1848, les chantiers sont agrandis sur plusieurs milliers de m², emploient 1 300 personnes et assemblent de nombreux navires.

À partir de 1855, c’est la société des Forges et Chantiers de la Méditerranée (FCM) qui reprend la gestion du site industriel. Cette société connaît alors un essor très important dans la construction des navires, aussi bien civils que militaires.

Un rapport des archives de la Marine de 1884 désigne les chantiers de la FCM comme les plus importants de France, par leur surface (14,6 ha) et la longueur de leurs quais (près d’1 km). Ils disposent en effet de 10 cales de construction dont la taille permet aux FCM de construire les plus grands bateaux de l’époque.

Ces grands bateaux sont les paquebots et les cargos transocéaniques qui assurent des liaisons entre l’Europe et le reste du monde, mais aussi de grands navires de marines militaires de puissances étrangères comme le croiseur japonais Matsushima. À cette époque, le rapport nous signale 2308 ouvriers employés dans les chantiers navals.

La suite >>>>>

 

démolition démolition démolition démolition démolition démolition – audio ogg=”http://frank-lovisolo.fr/cat/ogg/LAtelierdeMécanique.ogg” mp3=”http://frank-lovisolo.fr/cat/m3p/LAtelierdeMécanique.mp3″ width=”300″ height=”40″ autoplay=”true” preload=”true” loop=”true”
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. J’aime ces photos et particulièrement celles sur ton blog… Bravo pour la musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.