L’Ode à Santorin, interprétée par Katerina Oikonomidi

Reading Time: 9 minutes
Ode a Santorin – Odysséas Elytis – Odysséas Alepoudhéllis – Katerina Oikonomidi – poème d’Odysséas Elytis
 
ComGris
————-
Un poème d’Odysséas Elytis interprété par Katerina Oikonomidi.

Nous nous sommes rencontrés dans le village du Revest-les-Eaux, commune sise au nord de Toulon, derrière le Mont-Faron. Plus exactement dans ce sympathique endroit que l’on nomme « LE CERCLE », un bar lounge, au centre du village qu’anime Aurélie Magnoni une artiste toulonnaise.

J’ai passé un peu de temps en Grèce, principalement à Athènes, et j’ai gardé un souvenir extraordinaire de cette ville millénaire où s’enfoncent les racines de notre civilisation. Cela a grandement facilité les présentations. Nous avons pu converser à propos de la cité et des Iles. Katerina est née sur la célèbre ile de Rhodes et tout le monde connait sa statue colossale, érigée en -292, et qui fut détruite, soixante cinq ans après sa construction, par un tremblement de terre en 227 avant notre ère. 

Elle ne parle que très peu le français et je ne bavarde pas en grec, ainsi, nous avons dû employer l’anglais comme le latin aux temps anciens.

De cette façon, j’ai appris que Katerina est actrice…
 
MG 5046 e1655109672711Je venais juste de finir Santorini, une composition en hommage au poète grec et son Ode accompagnée d’une série de photos en noir et blanc prises lors de mon voyage sur l’Ile fascinante. 
Ce texte dit en Grec sur cette musique conséquemment adaptée m’a paru être l’aboutissement d’un projet artistique convainquant.
 
Sans trop d’hésitation, je lui ai proposé de lire le texte « Ode à Santorin » d’Odysséas Elytis. Elle a accepté. Les enregistrements pouvaient alors commencer…
J’espère que la sonorité du grec est en adéquation avec l’esthétique musicale choisie.

  Κείμενο στα ελληνικά   –   Texte en Français   –   Text in English  

 
Ωδή στη Σαντορίνη

Οδυσσέας Ελύτης

↑↑↑↑

Βγήκες από τα σωθικά της βροντής
Ανατριχιάζοντας μες στα μετανιωμένα σύννεφα
Πέτρα πικρή, δοκιμασμένη, αγέρωχη
Ζήτησες πρωτομάρτυρα τον ήλιο
Για ν’ αντικρίσετε μαζί τη ριψοκίνδυνη αίγλη
Ν’ ανοιχτείτε με μια σταυροφόρο ηχώ στο πέλαγος.
 
Θαλασσοξυπνημένη, αγέρωχη
Όρθωσες ένα στήθος βράχου
Κατάστιχτου απ’ την έμπνευση της όστριας
Για να χαράξει εκεί τα σπλάχνα της η οδύνη
Για να χαράξει εκεί τα σπλάχνα της η ελπίδα
Με φωτιά με λάβα με καπνούς
Με λόγια που προσηλυτίζουν το άπειρο
Γέννησες τη φωνή της μέρας
Έστησες ψηλά
Στην πράσινη και ρόδινη αιθεροβασία
Τις καμπάνες που χτυπάει ο ψηλορείτης νους
Δοξολογώντας τα πουλιά στο φως του μεσαυγούστου.
 
Πλάι από ρόχθους, πλάι από καημούς αφρών
Μέσ’ από τις ευχαριστίες του ύπνου
Όταν η νύχτα γύριζε τις ερημιές των άστρων
Ψάχνοντας για το μαρτυρίκι της αυγής,
Ένιωσες τη χαρά της γέννησης
Πήδησες μες στον κόσμο πρώτη
Πορφυρογέννητη, αναδυομένη
Έστειλες ως τους μακρινούς ορίζοντες
Την ευχή που μεγάλωσε στις αγρυπνίες του πόντου
Για να χαϊδέψει τα μαλλιά της πέμπτης πρωινής.
Ρήγισσα των παλμών και των φτερών του Αιγαίου
Βρήκες τα λόγια που προσηλυτίζουν το άπειρο
Με φωτιά με λάβα με καπνούς
Τις μεγάλες γραμμές του πεπρωμένου σου.
 
Τώρα μπροστά σου ανοίγεται η δικαιοσύνη
Τα μελανά βουνά πλέουν στη λάμψη
Πόθοι ετοιμάζουν τον κρατήρα τους
Στην παιδεμένη χώρα της καρδιάς
Κι από το μόχθο της ελπίδας νέα γη ετοιμάζεται
Για να βαδίσει εκεί με αετούς και λάβαρα
Ένα πρωί γεμάτο ιριδισμούς
Η φυλή που ζωντανεύει τα όνειρα
Η φυλή που τραγουδάει στην αγκαλιά του ήλιου.
 
Ω κόρη κορυφαίου θυμού
Γυμνή αναδυομένη
Άνοιξε τις λαμπρές πύλες του ανθρώπου
Να ευωδιάσει ο τόπος από την υγεία
Σε χιλιάδες χρώματα ν’ αναβλαστήσει το αίσθημα
Φτεροκοπώντας ανοιχτά
Και να φυσήξει από παντού η ελευθερία.
 
Άστραψε μες στο κήρυγμα του ανέμου
Την καινούργια και παντοτινή ομορφιά
Όταν ο ήλιος των τριών ωρών υψώνεται
Πάνγλαυκος παίζοντας το αρμόνιο της Δημιουργίας.
 
 

Οδυσσέας Ελύτης, «Ωδή στη Σαντορίνη» Από την ποιητική συλλογή «Προσανατολισμοί», 1940

 

————-

Katerina Oikonomidi (Κατερίνα Οικονομίδη) au Cap Brun (Toulon)

↑↑↑↑

MG 7068Katerina Oikonomidi…

…est née en Grèce, à Rhodes dans l’archipel du Dodécanèse et vit à Athènes depuis l’âge de sept ans.
 
De 2003 à 2006, elle étudie à l’École supérieure d’art dramatique « Veaki ».
Actrice, elle pratique sa profession dans les théâtres d’Athènes ainsi qu’en tournées dans son pays.
Katerina a joué le répertoire classique et moderne comprenant des œuvres internationalement connues :
 
Euripide: Hélène, Iphigénie à Aulis, Les Troyennes.
Aristophane: Irène.
Cervantès: Don Quichotte.
Molière: Le Misanthrope.
Anton Tchekhov: La Cerisaie.
Arthur Miller: Ils étaient tous mes fils.  
Luis Sepúlveda: Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler, une pièce pour les enfants… Et bien d’autres encore.

Parallèlement, ses grandes passions sont les danses classiques et contemporaines, le yoga et le Pilates.
Elle séjourne actuellement à Toulon, en France.
————-
Ode à Santorin 

Odysséas Elytis 

↑↑↑↑

Tu es sortie des entrailles du tonnerre
Frémissant dans les repentances des nuages
Pierre amère, éprouvée, hautaine
Tu as cherché le soleil saint martyr
Pour ensemble affronter la splendeur dangereuse
Et vous lancer avec l’écho-croisade en haute mer
 
Éveillée des eaux, tu as dressé, hautaine
Une poitrine de rochers, mouchetée
Par les inspirations du suroît,
Pour qu’y imprime ses viscères la douleur
Pour qu’y imprime ses viscères l’espoir
Par la lave le feu les fumées
Par des paroles bonnes à convertir l’infini
Tu as mis au monde la voix du jour
Et porté très haut
En pleine marche aérienne verte et rose
Les cloches que sonne l’esprit escaladeur
Sous la louange des oiseaux dans la lumière du milieu d’août
 
Près du bruissement des eaux, des chagrins de l’écume
Dans les actions de grâces du sommeil
Quand la nuit courait les déserts des étoiles
Cherchant le signe du baptême de l’aube,
Tu as ressenti la joie de la naissance
Tu as sauté au monde la première
Née dans la pourpre, jaillissante
Envoyant aux lointains horizons
Le vœu grandi dans les insomnies de la mer
Pour caresser les cheveux de la cinquième heure à l’aurore.
Reine des élans et des ailes de l’Égée
Tu as trouvé, par des paroles bonnes à convertir l’infini
Par la lave le feu les fumées
Les larges lignes de ton destin

Et voilà que devant toi s’ouvre la justice
Les monts noirs voguent dans l’éclat
Les désirs préparent leur cratère
Dans la région tourmentée du cœur,
Et naissant des efforts de l’espoir une terre nouvelle s’apprête
Où marchera sous les aigles et les bannières
Par un matin tout chatoyant,
La tribu qui donne vie aux rêves
La tribu qui chante aux bras du soleil.
O fille du plus haut de la colère
Nue jaillissante
Ouvre les portes de l’homme éclatantes
Que tout embaume la santé
Qu’en mille couleurs le sentiment refleurisse
Battant des ailes et s’ouvrant
Et de partout que la liberté souffle

Que resplendisse dans le sermon du vent
La beauté neuve et éternelle
Quand le soleil tout bleu de trois heures s’élève
Jouant l’harmonium de la Création.
 
Odysseas Elytis, “Orientations”, 1940.
Traduction du grec: Michel Volkovitch. (Source)

————-

 Santorini – Oia

————-

Ode To Santorini

Odysseas Elytis

↑↑↑↑

You emerged from a thunderpeal’s entrails
Shuddering amid repentant clouds
Bitter stone, proved, proud
You sought the sun for the first-martyred witness
To confront the perilous splendor together
To head out to sea with a cross-bearing echo

Sea-wakened, proud
You lifted up your stone breast
Speckled with the southwind’s inspiration,
For pain to inscribe its very heart there
For hope to inscribe its very heart there
With fire with lava with smoke
With words that convert the infinite
You gave birth to the voice of day
You set up the bells on high
In the green and rose stretches of aether
Bells rung by the exalted mind
Glorifying the birds in mid-August light

Beside waveroar, beside anguish of seafoam
Through the eucharists of sleep
When night roamed the deserts of stars
Searching for the testimony of dawn,
You felt the joy of birth
You leapt first into the world
Born to the purple, sea-risen
You sent to the far horizons
The blessings that grew in the sea’s night-vigils
To caress the hair of dawn’s fifth hour.

Queen of Aegean pulses and wings
With the words to convert the infinite
With fire with lava with smoke
You found the great lines of your destiny

Now before you justice opens out
Black mountains float in the glow
Desires prepare their craters
In the heart’s tormented land,
And from hope’s struggle a new earth prepares itself
To step there with eagles and banners
One morning filled with iridescence
The race that vivifies dreams
The race that signs in the sun’s embrace.
O kore of exceeding anima
Naked sea-risen
Open the splendid gates of man
That the landscape be fragrant with health
That feeling with open wings aflutter
Sprout with a thousand colors
And freedom blow from everywhere

Amid the wind’s preachings flash out
The new and perpetual beauty
When the sun of the third hour rises
All glaucous to play the pipe organ of Creation.

↑↑↑↑

 

Ode à Santorin  - Odysséas Elýtis
Odysséas Elytis

(en grec Οδυσσέας Ελύτης), nom de plume d’Odysséas Alepoudhéllis (Οδυσσέας Αλεπουδέλλης), est un poète grec né le  à Héraklion et mort le  à Athènes.

Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1979.

Il était proche des poètes surréalistes français et de peintres comme Picasso et Matisse qui ont illustré certaines de ses œuvres. Ami de René Char et d’Albert Camus dont il a partagé la pensée de midi1 sur le primat accordé aux sensations et au culte de l’harmonie de la nature contre tout absolutisme historique, il fut aussi en France et en Grèce l’ami de son compatriote Tériade.

OiaAuteur du grand poème Axion esti, hymne à la Création qui exalte la lutte héroïque des Grecs en faveur de la liberté, il fut aussi critique d’art, et s’attacha à créer des collages dans lesquels s’exprime sa conception de l’unité de l’héritage grec, par la synthèse de la Grèce antique, de l’Empire byzantin et de la Grèce néo-hellénique. Ses poèmes ont été mis en musique par deux des compositeurs grecs les plus célèbres du XXéme siècle, Míkis Theodorákis et Mános Hadjidákis. D’autres ont été popularisés en France par Angélique Ionatos.

De retour en Grèce en septembre 1951, Elýtis devient membre d’un jury littéraire, le « Groupe des Douze », qui décerne chaque année un prix à un écrivain. L’essentiel de son temps est désormais consacré à la poésie et au théâtre. Pendant quelque temps, il retrouve les fonctions de Directeur des programmes à la Radiodiffusion Nationale, mais il referme rapidement cette parenthèse, en démissionnant de ce poste en mai 1954.

Il s’installe dans le quartier de Kifissia, à Athènes, et travaille pour le théâtre : il devient membre du Conseil d’administration du “Théâtre d’Art”, fondé par le metteur en scène grec Karolos Koun, auquel il consacre un article, en 1959, pour fêter ses vingt-cinq ans de théâtre. Pour Karolos Koun, il traduit Le cercle de craie caucasien de Bertolt Brecht. Il traduit aussi Ondine de Jean Giraudoux, pièce représentée en 1956 au Théâtre National d’Athènes. Il préside également le Conseil d’Administration du “Ballet-Théâtre”.

 


Ο Οδυσσέας Ελύτης (πραγματικό όνομα: Οδυσσέας Αλεπουδέλης) (Ηράκλειο Κρήτης, 2 Νοεμβρίου 1911 – Αθήνα, 18 Μαρτίου 1996), ήταν ένας από τους σημαντικότερους Έλληνες ποιητές, μέλος της λογοτεχνικής γενιάς του ’30. Βραβεύτηκε το 1960 με το Κρατικό Βραβείο Ποίησης και το 1979 με το βραβείο Νόμπελ Λογοτεχνίας, ο δεύτερος και τελευταίος μέχρι σήμερα Έλληνας που τιμήθηκε με βραβείο Νόμπελ Λογοτεχνίας. Γνωστότερα ποιητικά του έργα είναι τα Άξιον Εστί, ο Ήλιος ο πρώτος και οι Προσανατολισμοί. Διαμόρφωσε ένα προσωπικό ποιητικό ιδίωμα και θεωρείται ένας από τους ανανεωτές της ελληνικής ποίησης. Πολλά ποιήματά του μελοποιήθηκαν, ενώ συλλογές του έχουν μεταφραστεί μέχρι σήμερα σε πολλές ξένες γλώσσες. Το έργο του περιλαμβάνει ακόμα μεταφράσεις ποιητικών και θεατρικών έργων. Υπήρξε μέλος της Διεθνούς Ένωσης Κριτικών Έργων Τέχνης και της Ευρωπαϊκής Εταιρείας Κριτικής, αντιπρόσωπος στις Rencontres Internationales της Γενεύης και Incontro Romano della Cultura της Ρώμης.


Odysseas Elytis – Greek: Οδυσσέας Ελύτης , pen name of Odysseas Alepoudellis, 2 November 1911 – 18 March 1996, was a Greek poet, essayist and translator, regarded as a major exponent of romantic modernism in Greece and the world. He is one of the most praised poets of the second half of the twentieth century, with his Axion Esti “regarded as a monument of contemporary poetry”.[4] In 1979, he was awarded the Nobel Prize in Literature.

 

————↑↑↑↑

  Signaler un problème – Report a problem 
Ode a Santorin – Ode à Santorin  – Ode à Santorin  – Ode à Santorin – Ode à Santorin  
Lien pour marque-pages : Permaliens.

7 Commentaires

  1. Envoutée direct par cette langue – que je ne parle pas – et ta musique.
    J’ai donc ensuite lu la traduction (de qui ?), ai relu et relu les “Pour qu’y imprime” sans plus ou mieux entendre…, mais la poésie, hein ! J’aurais aimé en savoir un peu à propos de la lectrice de ce poème. Bref. Que des critiques curieuses et positives, bravo, Frank !

  2. Jenny Quadri Guillard

    Je regrette de ne pas comprendre le grec. Merci pour la musique et la traduction.

Average
5 Based On 3

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.