► Bienvenue – Welcome ◄–► Quoi de neuf – What’s News ◄

Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo

RGPD
Site conforme avec le Règlement général sur la protection des données entré en vigueur le : 25 mai 2018
Lovisolo
   EDITORIAL         POLITIQUE DE CONFIDENTIALITÉ        LES ARTICLES             ABONNEMENT   

Sans la censure : certains se remémoreront 


Sept Paysages Métempiriques
On-the-drone-Again

Oia

Chemin des Dames

Maison & Jardin - Frank Lovisolo-Guillard - Juin 2018

Maison & Jardin Juin 2018 - Lovisolo FrankQuand on lui demande de résumer son parcours de vie, Frank Lovisolo répond dans un grand éclat de rire : « vous avez deux ou trois heures devant vous ? » Car il est vrai que ce polymathe Toulonnais a eu une vie professionnelle riche en rencontres mais également en explorations de nouveaux univers!

« J’ai commencé dans la marine marchande en tant qu’élève officier ! » confie Frank Lovisolo qui précise que la musique cependant toujours été son fil conducteur : «J’ai débuté la guitare classique à l’âge de 7 ans et j’ai obtenu un premier prix de guitare classique».Puis il croise les sonorités de Jimi Hendrix et Stockhausen.
Ces rencontres bouleversent sa vie! Passionné par l’audio et la musique, il devient ingénieur du son, crée de l’électronique pour des musiciens comme Barre Phillips tout en continuant de composer des œuvres musicales distribuées dans le monde, essentiellement pour l’illustration sonore de reportages.
Ingénieur du son, Frank Lovisolo a sonorisé de nombreux concerts, des festivals et des tournées avec des groupes comme, récemment, une formation des Gipsys « tantôt Kings et parfois Legend » dit-il.
 

   EDITORIAL      

Oyez ! Oyez, trois fois Oyez !

Plage de la Mitre, Toulon en Juin 2018


Pourtant ce n’est pas faute de le dire et de le répéter:
La mer n’est pas une poubelle.
On est prié de jeter ou ramener ses saloperies et autres crasses dans un contenant prévu à cet effet.
Si, par exemple, l’action d’emporter une bouteille au recyclage est épuisant, avilissant et encore humiliant, il existe des poubelles sur les plages. C’est un objet aisément reconnaissable. Certains, parait-il, en possèdent une à leur domicile. Elles sont communément plus discrètes ce qui n’empêche pas leur usage.
Notons qu’icelles, sur les plages, ne sont pas « anti-mouettes ». Il est conséquemment préférable de ramener vos reliefs et autres rogatons, des indispensables repas et beuveries balnéaires, dans un des conteneurs hermétiques dont la ville, à grand renfort d’élus, s’enorgueillit tous les jours!
On ne peut, en aucun cas, tenir pour responsable, de la dispersion des déchets écœurants, les oiseaux maritimes et certains mammifères étrangement qualifiés d’inférieurs par le plus destructeur d’entre eux…


On progresse !!
Avant elles étaient vides ! maintenant elles sont pleines, abandonnées, oubliées, jetées, allez savoir.
Bien sur il faut les enlever de là…
J’étais là, clapotant, palmes aux pieds, le masque de plongée tel un heaume, engoncé de mon haubert aquatique, les bouteilles dans la mains droite et l’appareil photo dans la main gauche, sans parler du sac étanche qui me permet de sortir de l’eau là où je veux, qui me suit fidèle, flottant et docile sans aboyer.
Je hèle un individu sur la plage afin qu’il m’aide à me débarrasser des deux récipients encombrants et certainement imbuvables.
Impossible de lui faire lever son gros derrière de sa serviette. Cet imbécile m’a baragouiné que ça ne le concernait pas. Il est vrai que la poubelle se trouve alors à une cinquantaine de mètres, évidement sans véhicule c’est un exploit harassant pour un jeune sportif !
S’il avait posé le pied sur l’une des bouteilles et que celle-ci eut l’idée saugrenue de se rompre, je pense que les vacances ce primate en cours d’évolution aurait pu se terminer dans un endroit calme et reposant, l’hôpital : points aux pieds, un régal.
Bref je me suis débrouillé avec les deux canettes…
Il est bon de noter que cette marque de bière à l’idée idiote de coller des étiquettes en plastique… Si le verre ne présente pas de toxicité et finit par redevenir sable le plastique lui va flotter très longtemps. Un sacrifice au dieu Marketing sans doute…
Quoi qu’il en soit ces deux boissons n’avaient rien à faire là… L’exploit d’autres imbéciles…


 Books 2017 – Une interaction avec le monde 

Books 2017Présentation d’œuvres d’imageries numériques et photographiques où rien, ici, ne sert à regarder le monde car tout n’est qu’affaire d’interaction avec lui.

Trois albums ( Books ) destinés aux professionnels de l’art afin de découvrir l’ensemble la matière à exposer. Ils existent aussi en version papier à consulter lors d’un rendez-vous.

«La mémoire est un filtre dont l’algorithme redessine le passé, une trémie dont la base varierait en harmonie avec ce qui fut, l’intensité d’un instant et l’appréhension de ce qui n’est pas encore, un espace sensible tridimensionnel.

Dans cette série l’image est le reflet complexe originaire d’une fraction infime mais infinie de l’univers: un témoignage du subjectif sur le quotidien.
Dans cet espace, avec ce qui y est mis en évidence, on peut retrouver l’oubli et combler le vide de ce que l’on a égaré ou jamais possédé.»
 

La suite >>>>>


   LES ARTICLES RÉCENTS      


Lande et AnkouLa lande, la mer et l’Ankou

On dit de l’Ankou qu’il parcours la Lande dans son «karrigell» à l’essieu grinçant. On dit qu’il vient cueillir les âmes des défunts récents.

On le dit très grand, décharné, couvert d’une pèlerine noire, ses cheveux longs et blancs dépassent d’un large couvre-chef et ses yeux sont deux abysses noirs où se consument à jamais deux infimes chandelles. 

On dit que sur la côte il vient  en «bag noz» pour conduire les trépassés sur les rives d’un autre au-delà. On dit qu’il habite un domaine dans les monts d’Arrée, que je ne connais pas.

La suite >>>>>


DouarnenezDouarnenez : Tri Martolod jusqu’à la Nuit

Tri martolod yaouank… la la la…
Tri martolod yaouank o voned da veajiñ 
O voned da veajiñ, gê!
O voned da veajiñ 
Gant ‘n avel bet kaset… la la la…
Gant ‘n avel bet kaset betek an Douar Nevez

La suite >>>>>


Pors Loubous

Neuf vagues à Pors Loubous

 

On raconte qu’elle vient de loin, du fond de l’enfer.

On dit qu’elle a fait sept fois le tour des mers avant de venir se briser sur la jetée.

D’autres racontent que le lieu est un refuge pour ceux qui n’insultent pas la mer et qui fuient la folie des hommes…

La suite >>>>>


Épaves Bretonnes

Des épaves Bretonnes

… Cette semaine-là, qui fut brumeuse, une grosse barque de Nantes se perdit sur un écueil de la chaussée de Sein. Des épaves arrivèrent à la côte : des avirons, des morceaux de coque, un canot en bon état, des tonneaux d’eau potable, un baril de vin rouge, et trois cadavres – Dont à la rigueur on se fut passé. On dépouilla les cadavres de leurs habits et, puisque ces pauvres gens étaient venus jusqu’ici, le pêcheurs qui avaient trouvé les plus belles épaves leur offrirent des cercueils  et l’île eut à coeur de leur célébrer dans l’église une longue cérémonie…
Henri Queffélec, Extrait : Un Recteur de l’Île de Sein,1944

La suite>>>>>


Amélie Lovisolo-GuillardFoto di un viaggio con mia figlia Amélie

Je m’étais dit que, pour un anniversaire, une exploration Italienne serait un surprenant cadeau pour ma fille.

Je connais bien Naples et j’y retourne avec plaisir.
Pour elle, la Campanie, avec ces volcans, ces vestiges antiques, cette vie encore authentique, toute aussi vivante qu’historique, serait, certes, un présent sans ruban, sans bolduc, bougie et autre gâteau (juste une pizza!) mais une superbe initiation au voyage avec une occasion de n’être que tout les deux, éloignés d’une autre réalité… Bref, peinards et en vacances !


La Suite >>>>>


Une preuve d’évolution – Chapitre 3: Osmophore & compagnie

C’est encore avec une insolente jouissance que je suis parti à la chasse aux paysages miniatures.
C’est écologique et un peu sportif ( j’ai l’index déclencheur musclé) 🙂 .
 
Surtout sans automobile, tout près de chez moi sur le chemin au bord de mer qui mène à la plage de la mitre.
*
Je propose cent clichés pour ce printemps pluvieux, une accumulation c’est toujours désarmant !
Et puis, aujourd’hui, c’est mon anniversaire, encore une accumulation mais de bougies… alors je me fais plaisir.

Balade à Herculanum

Balade à Herculanum

Composition pour Contrebasse, Fender Rhodes, Synthétiseur, percussions et batterie simplifiée (grosse caisse, charleston et cymbales).

Évocation poétique et musicale d’une flânerie dans l’antique ville d’Herculanum qui a disparu, détruite par l’éruption du Vésuve en l’an 79.

Herculanum a disparu, détruite par l’éruption du Vésuve en l’an 79 après machin, environ trois cent avant qu’un autre désastre, celui-là, monothéique n’achève la civilisation Romaine.

 La Suite >>>>>


Suivant l’inspiration du moment je me suis dit : pourquoi, pas de concert, bourdonner, bruisser, vrombir ou encore bombiller quelque peu ?
Allez, zou! Alea jacta est, aux manettes, au charbon, allons, derechef, composer quelques assemblages sonores accompagnés d’une vidéo et affrontons sereinement les escarbilles de la critique!

 Ne voyez là, contrairement à la vidéo précédente, qu’un prétexte, de nouveau hédoniste, à la découverte de couleurs combinatoires, à l’effervescence du voyage onirique

Démolition partielle Mars 2018Atelier de mécanique : une démolition positive
Bien que les Photographies puissent paraître rudes, il y a là un aspect très positif dans cette entreprise de destruction: il s’agit d’enlever ce qui n’est pas la structure et la charpente et de dépolluer le lieu.
En effet, nous sommes dans la première phase de reconversion de l’atelier de mécanique (atelier des turbines) qui se trouve à la Seyne-sur-Mer dans le Var…
Il ne disparaîtra pas.

Neige à la mine de Cap Garonne - 83220 Le Pradet France

De la neige sur l’ancienne mine de cuivre de Cap Garonne

Visite d’un lieu sculpté, par la neige, qui me fascine par son histoire et quelques somptueux souvenirs : mine de Cap Garonne.

Il y a quelques années : avec des amis nous avions, à mon initiative, choisi comme innocent loisir la visite des mines abandonnées de la Provence cristalline.

A cette époque de la mine de Cap Garonne n’avait pas encore été transformée en un musée qui est, à mon goût, un peu trop aseptisé peut-être même avec une présentation peu trop infantile. Toutefois je reconnais là une bonne initiative car les dégradations dues aux nombreuses visites des cristalliers amateurs et professionnels ont mit à mal les piliers de soutènement du plafond.

La suite >>>>>


Oia
 
 
Tu es sortie des entrailles du tonnerre
Frémissant dans les repentances des nuages
Pierre amère, éprouvée, hautaine
Tu as cherché le soleil saint martyr
Pour ensemble affronter la splendeur dangereuse
Et vous lancer avec l’écho-croisade en haute mer
Éveillée des eaux, tu as dressé, hautaine
Une poitrine de rochers, mouchetée…
Odysséas Elytis
 

 
Cent photos sur l’Italie et avec l’extrait d’un Roman de Madame de Staël, Corinne ou L’Italie.
 
«Ils arrivèrent à Naples, de jour, au milieu de cette immense population qui est si animée et si oisive tout à la fois.Ils traversèrent d’abord la rue de Tolède, et virent les Lazzaroni couchés sur les pavés…»
 
«…Le peuple napolitain, à quelques égards, n’est point du tout civilisé ; mais il n’est point vulgaire à la manière des autres peuples. Sa grossièreté même frappe l’imagination. La rive africaine qui borde la mer de l’autre côté se fait déjà presque sentir, et il y a je ne sais quoi de Numide dans les cris sauvages qu’on entend de toutes parts.»
 

 
Ici, ne cherchez rien d’historique, de logique et moins encore de commémoratif.
 
Il n’y a que la féroce réminiscence hallucinatoire d’un passé relaté, un gigantesque royaume où triomphe un poison obscur et glacé. 
Tapis dans l’ombre, si l’on n’y prend garde, il peut surgir à tout moment.
Quant à l’apocalypse les hommes se suffisent. Ils n’ont nul besoin d’un dieu psychotique affublé de quatre ridicules chevaux efflanqués.
 


 …
Albert Camus« Le problème pour l’artiste absurde est d’acquérir ce savoir-vivre qui dépasse le savoir-faire. Pour finir, le grand artiste sous ce climat est avant tout un grand vivant, étant compris que vivre ici c’est aussi bien éprouver que réfléchir. L’œuvre incarne donc un drame intellectuel. L’œuvre absurde illustre le renoncement de la pensée à ses prestiges et sa résignation à n’être plus que l’intelligence qui met en œuvre les apparences et couvre d’images ce qui n’a pas de raison. Si le monde était clair, l’art ne serait pas. » 
Albert CamusLe Mythe de Sisyphe, 1942

Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo Lovisolo

28 Commentaires

  1. ça l’fait grave !(même si relu 3 fois « À propos de la musique et des images » !)

  2. Frank Lovisolo-Guillard

    Merci ! Que trois fois ? 🙂

  3. Re bonjour, Franck (si vous me permettez de vous appeler par votre prénom),
    Je viens de me connecter sur votre blog pour découvrir votre travail.
    (J’ai accepté, hier, de devenir votre contact sur Viadeo sur la base de votre profil, mais n’avais rien écouté de vous : question de timing).
    Ma première réaction tient en deux mots : QUEL TALENT !!
    Passé ensuite ce premier…choc, voici, à brûle-pourpoint, et dans le désordre, ce qui me vient à l’esprit :
    – une imagination absolument foisonnante, débordante !
    Critère important, à mes yeux, pour un créateur.
    Car certains utilisent et ré-utilisent toujours les mêmes « recettes »…et en deviennent vite « fatiguants ». Par là-même, ils suscitent le désintérêt de l’auditeur.
    – du métier
    L’imagination à elle seule n’est pas suffisante…Au contraire, je crois qu’elle se libère davantage au suivi de certaines règles, certaines contraintes, établies au départ dans l’esprit du compositeur…
    On sent par ailleurs chez vous une connaissance solide des règles d’écriture, nécessaire, et absolue, à mon avis, dans tout travail de ce genre.
    – un appétit inouï de découverte : en effet, dans les domaines que vous explorez, peu de prédécesseurs…Des collègues, éventuellement…Mais tout de même…
    – une profondeur dans le propos
    Et, immense qualité, une profondeur qui est bien réelle, qui n’est pas feinte…
    Voilà…
    J’ai tout de même eu un regret (vous allez bondir : « lequel ? », mais rassurez-vous tout de suite…!) : je n’ai pu écouter tous les extraits de votre bolg, certains ayant appramment du mal à fonctionner techniquement parlant. Tout au moins pour moi (les premiers…). Et, surtout pour le tout premier, au propos TRES alléchant, c’est frustrant !!!!
    Tenez-moi au courant de vos travaux par le biais de votre mail-list, ils m’intéressent.
    (D’autant que, comme vous, je m’intéresse à d’autres domaines artistiques que la musique…).
    Avec mes plus vifs encouragements,
    Hélène

  4. Y’as quand même bien de la chance d’être logé par Monseigneur D. !

  5. Comment un artiste peut-il en même temps être, sur les fils de commentaires des sites d’actualités, un chantre de la bien-pensance bobo débile ?

  6. ahh.. enfin une, de la musique ! et que je n’ai pas en stock..

  7. On se sent tout de suite « bienvenue » et dans l’ambiance! Très belle page.

  8. Un petit coucou en passant par là presque par hasard.
    Que vive la création !

  9. Enfin de la musique et des images sans ce conformisme ahurissant des artistes.
    C’est un réel plaisir de voyager dans un univers qui n’est pas pollué par les prétendus « analystes » de l’art et où on ne sent pas l’idéologie réductrice des écoles d’art et des conservatoires…
    Merci pour ce regard infini sur Nous…

  10. Jean-Pierre Hérault

    Très beau site avec un esprit encyclopédique !
    Bravo

  11. j adore

  12. C’est beau:le spectacle, les gens en paix dans leur diversité et avec l’art et la sensibilité du narrateur photographe et la musique…

  13. Merçi de nous distiller ces touches de poésie. Elles éclairent mon quotidien…

  14. S’en est ou le projet de permi de construction et inauguration? pour le project a la seyne du complexe Ateliers Mécaniques?

  15. Votre production est remarquable, sobre mais diablement léchée. C’est un enchantement à bien des niveaux, on ressort de chaque « séance » (car c’est d’un véritable spectacle qu’il s’agit, d’une représentation) grandi, enrichi, émerveillé … Bravo et merci pour vos propositions (les bandes-son … !)

  16. Moi, qui pourtant te connais si bien, je te découvre tous les jours avec enchantement.

  17. Frank je suis sous le charme et encore plus…
    Merci de nous offrir cette richesse.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.