Alla rinfusa 002 – Cento fotografie sulle caratteristiche d’Italia.

Corinne ou l’Italie

 

à l’écoute :
Corinne ou l'Italie

Italia Fotografie



Madame de Staël - Corinne ou l'Italie

Corinne ou l’Italie

Par Madame de Staël
(Germaine de Staël-Holstein )
Extrait :  Livre IX Chapitre II
 
 
 
 
 
Madame de Staël – Portrait par
François Pascal Simon Gérard
dit baron Gérard.

 


Ils arrivèrent à Naples, de jour, au milieu de cette immense population qui est si animée et si oisive tout à la fois. Ils traversèrent d’abord la rue de Tolède, et virent les Lazzaroni couchés sur les pavés, ou retirés dans un panier d’osier, qui leur sert d’habitation jour et nuit. Cet état sauvage qui se voit là, mêlé avec la civilisation, a quelque chose de très-original. Il en est parmi ces hommes qui ne savent pas même leur propre nom, et vont à confesse, avouer des péchés anonymes, ne pouvant dire comment s’appelle celui qui les a commis. Il existe à Naples une grotte sous terre, où des milliers de Lazzaroni passent leur vie, en sortant seulement à midi pour voir le soleil, et dormant le reste du jour, pendant que leurs femmes filent. Dans les climats où le vêtement et la nourriture sont si faciles, il faudrait un gouvernement très indépendant et très actif, pour donner à la nation une émulation suffisante.

Car il est si aisé pour le peuple de subsister matériellement à Naples, qu’il peut se passer du genre d’industrie nécessaire ailleurs pour gagner sa vie. La paresse et l’ignorance, combinées avec l’air volcanique qu’on respire dans ce séjour, doivent produire la férocité, quand les passions sont excitées ; mais ce peuple n’est pas plus méchant qu’un autre. Il a de l’imagination, ce qui pourrait être le principe d’actions désintéressées, et avec cette imagination on le conduirait au bien, si ses institutions politiques et religieuses étaient bonnes.

On voit des Calabrois qui se mettent en marche pour aller cultiver les terres, avec un joueur de violon à leur tête, et dansant de temps en temps pour se reposer de marcher. Il y a tous les ans, près de Naples, une fête consacrée à la Madone de la grotte, dans laquelle les jeunes filles dansent au son du tambourin et des castagnettes, et il n’est pas rare qu’elles fassent mettre pour condition, dans leur contrat de mariage, que leur époux les conduira tous les ans à cette fête. On voit à Naples, sur le théâtre, un acteur âgé de quatre-vingts ans, qui depuis soixante ans fait rire les Napolitains dans leur rôle comique national, le Polichinelle. Se représente-t-on ce que sera l’immortalité de l’âme pour un homme qui remplit ainsi sa longue vie ? Le peuple de Naples n’a d’autre idée du bonheur que le plaisir ; mais l’amour du plaisir vaut encore mieux qu’un égoïsme aride.

Il est vrai que c’est le peuple du monde qui aime le mieux l’argent ; si vous demandez à un homme du peuple votre chemin dans la rue, il tend la main après avoir fait un signe : car ils sont plus paresseux pour les paroles que pour les gestes ; mais leur goût pour l’argent n’est point méthodique ni réfléchi ; ils le dépensent aussitôt qu’ils le reçoivent. Si l’argent s’introduisait chez les sauvages, les sauvages le demanderaient comme cela. Ce qui manque le plus à cette nation, en général, c’est le sentiment de la dignité. Ils font des actions généreuses et bienveillantes par bon cœur, plutôt que par principes : car leur théorie, en tout genre, ne vaut rien, et l’opinion, en ce pays, n’a point de force.

Mais lorsque des hommes ou des femmes échappent à cette anarchie morale, leur conduite est plus remarquable en elle-même, et plus digne d’admiration que partout ailleurs, puisque rien, dans les circonstances extérieures, ne favorise la vertu.

On la prend tout entière dans son âme. Les lois ni les mœurs ne récompensent ni ne punissent. Celui qui est vertueux, est d’autant plus héroïque, qu’il n’en est pour cela ni plus considéré ni plus recherché.

À quelques honorables exceptions près, les hautes classes ont assez de ressemblance avec les dernières ; l’esprit des unes n’est guère plus cultivé que celui des autres, et l’usage du monde fait la seule différence à l’extérieur. Mais au milieu de cette ignorance, il y a un fond d’esprit naturel et d’aptitude à tout, tel, qu’on ne peut prévoir ce que deviendrait une semblable nation, si toute la force du gouvernement était dirigée dans le sens des lumières et de la morale. Comme il y a peu d’instruction à Naples, on y trouve, jusqu’à présent, plus d’originalité dans le caractère que dans l’esprit.

Mais les hommes remarquables de ce pays, tels que l’abbé Galiani, Caraccioli, etc., possédaient, dit-on, au plus haut degré, la plaisanterie et la réflexion, rares puissances de la pensée, réunion sans laquelle la pédanterie ou la frivolité vous empêchent de connaître la véritable valeur des choses.

Le peuple napolitain, à quelques égards, n’est point du tout civilisé ; mais il n’est point vulgaire à la manière des autres peuples. Sa grossièreté même frappe l’imagination. La rive africaine qui borde la mer de l’autre côté se fait déjà presque sentir, et il y a je ne sais quoi de Numide dans les cris sauvages qu’on entend de toutes parts. Ces visages brunis, ces vêtements formés de quelques morceaux d’étoffe rouge ou violette, dont la couleur foncée attire les regards ; ces lambeaux d’habillements, que ce peuple artiste drape encore avec art, donnent quelque chose de pittoresque à la populace, tandis qu’ailleurs l’on ne peut voir en elle que les misères de la civilisation. Un certain goût pour la parure et les décorations se trouve souvent, à Naples, à côté du manque absolu des choses nécessaires ou commodes. Les boutiques sont ornées agréablement avec des fleurs et des fruits. Quelques-unes ont un air de fête qui ne tient ni à l’abondance ni à la félicité publique, mais seulement à la vivacité de l’imagination ; on veut réjouir les yeux avant tout. La douceur du climat permet aux ouvriers, en tout genre, de travailler dans la rue. Les tailleurs y font des habits, les traiteurs leurs repas, et les occupations de la maison, se passant ainsi au-dehors, multiplient le mouvement de mille manières. Les chants, les danses, des jeux bruyants accompagnent assez bien tout ce spectacle ; et il n’y a point de pays où l’on sente plus clairement la différence de l’amusement au bonheur ; enfin, l’on sort de l’intérieur de la ville pour arriver sur les quais, d’où l’on voit et la mer et le Vésuve, et l’on oublie alors tout ce que l’on sait des hommes.

Oswald et Corinne arrivèrent à Naples pendant que l’éruption du Vésuve durait encore. Ce n’était de jour qu’une fumée noire qui pouvait se confondre avec les nuages ; mais le soir, en s’avançant sur le balcon de leur demeure, ils éprouvèrent une émotion tout à fait inattendue. Ce fleuve de feu descend vers la mer, et ses vagues de flamme, semblables aux vagues de l’onde, expriment, comme elles, la succession rapide et continuelle d’un infatigable mouvement. On dirait que la nature, lorsqu’elle se transforme en des éléments divers, conserve néanmoins toujours quelques traces d’une pensée unique et première. Ce phénomène du Vésuve cause un véritable battement de cœur. On est si familiarisé d’ordinaire avec les objets extérieurs, qu’on aperçoit à peine leur existence ; et l’on ne reçoit guère d’émotion nouvelle, en ce genre, au milieu de nos prosaïques contrées ; mais tout à coup l’étonnement que doit causer l’univers se renouvelle à l’aspect d’une merveille inconnue de la création : tout notre être est agité par cette puissance de la nature, dont les combinaisons sociales nous avaient distraits longtemps ; nous sentons que les plus grands mystères de ce monde ne consistent pas tous dans l’homme, et qu’une force indépendante de lui le menace ou le protège, selon des lois qu’il ne peut pénétrer. Oswald et Corinne se promirent de monter sur le Vésuve ; et ce qu’il pouvait y avoir de périlleux dans cette entreprise répandait un charme de plus sur un projet qu’ils devaient exécuter ensemble.

[Amusant, non ? ]
Le Début et la suite >>>>>



Oswald Achenbach - Napoli Piazza San Domenico Maggiore

Oswald Achenbach
Napoli Piazza San Domenico Maggiore

 

Corinne ou l'Italie

RENOIR Pierre Auguste 
Baie de Naples au matin, 1881

 Joseph Mallord William Turner

Joseph Mallord William Turner
The Castel dell’Ovo, Naples, with Capri in the Distancei 1856


Joseph-Vernet-Naples-Seascape: Calm - Corinne ou l'Italie

Claude Joseph Vernet
Naples Seascape: Calm (1735 et 1740)


 Baie de Naples - Robert Walter Weit - Corinne ou l'Italie

Robert Walter Weit
Baie de Naples


Urbain GARIN de COCCONATO-Naples, palais de la reine Jeanne, 1841 - Corinne ou l'Italie

Urbain GARIN de COCCONATO
Naples, palais de la reine Jeanne, 1841


Corinne ou l'Italie

Ivan Aivazovsky
La baie de Naples dans le matin (1847)


Corinne ou l'Italie

Pierre-Jacques Volaire
L’Éruption du Vésuve, le 14 mai 1771


Antonie Sminck Pitloo<br/>Castel dell'Ovo, Naples (1820) - Corinne ou l'Italie

Antonie Sminck Pitloo
Castel dell’Ovo, Naples (1820)


Joseph Mallord William Turner - The Bay of Baiae, with Apollo and the Sibyl - Corinne ou l'Italie

Joseph Mallord William Turner
The Bay of Baïae, with Apollo and the Sibyl


Corinne ou l'Italie

Joseph Mallord William Turner
1817 – Mount Vesuvius in Eruption


Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie – Corinne ou l’Italie –
Lien pour marque-pages : Permaliens.

6 Commentaires

  1. magnifiqueS et merci ! irai bien faire un ptit tour chez les lazzaroni sauvages !!

  2. Superbe document que j’aurais bien aimé lire avant d’aller à Naples
    Merci Frank

  3. Enfin « on » a retrouvé Landolfi ! Beau voyage dans le Beau. Merci !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.