Finale de la Coupe du Monde 2018 à Toulon

Coupe du Monde 2018

Football mondialisé. N’en jetez plus, la Coupe est pleine !
Si au Mourillon l’ambiance était à la fête il n’en était pas de même au centre ville.
ComGris


Si quelqu’un se retrouve ici et désire en disparaître, il suffira de m’écrire en me donnant le n° de la photo ( postmaster@frank-lovisolo.fr )
Je l’enlèverai le plus vite possible: promis, juré, craché : Évitons le carton ROUGE !


001


002


003


004


005


Coupe du Monde 2018

Coupe du Monde 2018 – Place monseigneur François Deydier Toulon

Je ne suis pas un amateur de football. Je n’ai mis qu’un but dans ma vie et c’est dans mon propre camp. Cela a mit fin, brutalement, à une carrière, financièrement, prometteuse!

Hier soir je ne savais même pas que c’était la Finale: ce qui confirme ma totale incompétence en la matière 🙂 !!!

Je dois être un mauvais citoyens

Ce n’est que pour le plaisir du reportage que je présente ces photos souvent très drôles. Cette ambiance de liesse générale m’a amusé et faire des photographies dans cette circonstance relève du plaisirs primitif de la chasse où l’appareil photographique se transforme en une arme pacifique.

Quant à toutes les considérations politiques ou philosophiques concernant ce sport, vous pouvez en débattre à loisir dans rubrique commentaire, plus bas sur la page.

Dans cet article je ne me prononcerai pas. Pure Photographie, exceptionnellement sans musique, j’ai encore des traces de klaxons dans les oreilles!!!

!!! SILENCE DONC !!!


L’autre côté du miroir aux Alouettes
▲▲                             L’article de Gérard Ponthieu                        ▲▲


  Haut de Page  
Lien pour marque-pages : Permaliens.

7 Commentaires

  1. oui, hélas, la démangeaison du clic, hier, il suffisait de se poster à un coin de rue ou de se pencher à la fenêtre. Oui, il y a quelques années, tu postais un sens interdit foot: comme quoi on évoluerait ? humm… Oui, être le premier à dégainer et poster, forcément la musique ne suit pas.

  2. Ah tu veux du débat ? Ce que j’en dis sur mon blog : « Les dieux du stade appellent d’archaïques et, semble-t-il, d’immuables désirs de croyances. Une même soif d’idoles dont les vénérations comblent les manques à vivre. Les foules innombrables communient dans d’énormes clameurs. De grands enfants entrent en régression et pleurent en évoquant leurs mamans. Les hyper-systèmes médiatiques amplifient l’effet de séparation qui coupe le réel du Spectacle. La désillusion attend son retour programmé. Les nouvelles mythologies ont de courtes vies.« 

    Ça se discute…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.