Les Danseurs du Chemin des Dames – Vidéo

Reading Time: 19 minutes

Chemin des Dames

ComGris
OFFICIAL SELECTION - BIDEODROMO International Experimental Film and Video Festival - 2019 (1)
Avant tout le silence puis l‘industrialisation du sacrifice humain.
Cliquer ici pour le plein écran – Click here to enlarge ⇑  

Ingrid TedeschiSur le texte et la musique:

Cécile Périn est dite par Ingrid Tedschi.

«Croix de Bois» par les étudiants NTS d’Ingémédia Groupe B de l’université de Toulon année 2017-18.

Pour les étudians d’Ingémédia : notes sur la musique et la vidéo en bas de page >>>>>

 


 

Sous titres : Traduction des textesGeneviève Tevenart 

Subtitle: Texts Translation

Merci beaucoup ! Geneviève Tevenart 

 

 C’est une danse, une danse de lutte à vie pour semer la mort, une danse avec les camarades et la camarde. Une danse sur le tempo du patriotisme au ton de l’héroïsme sur fond de boucherie. Les orchestres se font face, mais les chefs à la cravache sont eux bien à l’abri risquant tout au plus une céphalée, vite soignée d’une médaille, qu’un éclat d’obus.
Quand le feu et le bruit ont fait leurs vendanges et se sont repus de bras et de jambes, il vient l’obusite. Le «shell shock», bien avant le rock, une autre danse commence et il sera difficile d’inviter tant les visages sont ravagés et les âmes brisées.
Pourtant, loin, dans les salons les valses sans balles ne s’arrêtent jamais et l’on punit les mauvais danseurs, ceux qui n’aiment pas le rythme imposé. Deux mille quatre cents danseurs condamnés à mort et environ six cents fusillés pour l’exemple, condamnés certainement pour un excessif instinct de conservation…  
« L’instinct de conservation se rebelle contre la guerre », disait un psychiatre allemand dont le nom ne nous est pas parvenu…
 
Neuf millions sept cent mille danseurs vont mourir pour cette infâme chorégraphie ainsi que huit millions neuf cent mille spectateurs involontaires ou indirectement complices d’un hallucinant spectacle engendré par la criminelle impéritie de dirigeants qui, finalement, ne l’auront jamais vu ce spectacle dont ils se sont si souvent vantés dans les salons et enorgueillis dans les défilés. 
 

 Il y a dans toutes les villes de France un monument où sont inscrits les morts au combat. Il en est de même pour le petit village de Comps-sur-Artuby qui est une commune française située au nord du département du Var. À cette époque, c’était un petit village, 584 personnes en 1911, sur la stèle on dénombre 35 personnes à qui l’on a salement volé la vie. C’est beaucoup pour un petit village.
Tout comme Baptistin Joseph David Magnan dit « Lili des Bellons », l’ami d’enfance de Marcel Pagnol tombé au front « … en 1917, dans une noire couverture baïonnette Pinard 1916forêt du Nord, une balle en plein front avait tranché sa jeune vie, et il était tombé sous la pluie, sur des touffes de plantes froides dont il ne savait pas les noms… »
Tous ces pauvres gens Français, Allemands ainsi que leurs alliés, arrachés à leurs terres et leurs familles à qui l’on a usurpé le patriotisme pour un conflit qui n’était pas le leur, mais celui d’industrieux agioteurs et cupides bien à l’abri dans leurs grandeurs.
La plupart n’ont jamais vraiment su pourquoi on les a envoyés souffrir là-bas où seule la mort n’était pas un mensonge.
Certainement, un milliard d’obus ont été tirés durant ce conflit dont quinze pour cent n’ont pas éclaté. Cependant, ils continuent d’exploser lentement et silencieusement polluant pour longtemps les sols et les eaux.
Quand il s’agit de détruire, c’est fou ce que l’on arrive à générer comme argent…

Mortifère non ???

Pages ( 1 sur 9 ): 1 23 ... 9Suivant »
Lien pour marque-pages : Permaliens.

18 Commentaires

  1. travail impressionnant, combien de temps pour rassembler les documents, le réaliser ? quel impact public ? par quels médias ?

  2. Très beaux matériaux – voix, musique, images – qui tendent vers l’élégie. Tiens, se dit la spectatrice, il faudrait que je retrouve les lettres de mon grand-père à sa mère, lettres des tranchées, écrites au crayon mine avec force majuscules, je crois que j’ai pris soin d’en faire des photocopies car le crayon se délave avec le temps. Nous parlions, toi, Frank, et moi de l’audibilité des voix/musique, c’est effectivement concluant ici. J’ai lu il y a quelques années Au revoir là-haut de Pierre Lemaitre, ce n’est pas mon livre de chevet, mais la bonne blague d’une gueule cassée à la patrie, certains diront, c’est un livre facile, j’ajouterai, quel travail pour arriver à la simplicité ! Merci à toi, à Ingrid, aux étudiants.

  3. FAUCHER Jean-Pascal

    Horriblement magnifique et magnifiquement horrible. Toute l’absurdité et l’incompréhension de cette guerre.

    Merci pour eux, merci pour nous

  4. J’ai découvert cette oeuvre chez Jean Aicard, à La Garde. C’est un excellent travail de montage et de son, de paroles et de pensées contenues magnifiées dans des poèmes. Un hommage d’humilité et de coeur sans cérémonie mais en est-il encore besoin ? Je suis très touché et encore plus par le simple fait familial de la disparition de mon grand-père au “Chemin des Dames”. Je l’ai vu et écouté grâce à vous.
    Merci.

    • C’est moi qui vous remercie d’être venu et d’avoir apprécié mon film.
      Un film sur un sujet qui, après sa réalisation et le recul nécessaire, m’a paru très difficile à faire sans me laisser submerger par l’émotion.
      Encore merci pour votre poignant commentaire.

  5. Travail superbe ! Beaucoup d’émotion !

  6. Je revois la vidéo avec plaisir, d’autant plus que sur le PC c’est beaucoup plus visible et plus audible. Mais c’est un détail technique, le fond et la forme ont été appréciés par tous les spectateurs, qui sont restés un peu scotchés à la fin de la projection. Il y a de quoi…

    • Merci!!!!!
      Oui, c’était un peu dommage pour le son… Il y a quelques années les rayons HIFI étaient très fournis et la culture sonore bien plus présente. Tout ça a été remplacé tout d’abord par le mp3 mal employé avec des casques de qualité douteuse et maintenant toutes ces misérables enceintes bluetooth qui arborent un son plus qu’approximatif qui ne convient qu’à la musique culturellement minimaliste, dans le mauvais sens du terme. Je ne parle pas, bien évidement, de Steve Reich et compagnie !!!

      • Les prix sont plus abordables, mais la qualité a baissé..C’est le temps du consommable. Les enceintes dont tu parles sont considérées ainsi; les imprimantes..Je viens d’aller faire un tour sur le site Ellipson. Il y a du bon matériel, mais les prix sont fameux..

        • Il existe des enceintes abordables dites de bibliothèque permettant un volume sonore largement suffisant. Les prix s’échelonnent de 250€ à 400€ la paire. Pas besoin d’un ampli surpuissant. J’ai écrit un article à ce sujet:

          A plus !!!

  7. Enfin j’ai vu : très beau. J’aime en particulier ces quatre écrans carrés qui se parlent, s’opposent, se répondent. Vu, plus qu’entendu car, sur un ampli merdique de circonstance, j’avais du mal à distinguer les paroles. Bravo l’artiste !

    • Merci Gérard !!! Dommage pour la musique ! Pourtant tu as tout ce qu’il faut chez toi ! Peut-être te manque-t-il un câble de circonstance pour relier ton ordi. à ton Harman Kardon ! Ceci dit un bon casque ferait l’affaire !@plus

  8. Merci cher Frank, je viens, enfin, de regarder et écouter ton oeuvre , c’est très fort !!!!! Bravo à toi
    Bises
    Thierry B

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.