Des gens à Milan au mois de juin

Reading Time: 4 minutes
Milan – Spaghetti à la carbonara – Milan – Spaghetti à la carbonara – Milan – Spaghetti à la carbonara –
à l’écoute Fish Market
ComGris

Un jour avant «The Floating Piers»

Des gens à MilanMilanC’est vrai, j’aurai pu photographier  la cathédrale de Milan…

 

Mais à quoi bon ?
« Il Duomo » ; tout le monde le photographie. A force de lui piquer des photons, ça pourrait bien finir par l’user ! Une érosion quantique (ça va, les physiciens, je rigole. Je n’emploie pas certains mots à la légère !).

J’ai trouvé nettement plus amusant de photo-chasser ! Les prédateurs sont toujours là où il y a du gibier !
Ici, à Milan, Piazza del Duomo, il y en a.
Toutes les nationalités sont présentes, un véritable régal anthropologique et ethnologique ! Ça bouge dans tous les sens. Jeunes et moins jeunes dans le même but touristique pour les uns et certainement à destination du travail pour les autochtones.

Ça bouillonne, on est en Italie. On ne peut pas se tromper.

 
Milan est conquise en -222 par les Romains et sera la capitale de l’Empire romain d’Occident pendant un peu plus d’un siècle, de 286 à 402.

Giuseppe_Arcimboldo_-_Summer,_1573

Giuseppe Arcimboldo L’Été 1573

L’empereur Constantin Ier, traître parmi les traîtres, y promulgue l’édit de Milan en 313 qui légalise l’épouvantable culte chrétien, sa cohorte d’interdits, son sexisme d’attardés mentaux et ses promesses de supplices infernaux aux désobéissants, l’arme absolue des pouvoirs mortifères sur les pauvres gens, bref du terrorisme.
Ceci expliquant peut-être cela, actuellement, à Milan la mode est là. Elle se veut rieuse, provocatrice, sexy, à l’encontre du christianisme et de ses thuriféraires morbides.
Et, comme pour un pied de nez à cette église omniprésente et castratrice, sur des bicyclettes décorées à leurs couleurs issues d’un prisme, gais et gaies roulent joyeusement en une procession fantastique devant l’édifice ouvragé.
Cette ville, on la sent vive et pétulante. On retient que c’est aussi la ville natale de l’Arcimboldo et du Caravage.
Les Tricheurs

Caravage – Les tricheurs

Après cette chasse visuelle, qui ne nourrit que l’esprit, nous irons au Restaurant «Al Mercante» Piazza Mercanti, point central de la cité médiévale.
 
On y déguste de fabuleuses Carbonara.
IMG_5415Faire des pâtes est tout un art. Ici, on le sublime !
Généralement, en France, quand au restaurant, par dépit, devant une carte sans imagination, on commande des « carbonara », on vous sert des choses pitoyables, tristes, flasques et blanchâtres où se sont perdus, au milieu d’un gras indéfinissablement insalubre, quelques lardons mal cuits, mornes et insipides. Il trône, au milieu de ce pitoyable édifice, un malheureux jaune d’œuf dans une demi-coquille éventrée.
Si la chance vous sourit, on vous amènera, pour parfaire l’ineptie, un genre de poudre fromagère granuleuse avec cet énigmatique arrière-gout de savon qu’ils osent nommer Parmesan.
Ici, rien de tel.
C’est une véritable et joyeuse poitrine fumée qui parfume le mets. Elle est tranchée si finement et rissolée de même que l’on y voit au travers. Les pâtes sont certainement du plantureux calibre n° 7 et la texture porte à croire qu’elles proviennent de Gragnano.
La cuisson est parfaite, « Al dente ». La crème est discrète et on n’a pas lésiné sur le safran, une coquetterie à la recette d’origine qui donne au plat une touche de nouvelle cuisine, de couleur et de bon gout.
Le fromage d’accompagnement est le « Parmigiano Regiano », celui d’Émilie-Romagne, que l’on vous sert avec une généreuse râpe. Il neige à gros flocons sur votre assiette.
Il est temps d’y savourer avant que cela refroidisse.
C’est du grand art, l’Italie du Nord en bouche et l’on souhaite que cela ne finisse pas.
C’est décidé, demain j’essaie de reproduire la recette.
Ça, s’est fait !!!!

                        Spaghettis à la carbonara

Pour  8 personnes

 

  • 800 g de spaghettis
  • 3 jaunes d’œufs
  • 200 g de crème fraîche
  • 120 g d’olives vertes dénoyautées et coupées en petits morceaux
  • 4 tranches épaisses de jambon blanc en dés
  • 2 tranches de pancetta en petites lanières
  • 4 cuillères à soupe d’huile d’olive
  • Parmesan râpé, sel, poivre, muscade

Dans une sauteuse, faire revenir dans l’huile d’olive les champignons (légèrement dorés) puis la pancetta (la dorer légèrement) et enfin le jambon.

Battre les jaunes d’œufs avec la crème, ajouter le sel, le poivre et la muscade. Mélanger cette préparation aux champignons, aux olives, à la pancetta et au jambon.

Cuire les spaghettis « al dente », les égoutter rapidement et les remettre dans la marmite de cuisson. Verser, en une seule fois, la sauce sur les pâtes. Mélanger. Réchauffer si nécessaire.

Servir très chaud accompagné de parmesan.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.