Sappho (Σαπφώ) : Fragments 3

Reading Time: 7 minutes
 Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments – Sappho Fragments –

    Sappho Fragments
SapphoSAPPHO EST UNE POETESSE GRECQUE QUI VECU AU VIIE SIECLE AVANT NOTRE ERE A MYTILENE, SUR L’ILE DE LESBOS.
IL NE NOUS RESTE D’ELLE QUE DES FRAGMENTS DE POEMES, ÔDES ET CITATIONS EPARSES…
AVEC CLAIRE DUTHEIL NOUS AVONS VOULU ILLUSTRER, MUSICALEMENT, QUELQUES UNS DE CES FRAGMENTS…

Titre Sacem : Sappho fragments 3 – Code ISWC : T-302.917.059.6 – ISRC : FR-9W1-21-04148

Claire2021———– Composition pour les fragments choisis d’une Poésie lyrique antique écrite il y a environ 2600 ans par Sappho. Percussions (Grosse caisse et cymbales), Basse, Qanun, Sax soprano, Clarinette, Karamuza, deux Synthétiseurs dont un pour une séquence itérative et, pour finir, diverses Ambiances sonores dominées par la mer, nous sommes sur à Mytilène sur l’île de Lesbos, nom de Zeus, d’Aphrodite et de tout l’Olympe!
Le texte a été enregistré le 11 avril 2010.
 
 
Avec Françoise Claire Dutheil : Diseuse de Texte.
———– Cette composition est la suite inéluctable des deux précédentes sur le même thème: Sappho Fragments 1 et Sappho Fragments 2 composés, respectivement en 2009 et 2011.
 
Il faut parfois une période de réflexion pour la poursuite d’une œuvre! 
Et puis je ne pouvais, décemment, laisser la merveille voix de la diseuse dans le Kolpos Yieras!
Alors, derechef, nous devons franchir le temps, un saut de 2600 ans qui ne rajeunira personne!
C’est tout moi ça, il faut que je sois amoureux de trois dames antiques, avec l’indéniable avantage que, si j’oublie la ridicule et mercantile Saint-Valentin, il n’y aura pas une nouvelle Guerre de Troie ni 150 ans de Guerres puniques !
Sappho, Hipparchia, Hypatie d’Alexandrie, mes Dames, je vous admire.
Mais, il y en a tant d’autres m’aurait dit Judy Chicago
Quant à toi, Ô divine diseuse, j’espère de tout cœur que cette composition te plaira…
 

Sappho Fragments

 

Nous…

Aphrodite…

Et suaves paroles…

Puisse-t-elle lancer…

En ayant…

Fleurit…

 

De la rosée…

Chevrier… Désir… Sueur…

Rose…

Je dis…

 

Devenir…

Puisse accomplir…

Je veux…

Avoir…

Disait…

 

Compagne…

Lui…

Tout… Une autre…

                            Boucle…

Pars… 

                                       Au plus vite…

 

Et toi Dika, entoure de couronnes ta chevelure charmante, tressées de branche d’aneth par tes mains délicates ;

 

car la bien fleurie, les bienheureuses Charites, aussi, la regardent plus volontiers, tandis que de celles qui n’ont pas de couronnes elles se détournent.

 

Mnasidica est plus belle que la délicate Gyrinnô…

 

Reste ici…

 

De nouveau vers…

 

En fait…

En violettes Tempêtes…

Artémis… 

A qui possède…

Très riche…

Comme le vieux…

Ecouter…

 

 

A Toi qui de Zeus qui tient l’égide as obtenu…

Ô déesse de Cythère, je te prie ayant le cœur …

Écoute ma prière, si jamais tu l’as déjà fait une autre fois…

Ayant laissé…

À la suite de mon cri…

Difficile…

 

Nous…

Présage…

Jeunesse…

Boucles…

Etre humain…

Chagrin…

Reine…

 

Elle, voulant…

A nous…

Nous…

Les mains…

 

Insolents… qui ont trop de privilèges… les femmes de ce genre… 

«La beauté plus grande»;

 

Andromede

Andromède 1869 Edward Poynter

 

Car qui est-ce qui… 

A moi le souffle du Zéphyr… à toi porté par le vent…

« Fille de la… »

Cela a été écrit contre Andromède…

Sur Andromède…

« En fait cela vaut mieux… »

 
Mandel Rouge 001
 
En savoir plus
La mort de Sappho - Gustave Moreau - 1872

La mort de Sappho – Gustave Moreau – 1872

« Il m’éblouit, il goute le bonheur des dieux cet homme qui devant toi prend place et près de toi écoute, captivé, la douceur de la voix.
 
Ah ! ce désir d’aimer qui passe dans ton rire. Et c’est bien pour cela qu’un spasme étreint mon cœur dans ma poitrine.
 
Car si je te regarde, même un instant, je ne puis plus parler.
 
Mais d’abord ma langue est brisée, un feu subtil soudain a couru en frisson sous ma peau, mes yeux ne me laissent plus voir, un sifflement tournoie dans mes oreilles.
 
Une sueur glacée couvre mon corps, et je tremble, tout entière possédée, et je suis plus verte que l’herbe.
 

Me voici presque morte, je crois. Mais il faut tout risquer… puisque… »

Sappho
 

Sappho-Fragments

Acquis en librairie: La joie de lire,
141 Boulevard de Bazeilles – 83000 TOULON

ODES ET FRAGMENTS : RÉSUMÉ

Née à Érèse, près de Mytilène, en l’île de Lesbos, vers 612 avant notre ère, Sapphô fait partie de l’aristocratie. Elle est contrainte à un mariage douloureux.

Elle est exilée en Sicile par le tyran Mélanchros, puis graciée par son successeur Pittacos.

De retour à Mytilène, elle dirige une académie accueillant et éduquant les jeunes filles de la noblesse.

La biographie de celle que Platon appelait «la dixième des Muses» tient donc en quelques indications approximatives, et son œuvre, réchappée des désastres du temps et de l’histoire, livre aujourd’hui à peine plus de 600 vers alors qu’elle en comptait près de 12 000.

Mais ceux qui nous sont parvenus forment désormais, sur le mode discontinu, autant d’aveux oraculaires qui portent la lumière et la force d’un feu fougueusement sacré tout entier voué à l’Amour.

 
Trad. du grec ancien et préfacé par Yves Battistini
Traduction revue – .Édition bilingue
Collection Poésie/Gallimard (n° 405), Gallimard
 
Margaritis Georgios - Sappho priant Aphrodite  vers 1843

Margaritis Georgios – Sappho priant Aphrodite vers 1843

Renée Vivien vers 1905

Renée Vivien vers 1905

Sapho
Traduction par Renée Vivien
Texte intégral


Sapho : Traduction nouvelle avec le texte grec, Alphonse Lemerre, éditeur, 1903 (p. i-149)

 

Le surnom de « Sapho 1900, Sapho cent pour cent » a été donné à Renée Vivien par André Billy, dans L’Époque 1900.

Les alentours de l’année 1900 connaissent une floraison d’œuvres écrites par des femmes (Renée Vivien, Colette, Anna de Noailles, Lucie Delarue-Mardrus…),

1920px Lesbian pride flag 2018.svg

dont plusieurs affichent leurs relations homosexuelles.

Ce phénomène met au goût du jour l’œuvre et le personnage de la poétesse Sappho.

Renée Vivien en particulier fait construire une maison à Mytilène, sur l’île de Lesbos.

Mais elle fait surtout paraître en 1903 un Sapho, dans lequel le texte grec est suivi d’une traduction en prose et des propres vers de Renée Vivien, vers dont l’atmosphère est davantage celle des Fleurs du mal de Charles Baudelaire que celle de la Grèce archaïque.

Ses vers ont toutefois une qualité poétique proche de l’original : Vivien utilise la strophe sapphique avec une grande aisance. L’ouvrage de Vivien a contribué à ancrer dans le public la réputation d’une Sappho avant tout lesbienne.

Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/renée-vivien

 
 
En débarquant à Mytilène

Renée Vivien

A l’heure des mains jointes

Du fond de mon passé, je retourne vers toi,
Mytilène, à travers les siècles disparates,
T’apportant ma ferveur, ma jeunesse et ma foi,
Et mon amour, ainsi qu’un présent d’aromates,
Mytilène, à travers les siècles disparates,
Du fond de mon passé, je retourne vers toi.

Je retrouve tes flots, tes oliviers, tes vignes,
Et ton azur où je me fonds et me dissous,
Tes barques, et tes monts avec leurs nobles lignes,
Tes cigales aux cris exaspérés et fous,
Sous ton azur, où je me fonds et me dissous,
Je retrouve tes flots, tes oliviers, tes vignes.

Reçois dans tes vergers un couple féminin,
Île mélodieuse et propice aux caresses,
Parmi l’asiatique odeur du lourd jasmin,
Tu n’as point oublié Psappha ni ses maîtresses,
Ile mélodieuse et propice aux caresses,
Reçois dans tes vergers un couple féminin.

Lesbos aux flancs dorés, rends-nous notre âme antique,
Ressuscite pour nous les lyres et les voix,
Et les rires anciens, et l’ancienne musique

Qui rendit si poignants les baisers d’autrefois,
Toi qui gardes l’écho des lyres et des voix,
Lesbos aux flancs dorés, rends-nous notre âme antique,

Évoque les péplos ondoyant dans le soir,
Les lueurs blondes et rousses des chevelures,
La coupe d’or et les colliers et le miroir,
Et la fleur d’hyacinthe et les faibles murmures,
Évoque la clarté des belles chevelures
Et les légers péplos qui passaient, dans le soir,

Quand, disposant leurs corps sur tes lits d’algues sèches,
Les amantes jetaient des mots las et brisés,
Tu mêlais tes odeurs de roses et de pêches
Aux longs chuchotements qui suivent les baisers,
À notre tour, jetant des mots las et brisés,
Nous disposons nos corps sur tes lits d’algues sèches,

Mythilène, parure et splendeur de la mer,
Comme elle versatile et comme elle éternelle,
Sois l’autel aujourd’hui des ivresses d’hier,
Puisque Psappha couchait avec une immortelle,
Accueille-nous avec bonté, pour l’amour d’elle,
Mytilène, parure et splendeur de la mer !

 
PDF Logo 02.jpg

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *