Wake up and Coffee

Reading Time: 7 minutes
Coffee – Coffee – Coffee – Coffee – Coffee – Coffee – Coffee – Coffee
coffee
 
ComGris
 
De l’album : The Den without enD
WAKE UP AND COFFEE L’AGRYPNIE DE PROMETHEE AUTOPORTRAIT D’UNE LOCOMOTIVE OKSANA THE UNDERNEATH ZONG BING
Wake up and Coffee FB Promethe FB Autoportrait locomotive vapeur FB 001

Oksana

The Underneath FB Zong Bing FB
Responsable de l’ordre des composition sur l’album : Hervé Zénouda.
 
Article en cours de construction.
Le Café est à 4mn30

Composition pour : 
+
Piano, Contrebasse,
Saxophone Soprano, Clarinette Basse, Bugle,
Batterie, Percussions,
Drone

A tout ceux dont le réveil n’est pas une sinécure et le café un sacerdoce ou, accessoirement, le contraire !

 

Hypnos, merci.
Tu m’as offert ce don qui fait que, de ma couche douillette, je puisse poser pied à terre et être, subito, en pleine forme! Je ne passe pas par les adolescentes et désolantes affres du réveil.
Naturellement, je vais omettre les lendemains de cuite ou de biture avec un seul « t ». Celles que l’on apprend au régiment, auquel j’ai échappé, celles des « après spectacle » que j’ai honoré plus qu’il ne faut et, pour finir, celles où, l’Été sous une fraiche tonnelle toute en vigne, on refait le monde à grands coups de rosé glacé, de chaudes palabres et de rires épais induits par quelques gaillardises.
Là, le matin empoicré de réveil, après m’être maudit mille fois et juré de ne plus jamais boire un verre de ma vie, je me traine lamentablement hors de cet ondulant pageot vers un percolateur salvateur, tout en priant Saint-Aspégic, de derechef me venir en aide avec cette ferveur idoine au bas clergé.
Vous connaissez ces moments ou vous avez cette certitude que Vulcain et ses sbires sont entrain de forger les foudres de son vieux en plein mitan de votre crâne et que vous étiez persuadé, depuis l’école primaire, que votre cœur se situez bien plus bas. Damnés soient les anatomistes qui n’ont pas prévu ce cas, peut-être n’ont-ils jamais disséqué un quidam préalablement et vivement pinté : la science à ses limites ! 
 
On est dans de beaux draps !
 
Retours et critiques

7 juillet 2022

Wordplay Magazine

Beautiful, this needs to be a movie score. We’re not sent much classic/Jazz so it’s really nice hearing this. Refreshing.

Loved the mix of styles half way through, the first half I found tense and a feeling of paranoia. Perfect for scenes in movies or theatre. The second was uplifting and joyous with funky rhythms. This takes the listener on a journey and I really enjoyed it. Thank you

1er juillet 2022

Mother Juno

hi,

realy like how it started, kinda like 70’s French avant-prog with free jazz and modern classical influences.

The 2nd part, circa 5 minutes, felt a bit like a totally different track which was not my cup of tea. best Rani

1er juillet 2022

Diederick Van Nispen

To be honest, i think the song is really interesting to listen to. I still have no idea what the general atmosphere/vibe of the song is but it sounds like a story is being told and i like it. This type of jazz is not really my favorite type to listen to to be honest, so i cannot give you the best feedback. But what could be done better i think is making the song less chaotic. Unfortunately i don’t like the song enough to add it to a playlist of mine.

30 juin 2022

Doudou Records

Bonjour et merci pour la proposition. Même si nous sommes plutôt orienté musique électronique, il y a bien un background free chez nous. On reconnait les sonorités de la scène 90’s et l’orchestration / improvisation est au top ! On va partager avec plaisir sur insta (notre média de prédilection) et pour cela nous aurions besoin d’un extrait de 10s.

A bientôt

30 juin 2022

Evening Instrumentals

Greetings Frank, your sound quality and playing are really good. unfortunately this tune feels a partly” a bit too “wild” and “Lively” for my more “melodic” and “calm-melancholic sounding playlists. in general, i am looking for pieces that last about 3-4minutes. really sorry mate

30 juin 2022

Rob Duguay

Very good jazz stuff. Somewhat theatrical and cinematic with the saxophone really standing out. The piano is great as well.

29 juin 2022

Couleurs Jazz Média

Cher Frank, Merci pour ce partage.

Une musique exigeante, free, intéressante pour des oreilles averties. Si vous avez des créations davantage jazz, tout aussi créatives mais avec des mélodies plus facilement indentifiables pour les auditeurs, nous serions heureux de pouvoir à nouveau vous écouter et vous diffuser dans Couleurs Jazz Radio.

Merci pour l’intérêt en tout cas, que vous portez à Couleurs Jazz Media et Couleurs Jazz Radio. Très bonne journée à l’écoute de Couleurs Jazz Radio, la seule Radio de diffusion mondiale, 100% Jazz actuel, sans publicités intrusives et entièrement gratuite. www.couleursjazzradio.fr

29 juin 2022

Big Sun Records

Thanks for the submission Frank. It’s a lovely piece, we enjoyed listening to it but I’m afraid to say that its just too traditional for us.

We prefer a more contemporary neo classical feel. All the best, Big Sun.

 
Spotify
Amazon Music (Streaming)
Apple Music
Deezer
iTunes
Napster
Tidal
YouTube Music
Quelques mots
Le réveil au petit jour - Joan Miró

Joan Miró – Le réveil au petit jour 1941 / 1959

Le réveil

Si tu m’appartenais (faisons ce rêve étrange !),
Je voudrais avant toi m’éveiller le matin
Pour m’accouder longtemps près de ton sommeil d’ange,
Egal et murmurant comme un ruisseau lointain.

J’irais à pas discrets cueillir de l’églantine,
Et, patient, rempli d’un silence joyeux,
J’entrouvrirais tes mains, qui gardent ta poitrine,
Pour y glisser mes fleurs en te baisant les yeux. 

Et tes yeux étonnés reconnaîtraient la terre
Dans les choses où Dieu mit le plus de douceur,
Puis tourneraient vers moi leur naissante lumière,
Tout pleins de mon offrande et tout pleins de ton cœur.

Oh ! Comprends ce qu’il souffre et sens bien comme il aime,
Celui qui poserait, au lever du soleil,
Un bouquet, invisible encor, sur ton sein même,
Pour placer ton bonheur plus près de ton réveil !

René-François Sully Prudhomme (1839-1907)
Recueil : Les solitudes (1869).

Ivana Kobilca - Kofetarica<br>( La Buveuse de café, 1888 )

Ivana KobilcaKofetarica, 1888
( La Buveuse de café )

Le café

Il est une liqueur, au poète plus chère,
Qui manquait à Virgile, et qu’adorait Voltaire ;
C’est toi, divin café, dont l’aimable liqueur
Sans altérer la tête épanouit le cœur.

Aussi, quand mon palais est émoussé par l’âge,
Avec plaisir encor je goûte ton breuvage.
Que j’aime à préparer ton nectar précieux !
Nul n’usurpe chez moi ce soin délicieux.

Sur le réchaud brûlant moi seul tournant ta graine,
A l’or de ta couleur fais succéder l’ébène ;
Moi seul contre la noix, qu’arment ses dents de fer,
Je fais, en le broyant, crier ton fruit amer,

Charmé de ton parfum, c’est moi seul qui dans l’onde
Infuse à mon foyer ta poussière féconde ;
Qui, tour à tour calmant, excitant tes bouillons,
Suis d’un œil attentif tes légers tourbillons.

Enfin, de ta liqueur lentement reposée,
Dans le vase fumant la lie est déposée ;
Ma coupe, ton nectar, le miel américain,
Que du suc des roseaux exprima l’Africain,

Tout est prêt : du Japon l’émail reçoit tes ondes,
Et seul tu réunis les tributs des deux mondes.
Viens donc, divin nectar, viens donc, inspire-moi.
Je ne veux qu’un désert, mon Antigone et toi.

A peine j’ai senti ta vapeur odorante,
Soudain de ton climat la chaleur pénétrante
Réveille tous mes sens ; sans trouble, sans chaos,
Mes pensers plus nombreux accourent à grands flots.

Mon idée était triste, aride, dépouillée ;
Elle rit, elle sort richement habillée,
Et je crois, du génie éprouvant le réveil,
Boire dans chaque goutte un rayon du soleil.

Jacques DELILLE
1738 – 1813

Quand elle s’éveilla de ce songe, elle poussa un cri épouvantable.
Le capitaine Fracasse, à, genoux près d’elle, la remerciait passionnément en couvrant de baisers ses cheveux dénoués. Elle cria : « Allez-vous-en, allez-vous-en, allez-vous-en ! »
Et comme il ne comprenait pas et cherchait à ressaisir sa taille, elle se tordit en bégayant : « Vous êtes infâme, je vous hais, vous m’avez volée, allez-vous-en. »
Il se releva, abasourdi, prit son chapeau et s’en alla.

Guy de Maupassant – Le réveil.

 ⇑⇑⇑⇑ 

Signaler un problème – Report a problem
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.