Le Sanctuaire Des Nombres

Reading Time: 6 minutes

Last Updated on 7 novembre 2023 by Frank César LOVISOLO

virusNous voilà sortis du confinement…

NombresFBTWTPeut-être pas d’affaire pour autant. Nous demeurons toujours au bon vouloir de 125 nanomètres d’organisme plus ou moins vivant quinteux et capricant.

125 nanomètres, un nombre qui, s’il n’était affublé de cette unité difficultueuse (nm : milliardième de mètre), nous paraîtrait familier. 125 cm3 (centimètres cubes) ; voilà qui nous parle plus. C’est une cylindrée normalisée commune aux moteurs thermiques des motos, scooters et autres machines laidement pétaradantes qui, parfois, portent à l’interrogation sur la nature du carburant usité. Sans nul doute, quelques substances élaborées à partir de fayots.

Durant cette pandémie, les médias nous ont submergé de nombres, chiffres, quantités, totaux et autres effets numéraires, employés à la bonne franquette et peu importe comment, pourvu que l’on reste dans le spectacle !

Je ne doute pas des nombres et chiffres, mais de la façon dont ils sont employés dans l’actualité. 

Petit exemple !

Capture

Bref, l’automobile est bien plus dangereuse que le virus. Normal, étant convenu, chiffres à l’appui, qu’elle est plus bien grosse que notre espiègle virus !

Le Covid-19

a fait 289 000 victimes dans le monde… C’est un chiffre qui fait peur. Cependant, ces nombres employés brutalement ne veulent pas dire grand-chose, sans en minimiser les conséquences.

Je trouve que les médias profèrent ces nombres comme au spectacle. Une grande partie de la population n’a pas le recul nécessaire pour appréhender leurs significations globales et sera plus sensible au ton larmoyant d’un présentateur de télévision, d’un ministre, voire d’un président qu’à la vérité soigneusement voilée des quantités déclarées de victimes..

Le petit tableau n’a pas pour fonction de minimiser cette crise, mais doit aider à comprendre comment interpréter les données incomplètes journellement assénées.

Au début de cette crise sanitaire, le professeur Raoult avait, dans une interview, dénoncé l’emploi du nombre de victimes sans comparaison avec d’autres pandémies.  

Un extrait de texte quant à la gestion politique de cette crise…

 

Georges-Bernanos - NombresGEORGES BERNANOS,

Note de l’éditeur : Cet ouvrage, dont le texte vient de parvenir en France, fut écrit à la fin de 1944 et donné par l’auteur au Comité de la France Libre du Brésil qui en a publié l’édition originale.
Robert Laffont, 1947, p. 182 et 184.

xx10Ceux qui m’ont déjà fait l’honneur de me lire savent que je n’ai pas l’habitude de désigner sous le nom d’imbéciles les ignorants ou les simples. Bien au contraire. L’expérience m’a depuis longtemps démontré que l’imbécile n’est jamais simple, et très rarement ignorant.

 L’intellectuel devrait donc nous être, par définition, suspect ? Certainement. Je dis l’intellectuel, l’homme qui se donne lui-même ce titre, en raison des connaissances et des diplômes qu’il possède. Je ne parle évidemment pas du savant, de l’artiste ou de l’écrivain dont la vocation est de créer — pour lesquels l’intelligence n’est pas une profession, mais une vocation.

Oui, dussé-je, une fois de plus, perdre en un instant tout le bénéfice de mon habituelle modération, j’irai jusqu’au bout de ma pensée. L’intellectuel est si souvent un imbécile que nous devrions toujours le tenir pour tel, jusqu’à ce qu’il nous ait prouvé le contraire.

Ayant ainsi défini l’imbécile, j’ajoute que je n’ai nullement la prétention de le détourner de la Civilisation des Machines, parce que cette civilisation le favorise d’une manière incroyable aux yeux de cette espèce d’hommes qu’il appelle haineusement les « originaux », les « inconformistes ».

La Civilisation des Machines est la civilisation des techniciens, et dans l’ordre de la Technique un imbécile peut parvenir aux plus hauts grades sans cesser d’être imbécile, à cela près qu’il est plus ou moins décoré.

Nombres - fractale

Image fractale réalisée avec Mandelbulb 3D

La Civilisation des Machines est la civilisation de la quantité opposée à celle de la qualité. Les imbéciles y dominent par le nombre, ils sont le nombre. J’ai déjà dit, je dirai encore, je le répéterai aussi longtemps que le bourreau n’aura pas noué sous mon menton la cravate de chanvre : un monde dominé par la Force est un monde abominable, mais le monde dominé par le Nombre est ignoble.

La Force fait tôt ou tard surgir des révoltés, elle engendre l’esprit de Révolte, elle fait des héros et des martyrs. La tyrannie objective du Nombre est une infection lente qui n’a jamais provoqué de fièvre. Le Nombre crée une société à son image, une société d’êtres non pas égaux, mais pareils, seulement reconnaissables à leurs empreintes digitales.

Il est fou d’opposer le Nombre à l’argent, car l’argent a toujours raison du Nombre, puisqu’il est facile et moins coûteux d’acheter en gros qu’au détail. Or, l’électeur s’achète en gros, les politiciens n’ayant d’autre raison d’être que de toucher une commission sur l’affaire.

Avec une Radio, deux ou trois cinémas, et quelques journaux, le premier venu peut ramasser, en un petit nombre de semaines, cent mille partisans, bien encadrés par quelques techniciens, experts en cette sorte d’industrie.

Le texte intégral >>>>>


Notes complémentaires : 

Œuvres principales

La question sur l’antisémitisme de GEORGES BERNANOS.

Même si l’antisémitisme ne constitue pas un thème directeur de la pensée et de l’œuvre de Georges Bernanos (aucun de ses romans n’y fait référence), il y a bien matière à question et la polémique reste encore vive. La personnalité complexe de l’écrivain transparaît dans ce débat avec lui-même et si on relève chez lui des propos antisémites jusqu’au milieu des années 1930, ses écrits contre l’antisémitisme entre 1938 et 1946 révèlent une évolution véritable.

On pourra lire la suite ici >>>>>

Ainsi que la lettre de Simone WEIL à Georges BERNANOS (en 1938). >>>>>unnamed

J’avais trouvé, il y a quelque temps, cette lettre sur un site, qu’hélas, je ne retrouve plus…

pages ( 2 de 2 ): « Précédent1 2
Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Très beau !
    Un travail très orchestral….
    Bravo !
    Hervé

  2. J’aime bien la manière de scénariser le truc sur les nombres et les belles illustrations en plus :). Ca donne envie d’écouter un univers sonore finalement assez conforme aux ilustrations… Bravo !

    J’avais lancé quelques calculs de fractales mais j’avais très vite été frustré par la puissance de calcul requise …. pour les animer… Là on atteint très vite les limites même si on a une bonne bécane.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.