► Bienvenue – Welcome ◄–► Quoi de neuf – What’s News ◄

Partager - Share

Lovisolo

  Lovisolo
  EDITORIAL     à l’écoute : Vingt et un Aphorismes Enchevêtrés  LES ARTICLES          ABONNEMENT   
 

Contrairement à ceux qui n’ont quasiment jamais rien eu à raconter ou si peu, Aharon Appelfeld est parti sans bruit…

  • Fumée, Ashan, (nouvelles), Achshav, 1962
  • Dans la vallée fertile, Ba-Gai Ha-Poreh, (nouvelles), Schocken, 1963
  • Gel sur la terre, Kfor Al Ha-Aretz, (nouvelles), Massada, 1965
  • Au rez-de-chaussée, Be-Komat Ha-Karka, (nouvelles), Daga, 1968
  • Les Piliers du fleuve, Adanei Ha-Nahar, (nouvelles), Hakibbutz Hameuchad, 1971
  • La Robe et la Peau, Ha-Or Ve-Ha-Kutonet, (roman), Am Oved, 1971
  • Comme la prunelle de son œil, Ke-Ishon Ha-Ayin, (nouvelle), Hakibbutz Hameuchad, 1973
  • Cent témoins, Ke-Meah Edim, (recueil de nouvelles), Hakibbutz Hameuchad, 1975
  • Des années et des heures, Shanim Ve-Shaot, (nouvelles), Hakibbutz Hameuchad, 1975
  • Le Temps des prodiges, Tor Ha-Plaot, (roman), Hakibbutz Hameuchad, 1978, Seuil, 2004
  • Premiers Essais d’une personne, Masot Be-Guf Rishon, (essais), WZO, 1979
  • Badenheim 1939, Badenheim Ir Nofesh, (roman), Hakibbutz Hameuchad, 1979, P. Belfond 1989, Seuil, 2004
  • Lumière incandescente, Makot Ha-Or, (roman), Hakibbutz Hameuchad, 1980
  • Tsili, Ha-Kutonet Ve-Ha-Pasim, (nouvelle), Hakibbutz Hameuchad, 1983
  • En même temps, Be-Et U-Be-Ona Ahat,(roman), Hakibbutz Hameuchad, 1985
  • Langue de feu, Ritzpat Esh, Keter, 1988
  • Katerina (roman), Keter, 1989, Gallimard
  • Le Chemin de fer (roman), Mesilot Ha-Shahar, Keter, 1991
  • L’Immortel Bartfuss, 1983, Gallimard, 1993, Seuil, 2005
  • Laish, Keter, 1994
  • Perdu, Timion, Keter, 1995
  • Jusqu’à la lumière de l’aube, Ad She-Ya’ale Amud Ha-Shahar, Keter, 1995
  • La Mine de glace, Michreh Ha-Kerah, Keter, 1997
  • Tout ce que j’ai aimé, Col Asher Ahavti, Keter, 1999
  • Histoire d’une vie, סיפור חיים, Keter, 1999, l’Olivier, 2004 – Prix Médicis étranger 2004
  • Floraison sauvage, roman, 2005
  • L’Héritage nu, penser/rêver no 7, Retours sur la question juive (essais), printemps 2005
  • L’Amour, soudain, éditions de l’Olivier, 2004
  • La Chambre de Mariana, éditions de l’Olivier, 2008
  • Et la fureur ne s’est pas encore tue, éditions de l’Olivier, 2009
  • Le Garçon qui voulait dormir, האיש שלא פסק לישון, éditions de l’Olivier, 2011
  • Les Eaux tumultueuses, éditions de l’Olivier, 2013
  • Adam et Thomas, L’École des loisirs, 2014
  • Les Partisans, עד חוד הצער, éditions de l’Olivier, 2015
  • De longues nuits d’été, לילות־קיץ ארוכים, L’École des loisirs, 2017
  • La couronne de fer, כתר־הברזל, inédit en France, publié en 2016 en Israël

 Books 2017 – Une interaction avec le monde 

Books 2017Présentation d’œuvres d’imageries numériques et photographiques où rien, ici, ne sert à regarder le monde car tout n’est qu’affaire d’interaction avec lui.

Trois albums ( Books ) destinés aux professionnels de l’art afin de découvrir l’ensemble la matière à exposer. Ils existent aussi en version papier à consulter lors d’un rendez-vous.

«La mémoire est un filtre dont l’algorithme redessine le passé, une trémie dont la base varierait en harmonie avec ce qui fut, l’intensité d’un instant et l’appréhension de ce qui n’est pas encore, un espace sensible tridimensionnel.

Dans cette série l’image est le reflet complexe originaire d’une fraction infime mais infinie de l’univers: un témoignage du subjectif sur le quotidien.
Dans cet espace, avec ce qui y est mis en évidence, on peut retrouver l’oubli et combler le vide de ce que l’on a égaré ou jamais possédé.»

La suite >>>>>


 LES ARTICLES RÉCENTS    


 
Cent photos sur l’Italie et avec l’extrait d’un Roman de Madame de Staël, Corinne ou L’Italie.
 
«Ils arrivèrent à Naples, de jour, au milieu de cette immense population qui est si animée et si oisive tout à la fois.Ils traversèrent d’abord la rue de Tolède, et virent les Lazzaroni couchés sur les pavés…»
 
«…Le peuple napolitain, à quelques égards, n’est point du tout civilisé ; mais il n’est point vulgaire à la manière des autres peuples. Sa grossièreté même frappe l’imagination. La rive africaine qui borde la mer de l’autre côté se fait déjà presque sentir, et il y a je ne sais quoi de Numide dans les cris sauvages qu’on entend de toutes parts.»
 
 
Ici, ne cherchez rien d’historique, de logique et moins encore de commémoratif.
 
Il n’y a que la féroce réminiscence hallucinatoire d’un passé relaté, un gigantesque royaume où triomphe un poison obscur et glacé.
Tapis dans l’ombre, si l’on n’y prend garde, il peut surgir à tout moment.
Quant à l’apocalypse les hommes se suffisent. Ils n’ont nul besoin d’un dieu psychotique affublé de quatre ridicules chevaux efflanqués.
 
 
 
Colorisation d’une machine agricole à la grande surprise de son propriétaire cultivateur dont le noble art est d’élever du raisin, d’en faire du bon vin et certainement pas de peinturlurer des tracteurs!
 

Il reste à dire en quoi l’artiste diffère de l’artisan. Toutes les fois que l’idée précède et règle l’exécution, c’est industrie. Et encore est-il vrai que l’œuvre souvent, même dans l’industrie, redresse l’idée en ce sens que l’artisan trouve mieux qu’il n’avait pensé dès qu’il essaie ; en cela il est artiste, mais par éclairs…

Alain.

 

La suite>>>>>


 

 

Article dédié à Vincenzo Diligente Tizzani qui nous a fait visiter amicalement la Vallée des Moulins à Gragnano et découvrir l’écrivain Gennaro Cuomo.

Piazza Guglielmo Marconi à Gragnano le 17 août 2017:  Surpris par la fermeture annuelle de la fabrique de pâtes FAELLA, que nous comptions visiter, nous errions sur la place du village en quête d’une activité touristique consolatrice. Il y avait là, prés de l’usine, quelques joyeux qui devisaient à l’ombre d’un imposant olivier.
 
C’est ici que nous fumes abordés par un homme un peu âgé qui nous proposa une visite gratuite de la «Valle dei Mulini». C’est idiot la suspicion! Poliment nous refusâmes la proposition de peur d’une arnaque, gratuit c’est inéluctablement louche…
 
 
Quand l’herbier devient bestiaire et autorise une réflexion!. Son entomogamie incite au butinage, des sépales aux pétales, anthère et corolle en l’air!
 

« Crévindieu la belle plante! »

Aurais-je pu m’écrier avec une montée de sève dans le pistil…
Hélas, on m’eût traité prodigieusement vite de harceleur botanique, de pervers floral, de cochon pétalibidineux,  de bourgeois égrillard ou encore de satyre radiculaire !!!

La suite >>>>>


 
 
La suite alogique de l’article «Peut-être qu’en Noir & blanc…» où l’on ne change pas de teinte aussi simplement.

Tous les clichés ne se prêtent pas aussi docilement à cette métamorphose.

Certains ne seront pas dans cette série, remplacés par d’autres davantage idoines aux teintes versicolores.
Avec un bref rappel historique et coloré à la mémoire de Louis Ducos de Hauron précurseur dans l’ombre des frères Lumière.

 
Essais d’images sur une base photographique en noir & blanc  traitant des micros paysages.
Un monde vu des petits insectes pollinisateurs, un monde que l’on ne peut que survoler sinon le détruire.
Pendant un moment, on endosse un rôle passionnant: celui du « naturaliste de terrain » comme Anna Maria Sibylla Merian, Charles Naudin, Charles Darwin pour ne citer qu’eux. 
Contempler notre planète avec plaisir, partager les observations c’est apprendre à la respecter et à la préserver sans discours politique mensonger et assommant. Notre ministre chargé de la nature semble confondre écologie, spectacle et politique.

La suite >>>>>


L’extatique inconfort de la désobéissance

L’artiste se doit de délivrer l’art des nombreux agencements sectaires dans lesquels, pour des raisons de pouvoirs politiques où économiques, il se trouve trop souvent enfermé.

Composition et improvisation pour trois synthétiseurs, bruits d’industries diverses, percussions, piano et violon.

La suite >>>>>


 
Il y a la nuit une ambiance propice à l’imaginaire…

On peut aisément se représenter la vie avant l’arriver de l’électricité dans cette ville du Sud de l’Italie.
Les sombres ruelles devaient ne laisser passer que la lumière de la Lune haute dans le ciel.
Terrible la vie dans les «Sassi» de Matera devenue une ville touristique presque aseptisée…

La suite >>>>>


Un titre et une introduction où il me plait de citer Nicolas de Chamfort et c’est en accord l’hédonisme qui considère le plaisir comme un bien essentiel et une quête qui devrait être une des principales activités humaines, ce qui éviterai bien des maux.
Jouis et fais jouir, sans faire de mal ni à toi, ni à personne, voilà je crois, toute la morale: Nicolas de Chamfort. Algues au rythme du tourisme.

La suite >>>>>


 
J’aurai pu faire 1400 photographies avant Amalfi.
Mais on m’aurait sûrement fait une remarque piquante quant à l’objectif de cette hyperbolique descente!
Peut-être reviendrai-je un jour mais ce sera en hiver quand la mer tempête et que ses murailles de vagues dressent une forteresse aux alentours des rochers « Faraglioni di Capri » préservant ainsi l’intimité des Sirènes ailées et anciens Dieux à l’écoute de leurs envoûtantes mélopées. On peut rêver ainsi.

Napoli di notte – fotografie in bianco e nero

A Naples, aux alentours de 19h00, il est superbe de boire un Spritz au «Gran Caffè Gambrinus», caffetteria, pasticceria, gelateria. Il vous sera servi une belle assiette d’amuse-gueule qui aidera l’attente d’une Pizza à «L’Antica Pizzeria da Michele»: 1 Via Cesare Sersale, 80139 Napoli.

Ensuite, l’idée est de rentrer à pieds à l’hôtel en photographiant les ombres de la nuit!

La suite >>>>>


 

 

 à l’écoute : Vingt et un Aphorismes Enchevêtrés                                                                   Haut de Page – Top

Albert Camus« Le problème pour l’artiste absurde est d’acquérir ce savoir-vivre qui dépasse le savoir-faire. Pour finir, le grand artiste sous ce climat est avant tout un grand vivant, étant compris que vivre ici c’est aussi bien éprouver que réfléchir. L’œuvre incarne donc un drame intellectuel. L’œuvre absurde illustre le renoncement de la pensée à ses prestiges et sa résignation à n’être plus que l’intelligence qui met en œuvre les apparences et couvre d’images ce qui n’a pas de raison. Si le monde était clair, l’art ne serait pas. »
Albert Camus, Le Mythe de Sisyphe, 1942

Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo…

Lovisolo

Partager - Share

26 Commentaires

  1. ça l’fait grave !(même si relu 3 fois “À propos de la musique et des images” !)

  2. Frank Lovisolo-Guillard

    Merci ! Que trois fois ? 🙂

  3. Re bonjour, Franck (si vous me permettez de vous appeler par votre prénom),
    Je viens de me connecter sur votre blog pour découvrir votre travail.
    (J’ai accepté, hier, de devenir votre contact sur Viadeo sur la base de votre profil, mais n’avais rien écouté de vous : question de timing).
    Ma première réaction tient en deux mots : QUEL TALENT !!
    Passé ensuite ce premier…choc, voici, à brûle-pourpoint, et dans le désordre, ce qui me vient à l’esprit :
    – une imagination absolument foisonnante, débordante !
    Critère important, à mes yeux, pour un créateur.
    Car certains utilisent et ré-utilisent toujours les mêmes “recettes”…et en deviennent vite “fatiguants”. Par là-même, ils suscitent le désintérêt de l’auditeur.
    – du métier
    L’imagination à elle seule n’est pas suffisante…Au contraire, je crois qu’elle se libère davantage au suivi de certaines règles, certaines contraintes, établies au départ dans l’esprit du compositeur…
    On sent par ailleurs chez vous une connaissance solide des règles d’écriture, nécessaire, et absolue, à mon avis, dans tout travail de ce genre.
    – un appétit inouï de découverte : en effet, dans les domaines que vous explorez, peu de prédécesseurs…Des collègues, éventuellement…Mais tout de même…
    – une profondeur dans le propos
    Et, immense qualité, une profondeur qui est bien réelle, qui n’est pas feinte…
    Voilà…
    J’ai tout de même eu un regret (vous allez bondir : “lequel ?”, mais rassurez-vous tout de suite…!) : je n’ai pu écouter tous les extraits de votre bolg, certains ayant appramment du mal à fonctionner techniquement parlant. Tout au moins pour moi (les premiers…). Et, surtout pour le tout premier, au propos TRES alléchant, c’est frustrant !!!!
    Tenez-moi au courant de vos travaux par le biais de votre mail-list, ils m’intéressent.
    (D’autant que, comme vous, je m’intéresse à d’autres domaines artistiques que la musique…).
    Avec mes plus vifs encouragements,
    Hélène

  4. Y’as quand même bien de la chance d’être logé par Monseigneur D. !

  5. Comment un artiste peut-il en même temps être, sur les fils de commentaires des sites d’actualités, un chantre de la bien-pensance bobo débile ?

  6. ahh.. enfin une, de la musique ! et que je n’ai pas en stock..

  7. On se sent tout de suite “bienvenue” et dans l’ambiance! Très belle page.

  8. Un petit coucou en passant par là presque par hasard.
    Que vive la création !

  9. Enfin de la musique et des images sans ce conformisme ahurissant des artistes.
    C’est un réel plaisir de voyager dans un univers qui n’est pas pollué par les prétendus “analystes” de l’art et où on ne sent pas l’idéologie réductrice des écoles d’art et des conservatoires…
    Merci pour ce regard infini sur Nous…

  10. Jean-Pierre Hérault

    Très beau site avec un esprit encyclopédique !
    Bravo

  11. j adore

  12. C’est beau:le spectacle, les gens en paix dans leur diversité et avec l’art et la sensibilité du narrateur photographe et la musique…

  13. Merçi de nous distiller ces touches de poésie. Elles éclairent mon quotidien…

  14. S’en est ou le projet de permi de construction et inauguration? pour le project a la seyne du complexe Ateliers Mécaniques?

  15. Votre production est remarquable, sobre mais diablement léchée. C’est un enchantement à bien des niveaux, on ressort de chaque “séance” (car c’est d’un véritable spectacle qu’il s’agit, d’une représentation) grandi, enrichi, émerveillé … Bravo et merci pour vos propositions (les bandes-son … !)

  16. Moi, qui pourtant te connais si bien, je te découvre tous les jours avec enchantement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *