► Bienvenue – Welcome ◄–► Quoi de neuf – What’s News ◄

Lovisolo

Lovisolo
  Lovisolo
  EDITORIAL     à l’écoute : L’attente à la gare  LES ARTICLES          ABONNEMENT   
 Rien n’est durable en ce monde, et c’est pourquoi la joie n’est plus aussi vivace la minute d’après ; une troisième minute, et elle devient encore plus faible et elle finit par se fondre dans l’état habituel de votre âme, comme un rond dans l’eau, issu de la chute d’un caillou, finit par se confondre dans la surface lisse.
Nikolai Gogol 1809 -1852

 LES ARTICLES    


 
 
Ce qui saisit, si on oublie l’étreinte du froid, c’est l’impression de gigantisme de la cité, sa luminosité les rues sont larges et les bâtiments dépassent rarement les cinq étages et les avenues sont spacieuses.
Il y a encore de la neige ci et là il faut bien que la ville nous rappelle sa latitude: 59°56’02”.
Au 1er janvier 2017 le cercle polaire était à 66° 33′ 46,510″ soit une petite distance angulairement cryogénique!
 

1er mai 2017 1er mai 2017 pas de muguet mais des couleurs

Pour un 1er mai serein loin du tumulte assommant de cette période électorale.
Au bord de la mer l’appareil au poing, mis au point à chasser des couleurs.
Je m’interrogeai un instant sur les douteuses motivations des deux belligérants.
 
C’était calme ce matin. Le vent, la mer et les couleurs…
 

Stazione Ferroviaria di MilazzoStazione Ferroviaria di Milazzo, attention au départ


Milazzo, la gare où on se remémore le voyage.
Au loin, dans un nuage de gaz, de cendres et de vapeur d’eau, l’Etna est toujours en éruption. Je le regarde une dernière fois.

Attention au départ !
L’indicible spleen du retour en points de suspension.
 
Je voudrais bien avoir ton portrait. C’est une idée qui s’est emparée de moi. Il y a un excellent photographe au Havre. Mais je crains bien que cela ne soit pas possible maintenant.

Il faudrait que je fusse présent. Tu ne t’y connais pas , et tous les photographes, même excellents, ont des manies ridicules ; ils prennent pour une bonne image une image où toutes les verrues, toutes les rides, tous les défauts, toutes les trivialités du visage sont rendus très visibles, très exagérés ; plus l’image est dure, plus ils sont contents. [Charles Baudelaire à sa mère – 1865]  – La Suite >>>>>>


 
Et bien non, il n’y aura pas pas de dinosaures acariâtres, affamés, gigantesques et, par conséquent, Spielberg-Hollywoodien !
Ici, il y a quelques années c’était la mer. Sa biodiversité s’est inscrite dans la roche. Ci et là des fossiles témoignent du passé, d’une période où l’homme, malgré les divagations des créationnistes, était bien loin dans le futur.
Mais rassurez vous: pas de géologie ni de paléontologie, bien que l’observation d’un synclinal et l’étude de la biostratigraphie ne manquent pas de poésie!
 
Loin du tumulte incessant des hommes, figer l’eau, à l’instant, dans le bouillonnement des vagues. 
Tout ce qui parait aléatoire, dans les circonvolutions, est uniquement sculpté par la gravité de l’eau chamboulée par les vents… 
Quant au son de l’eau, on peut y entendre le vrombissement des circonlocutions poignantes des marins depuis la nuit des temps disparus.
 
 
Juste les photographies en Noir et Blanc, estompées comme des souvenirs, prises entre Rapallo et Portofino.
L’endroit mérite que l’on s’y attarde.
Ah! Les souvenirs sont-ils si fugaces ?
Quelques importants ou douteux y séjournèrent…
 
 

 
L’aménagement des anciens docks est superbe. Même les immenses parkings se sont intégrés au port sans démolir l’harmonie d’origine. Ci et là d’antiques grues témoignent du passé.
Les énormes ponts roulants modernes ponctuent les phrases d’un couché de soleil sur la jetée finissant  par la «Lanterna di Genova»: le point d’exclamation d’un discours solaire débuté à l’aube.
 
La géographie d’un mur érodé et bariolé de lichens supporte quatre photographies. A Prague une vue de la ville et le pont Charles (en tchèque : Karlův most) et à Toulon deux structures maritimes au Mourillon. Ainsi la vision d’un monde subjectif et un monde objectif se situe entre l’imaginaire et la représentation de ce que pourrait être une irréalité prétextant la couleur.
Capitaine Boudouresque RenéLe Moulin du Capitaine René Boudouresque

Récit d’une promenade photographique: 
…je continue l’exploration systématique du lieu quand quelques fleurs peu endémiques des Maures attirent mon attention. Juste au dessus, sise dans un muret, une plaque commémorative relative au Capitaine René Boudouresque. Né le 20 décembre 1897 et décédé le 17 janvier 1992 Chef des Sapeurs Forestiers de la résistance Hyéroise, chevalier de la Légion d’Honneur et décoré deux fois de la croix de guerre, celles de 14-18 et de 39-45…
Quelques clichés plus tard je regagne mon automobile, trait d’union à mon domicile, bien décidé à savoir qui est cet homme là !
Campagne Aixoise - heure doréeHeure dorée et campagne Aixoise le 12 décembre 2016

Lire la nature, c’est la voir sous le voile de l’interprétation par taches colorées se succédant selon une loi d’harmonie.
Ces grandes teintes s’analysent ainsi par les modulations.
Peindre c’est enregistrer ses sensations colorées…

Paul Cézanne

 

 à l’écoute : L’attente à la gare                 Haut de Page – Top 

Saint-Pétersbourg – Article 1: Passage de  20° à -5°​

Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo – Lovisolo…

Lovisolo

23 Commentaires

  1. ça l’fait grave !(même si relu 3 fois “À propos de la musique et des images” !)

  2. Frank Lovisolo-Guillard

    Merci ! Que trois fois ? 🙂

  3. Re bonjour, Franck (si vous me permettez de vous appeler par votre prénom),
    Je viens de me connecter sur votre blog pour découvrir votre travail.
    (J’ai accepté, hier, de devenir votre contact sur Viadeo sur la base de votre profil, mais n’avais rien écouté de vous : question de timing).
    Ma première réaction tient en deux mots : QUEL TALENT !!
    Passé ensuite ce premier…choc, voici, à brûle-pourpoint, et dans le désordre, ce qui me vient à l’esprit :
    – une imagination absolument foisonnante, débordante !
    Critère important, à mes yeux, pour un créateur.
    Car certains utilisent et ré-utilisent toujours les mêmes “recettes”…et en deviennent vite “fatiguants”. Par là-même, ils suscitent le désintérêt de l’auditeur.
    – du métier
    L’imagination à elle seule n’est pas suffisante…Au contraire, je crois qu’elle se libère davantage au suivi de certaines règles, certaines contraintes, établies au départ dans l’esprit du compositeur…
    On sent par ailleurs chez vous une connaissance solide des règles d’écriture, nécessaire, et absolue, à mon avis, dans tout travail de ce genre.
    – un appétit inouï de découverte : en effet, dans les domaines que vous explorez, peu de prédécesseurs…Des collègues, éventuellement…Mais tout de même…
    – une profondeur dans le propos
    Et, immense qualité, une profondeur qui est bien réelle, qui n’est pas feinte…
    Voilà…
    J’ai tout de même eu un regret (vous allez bondir : “lequel ?”, mais rassurez-vous tout de suite…!) : je n’ai pu écouter tous les extraits de votre bolg, certains ayant appramment du mal à fonctionner techniquement parlant. Tout au moins pour moi (les premiers…). Et, surtout pour le tout premier, au propos TRES alléchant, c’est frustrant !!!!
    Tenez-moi au courant de vos travaux par le biais de votre mail-list, ils m’intéressent.
    (D’autant que, comme vous, je m’intéresse à d’autres domaines artistiques que la musique…).
    Avec mes plus vifs encouragements,
    Hélène

  4. Y’as quand même bien de la chance d’être logé par Monseigneur D. !

  5. Comment un artiste peut-il en même temps être, sur les fils de commentaires des sites d’actualités, un chantre de la bien-pensance bobo débile ?

  6. ahh.. enfin une, de la musique ! et que je n’ai pas en stock..

  7. On se sent tout de suite “bienvenue” et dans l’ambiance! Très belle page.

  8. Un petit coucou en passant par là presque par hasard.
    Que vive la création !

  9. Enfin de la musique et des images sans ce conformisme ahurissant des artistes.
    C’est un réel plaisir de voyager dans un univers qui n’est pas pollué par les prétendus “analystes” de l’art et où on ne sent pas l’idéologie réductrice des écoles d’art et des conservatoires…
    Merci pour ce regard infini sur Nous…

  10. Jean-Pierre Hérault

    Très beau site avec un esprit encyclopédique !
    Bravo

  11. j adore

  12. C’est beau:le spectacle, les gens en paix dans leur diversité et avec l’art et la sensibilité du narrateur photographe et la musique…

  13. Merçi de nous distiller ces touches de poésie. Elles éclairent mon quotidien…

  14. S’en est ou le projet de permi de construction et inauguration? pour le project a la seyne du complexe Ateliers Mécaniques?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *