Ode à Santorin – Photographies en Noir et Blanc

Ode a Santorin

à l’écoute : Sappho And Erinne
ComGris
Oia en Noir & Blanc pour un poème de Odysséas Elytis


Ode à Santorin 
 
Odysséas Elytis (en grec Οδυσσέας Ελύτης)
 
Tu es sortie des entrailles du tonnerre
Frémissant dans les repentances des nuages
Pierre amère, éprouvée, hautaine
Tu as cherché le soleil saint martyr
Pour ensemble affronter la splendeur dangereuse
Et vous lancer avec l’écho-croisade en haute mer
Éveillée des eaux, tu as dressé, hautaine
Une poitrine de rochers, mouchetée
Par les inspirations du suroît,
Pour qu’y imprime ses viscères la douleur
Pour qu’y imprime ses viscères l’espoir
Par la lave le feu les fumées
Par des paroles bonnes à convertir l’infini
Tu as mis au monde la voix du jour
Et porté très haut
En pleine marche aérienne verte et rose
Les cloches que sonne l’esprit escaladeur
Sous la louange des oiseaux dans la lumière du milieu d’août
Près du bruissement des eaux, des chagrins de l’écume
Dans les actions de grâces du sommeil
Quand la nuit courait les déserts des étoiles
Cherchant le signe du baptême de l’aube,
Tu as ressenti la joie de la naissance
Tu as sauté au monde la première
Née dans la pourpre, jaillissante
Envoyant aux lointains horizons
Le vœu grandi dans les insomnies de la mer
Pour caresser les cheveux de la cinquième heure à l’aurore.
Reine des élans et des ailes de l’Égée
Tu as trouvé, par des paroles bonnes à convertir l’infini
Par la lave le feu les fumées
Les larges lignes de ton destin

Et voilà que devant toi s’ouvre la justice
Les monts noirs voguent dans l’éclat
Les désirs préparent leur cratère
Dans la région tourmentée du cœur,
Et naissant des efforts de l’espoir une terre nouvelle s’apprête
Où marchera sous les aigles et les bannières
Par un matin tout chatoyant,
La tribu qui donne vie aux rêves
La tribu qui chante aux bras du soleil.
O fille du plus haut de la colère
Nue jaillissante
Ouvre les portes de l’homme éclatantes
Que tout embaume la santé
Qu’en mille couleurs le sentiment refleurisse
Battant des ailes et s’ouvrant
Et de partout que la liberté souffle

Que resplendisse dans le sermon du vent
La beauté neuve et éternelle
Quand le soleil tout bleu de trois heures s’élève
Jouant l’harmonium de la Création.

(Orientations, 1940)

 
 
 


Ode à Santorin  - Odysséas ElýtisOdysséas Elytis (en grec Οδυσσέας Ελύτης), nom de plume d’Odysséas Alepoudhéllis (Οδυσσέας Αλεπουδέλλης), est un poète grec né le  à Héraklion et mort le  à Athènes.

Il a reçu le prix Nobel de littérature en 1979.

Il était proche des poètes surréalistes français et de peintres comme Picasso et Matisse qui ont illustré certaines de ses œuvres. Ami de René Char et d’Albert Camus dont il a partagé la pensée de midi1 sur le primat accordé aux sensations et au culte de l’harmonie de la nature contre tout absolutisme historique, il fut aussi en France et en Grèce l’ami de son compatriote Tériade.

Auteur du grand poème Axion esti, hymne à la Création qui exalte la lutte héroïque des Grecs en faveur de la liberté, il fut aussi critique d’art, et s’attacha à créer des collages dans lesquels s’exprime sa conception de l’unité de l’héritage grec, par la synthèse de la Grèce antique, de l’Empire byzantin et de la Grèce néo-hellénique. Ses poèmes ont été mis en musique par deux des compositeurs grecs les plus célèbres du XXéme siècle, Míkis Theodorákis et Mános Hadjidákis. D’autres ont été popularisés en France par Angélique Ionatos.

La suite >>>>>

Bref : Ya d’la Oia

Ode a Santorin – Ode à Santorin  – Ode à Santorin  – Ode à Santorin – Ode à Santorin  

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Te v’là passé à la trump-ette ?! Très bon.
    J’ai connu indirectement Elytis par Angelique Ionatos lors d’une soirée au Mucem. Je m’en souviens encore…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.