Math Art Série 003 – Procrastination

Reading Time: 4 minutes
Procrastination
à l’écoute :
Le Sanctuaire Des Nombres
ComGris
SCORES ( Partitions )

Images réalisées en PAO  (Procrastination Assistée par Ordinateur).

Certains, peut-être, auront-ils quelques moyens herméneutiques pour interpréter plus avant ces images. 🙂

Graph ET : Le son des graphes.

Pour ce faire j’ai utilisé le logiciel “Audio Paint” de Nicolas Fournel qui a interprété les graphes suivants :
 003%20Mathart3 002%20Mathart3 001%20Mathart3
Procrastination - lovisolo Procrastination - lovisolo Procrastination - lovisolo
Procrastination - lovisolo Procrastination - lovisolo Procrastination - lovisolo
Procrastination - lovisolo Procrastination - lovisolo Procrastination - lovisolo
 

Procrastination - lovisolo

à Propos de Procrastination :

Je renvoie à l’ouvrage de John Perry

 

« La Procrastination – L’art de reporter au lendemain »

«Voilà des mois que j’aurais dû écrire cet essai. Pourquoi ai-je fini par m’y mettre ? Parce que j’ai du temps libre ? Eh non. J’ai des copies à corriger, des articles à écrire, un projet scientifique à évaluer, des thèses à relire, etc. Si je me lance dans cette entreprise, c’est pour remettre au lendemain ces tâches qui m’incombent !» 

Ainsi John Perry démarre-t-il son essai sur la procrastination, un défaut aux yeux de la majorité, un atout pour qui sait en tirer avantage. A notre époque où règne une frénésie de productivité délétère, ce livre s’adresse particulièrement à ceux qui aiment paresser, décaler, lambiner, atermoyer, ajourner, proroger, différer, décaler, musarder… Au fil de ces méditations tantôt légères ou profondes, John Perry bâtit un plaidoyer très convaincant en faveur de ce qu’il appelle la procrastination structurée. Les procrastinateurs sont en effet souvent tentés de réduire le nombre de leurs engagements, en espérant ainsi avoir enfin le temps de se consacrer aux tâches essentielles. Quel piège !

Leur tempérament étant d’éluder les corvées, c’est pour eux le meilleur moyen de se transformer en bons à rien. C’est pourquoi un procrastinateur doit apprendre à tirer le meilleur parti de son don naturel, et accepter toutes les tâches qui se présentent à lui avec enthousiasme. Il ne les mènera pas toutes à bien et pas forcément dans le bon ordre, mais cela lui donnera souffle et créativité. Ce petit essai alerte et désopilant livre aussi des considérations inattendues sur l’art d’ignorer certains mails, le rythme des chansons de soul-music, le bon usage des to-do lists, l’avantage de laisser son bureau en pagaille pour que les idées naissent du désordre… et sur l’histoire métaphysique du temps depuis Héraclite.

Le philosophe américain John Perry est professeur émérite à l’université de Stanford en Californie. Étant de son propre aveu un procrastinateur invétéré, il a créé le concept révolutionnaire de «procrastination structurée». Traduit dans une vingtaine de langues, cet ouvrage lui vaut aujourd’hui une reconnaissance internationale.

John Perry, né dans le Nebraska en 1943, a passé un doctorat de philosophie en 1968 et enseigne dans laProcrastination - lovisolo très célèbre université de Stanford, en Californie. Auteur de nombreux livres universitaires dans le domaine de la philosophie du langage et de la philosophie de l’esprit, il a animé pendant 10 ans un programme de radio à succès, «Philosophy talk». Il a reçu en 2011 le prix lg Nobel en Littérature, un Nobel humoristique pour des découvertes insolites, pour son ouvrage sur la procrastination structurée.

Source :  Edition “autrement” collection: Les Grands Mots  Date de publication: 8 septembre 2012 
Lire :
Lien 001 – Lien 002Lien 003lien 004 – Lien 005 , de quoi procrastiner !
https://fr.wikipedia.org/wiki/Procrastination:
Être un « retardataire chronique » ne signifie pas ne rien faire. Au contraire, le sujet peut être pris d’une véritable frénésie d’activités (aller faire les courses, entamer un grand ménage de printemps, repeindre les volets, prendre des nouvelles de la grand-mère, faire de la maintenance informatique, etc.), tant que celles-ci ne possèdent aucun rapport avec la tâche problématique.
Selon le psychologue Walter Mischel de l’université Stanford, qui a mené des expériences dans les années 1960, ce phénomène est principalement dû à un manque d’apprentissage de la maîtrise de soi. Selon lui, et quelques autres universitaires à sa suite, on peut apprendre cela « vite et bien », ce qui est le cas des enfants, lorsque les parents les guident dans cet apprentissage
Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. emmanuelle grangé

    herméneutiquement, coloscopie, mais ceci, de ma part, est bien subjectif et à l’ordre du jour

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.