Le salaire de la fleur

Reading Time: 4 minutes
fleur – Macrophotograhie – Toulon – le Mourillon
à l’écoute : Pasithéa Cale
ComGris
 
Offrir quelques fleurs en espérant que la magie refleurisse si, toutefois, elle en présente encore le désir !
 
 
Photographies réalisées à Toulon au quartier du Mourillon

 

Covid19bleuNonobstant cette pétoche instaurée, quelques couleurs, glanées ci et là, parsemées de joyeuses grisailles.

Des macrophotographies fleuries pour élargir un horizon drastiquement limité à une circonférence mono kilométrique et, le temps de cette liberté falsifiée, ne plus voir les visages marqués d’inhumanités par le gribouillis pernicieux d’un masque au devenir pestilentiel.

Et, pour illustrer le propos, deux poésies pour ce monde technologique qui devient chaque jours un peu plus effarant: 
Les esprits des fleurs

Voyez-vous de l’or de ces urnes
S’échapper ces esprits des fleurs,
Tout trempés de parfums nocturnes,
Tout vêtus de fraîches couleurs ?

Ce ne sont pas de vains fantômes
Créés par un art décevant,
Pour donner un corps aux arômes
Que nos gazons livrent au vent.

Non : chaque atome de matière
Par un esprit est habité ;
Tout sent, et la nature entière
N’est que douleur et volupté !

Chaque rayon d’humide flamme
Qui jaillit de vos yeux si doux ;
Chaque soupir qui de mon âme
S’élance et palpite vers vous ;

Chaque parole réprimée
Qui meurt sur mes lèvres de feu,
N’osant même à la fleur aimée
D’un nom chéri livrer l’aveu ;

Ces songes que la nuit fait naître
Comme pour nous venger du jour,
Tout prend un corps, une âme, un être,
Visibles, mais au seul amour !

Cet ange flottant des prairies,
Pâle et penché comme ses lis,
C’est une de mes rêveries
Restée aux fleurs que je cueillis.

Et sur ses ailes renversées
Celui qui jouit d’expirer,
Ce n’est qu’une de mes pensées
Que vos lèvres vont respirer.

Alphonse de Lamartine.

Recueil : Troisièmes méditations poétiques (1849).

 

fleur - Macrophotograhie - Toulon  - le Mourillon

Pétition d’une fleur

 

À une dame châtelaine.
(Pour la construction d’une serre.)

Pauvre fleur, qu’un rayon du soleil fit éclore,
Pauvre fleur, dont les jours n’ont qu’une courte aurore,
Il me faut, au printemps, le soleil du bon Dieu,
Et quand l’hiver arrive, un asile et du feu.
On m’a dit — j’en frémis ! — qu’au foyer de la serre
Je n’aurai plus ma place, et mourrai sur la terre
Au jour où l’hirondelle, en fuyant les frimas,
Vole vers les pays où l’hiver ne vient pas.

Et moi, qui de l’oiseau n’ai pas l’aile légère,
Sur toi, contre le froid, j’avais compté, ma mère !
Pourquoi m’abandonner ? Pauvre petite fleur,
Ne t’ai-je pas offert l’éclat de ma couleur,
Mon suave parfum, jusqu’aux jours de l’automne ?
Ne t’ai-je pas donné ce que le ciel me donne ?
Si tu savais, ma mère, il est dans ce vallon,
Non loin de ton domaine, un jeune papillon
Qui versera des pleurs, et mourra de sa peine,
En ne me voyant plus à la saison prochaine.
Des sucs des autres fleurs ne voulant se nourrir,
Fidèle à son amie, il lui faudra mourir !…
Puis une abeille aussi, sur mon destin, s’alarme :
Sur ses ailes j’ai vu briller plus d’une larme ;
Elle m’aime, et m’a dit que jamais, sous le ciel,
Jeune fleur dans son sein n’avait eu plus doux miel.
Souvent une fourmi, contre le vent d’orage,
Vient chercher vers le soir l’abri de mon feuillage.
Te parlerai-je aussi de l’insecte filant,
Qui, sur mes verts rameaux s’avançant d’un pas lent,
De son réseau léger appuyé sur ma tige,
À tout ce qui dans l’air ou bourdonne ou voltige,
Tend un piège adroit, laborieux labeur
Que ta main va détruire en détruisant ma fleur ?
Et puis, quand vient la nuit, un petit ver qui brille
Me choisit chaque soir, et son feu qui scintille,
Lorsque mes sœurs n’ont plus pour elles que l’odeur,
Me permet de montrer l’éclat de ma couleur.

Tu vois, je suis aimée ! et cette heureuse vie,
Me serait, à l’hiver, par tes ordres ravie ?…
C’est ton or qui m’a fait quitter mon beau pays,
Où, des froids ouragans je n’avais nuls soucis ;
Aussi je pleurais bien au moment du voyage…
— L’exil est un malheur qu’on comprend à tout âge !
Mais une vieille fleur, estimée en tous lieux,
M’a dit qu’auprès de toi mon sort serait heureux ;
Qu’elle avait souvenir, jusques en sa vieillesse,
D’avoir fleuri pour toi du temps de sa jeunesse ;
Qu’aussitôt qu’on te voit, t’aimer est un devoir,
Qu’aimer paraît bien doux quand on vient de te voir ;
Que tu n’as pas un cœur qui trompe l’espérance,
Que les amis te sont plus chers dans la souffrance,
Et que petite fleur, flétrie et sans odeur,
Trouverait à l’hiver pitié pour son malheur ;
Que tout ce qui gémit, s’incline, souffre et pleure,
Cherche, sans se tromper, secours dans ta demeure ;
Que, tes soins maternels éloignant les autans,
Auprès de toi toujours on se croit au printemps !

Allons, construis pour nous une heureuse retraite,
Et Dieu te bénira… car c’est lui qui m’a faite,
Et simple fleur des champs, quoique bien loin des cieux,
Comme le chêne altier, trouve place à ses yeux.

Sophie d’Arbouville.

Recueil : Poésies et nouvelles (1840).

 
   Signaler un problème – Report a problem   
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Jenny Quadri Guillard

    Belles images. J’ai beaucoup aimé lire Lamartine en musique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *