envraC50 avec Madame Yevonde

Reading Time: 69 minutes

Geneviève Élisabeth Disdéri

Élisabeth Disdéri, est née Geneviève-Élisabeth Francart vers 1817 à Paris et y décède le , est une photographe française.

Geneviève Élisabeth Disdéri

Portrait de Madame Disdéri, Geneviève-Élisabeth,
Photographie de Disdéri & Cie.
Tirage sur papier albuminé. 
janvier 1870 – Paris, musée Carnavalet.

Geneviève Élisabeth Disdéri était une des premières photographes françaises. Elle est en activé presque en même temps que  deux autres pionnières dans cette discipline: Bertha Beckmann et Brita Sofia Hesselius.

André-Adolphe-Eugène Disdéri

André-Adolphe-Eugène Disdéri

En 1843, elle épouse le photographe André-Adolphe-Eugène Disdéri. Ils s’associent pour la gestion d’un atelier de daguerréotype dans la ville de Brest en 1840.

Après que son mari soit parti pour Paris en 1852, Geneviève a continué de diriger l’établissement seule. 

On se souvient essentiellement d’elle pour ses vingt-huit vues, notamment architecturales, de Brest, qui seront publiées, en 1856, sous le titre : Brest et ses Environs.
 En 1872, elle s’installe à Paris, ouvrant un studio rue du Bac, peut-être assistée par elle fils Jules. 

Les listes commerciales indiquent qu’elle a continué à exploiter son entreprise jusqu’à son décès dans un hôpital parisien en 1878.Elle a maîtrisé de nombreuses techniques, novatrices à cette époque, et a fait prospérer son atelier en créant des cartes de visite photographiques. 

À cette période, on prenait particulièrement des portraits. Les photographies en extérieur se trouvaient très rares, du fait que le temps de pose demeurait encore très long et les matériaux, nécessaires leur réalisation, restaient difficiles à manier. 
Néanmoins, Élisabeth s’est fait connaitre en prenant ses deux épreuves les plus populaires en extérieur.
Elles étaient intitulées « Ruines de l’Abbaye de la Pointe St Mathieu à côté de Brest » et « Cimetière de Plougastel ». 
Les deux tirages datent de 1856, mais seule, la première, était signée ( sur l’arrière ? ). 
Ces images ont ensuite été acquises par George Cromer, un collectionneur américain. 

Pour ces deux images il semble qu’elle ait adopté la nouvelle technique du collodion humide. Certains chroniqueurs pensent qu’elle a appris cette façon de travailler lorsqu’elle demeurait à Paris avec son mari. 

Ses photos représentaient les aspects architecturaux de la ville de Brest et de ses habitants.

Elle décède, à Paris, le 18 décembre 1878 dans un hôpital à l’âge de 61 ans.

Quelques photos

Geneviève Élisabeth Disdéri - Intérieur de l'Abbaye de Saint-Mathieu - 1856

Intérieur de l’Abbaye de Saint-Mathieu – 1856

Intérieur de l'Abbaye de Saint-Mathieu - 1856

Intérieur de l’Abbaye de Saint-Mathieu ( avec le phare en arrière plan) – 1856

Environs de Brest, Calvaire de Plougastel - 1856

Environs de Brest, Calvaire de Plougastel – 1856

Geneviève Élisabeth Disdéri - Cimetière de Plougastel avec un groupe de paysans - 1856

Cimetière de Plougastel avec un groupe de paysans – 1856

Abbaye de Saint-Mathieu, la Chapelle 1856

Abbaye de Saint-Mathieu, la Chapelle 1856

Église de Plougastel 1856

Église de Plougastel 1856

Geneviève Élisabeth Disdéri - Brest - 1856

Brest – 1856

Brest - 1856

Brest – 1856

Brest - 1856

Brest – 1856

Folgoët, château de la Reine Anne 1856

Folgoët, château de la Reine Anne 1856

 

E N C Y C L O P E D I A O F
Nineteenth-Century Photography

DISDÉRI, GENEVIÈVE-ELISABETH
(1817–1878)  – Page 420 – Andrea Korda

DISDÉRI, ANDRÉ-ADOLPHE-EUGÈNE
(1819–1889) – page 417 – Carolyn Peter

Pages ( 3 sur 22 ): « Précédent12 3 45 ... 22Suivant »
Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Alouette…..
    Elle a quand même un faux air de “Nicole Croisille”…..la fille du “Sortilège du photographe….”
    Mais ça ne change rien au fait que, comme je ne l’ai pas entendu depuis longtemps, il y a un batteur, (même si il est en plastique – “virtuel”), fait bien l’affaire……
    L’ensemble de l’œuvre, d’ailleurs, fait bien son truc……. malgré certains (tous ?), choix d’harmonies et de notes capillo tractées, en apparence…..sont très très judicieux, correspondent brillamment aux messages des images des artistes en question….. Strike !

    Envisages tu une saison technico musicale, ou bien ?

    • Alouette…..
      Elle a quand même un faux air de “Nicole Croisille”…..la fille du “Sortilège du photographe….”
      Mais ça ne change rien au fait que, comme je ne l’ai pas entendu depuis longtemps, il y a un batteur, (même si il est en plastique – “virtuel”), fait bien l’affaire……
      L’ensemble de l’œuvre, d’ailleurs, fait bien son truc……. malgré certains (tous ?), choix d’harmonies et de notes capillo tractées, en apparence…..sont très très judicieux, correspondent brillamment aux messages des images des artistes en question….. Strike !

      Envisages tu une saison technico musicale, ou bien ?

    • Je ne sais pas vraiment à quoi ressemble la fameuse Nicole… J’ai dû me servir de Google ! Quant au reste, j’aimerai bien que soit un vrai batteur, mais techniquement ça me poserait trop de problèmes et puis tu sais bien que pour trouver un batteur qui jouerait avec la musique et non le contraire ça devient plus difficile encore ! Bref, ceci me ralentirait trop !
      Merci d’être passé et surtout d’avoir écouté !
      @ bientôt !

Average
5 Based On 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.