envraC50 avec Madame Yevonde

Reading Time: 69 minutes
Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Madame Yevonde – Vivex Tri-Plate colour camera
audio ogg=”http://frank-lovisolo.fr/xxx/ogg/Le-sortilege-du-photographe.ogg” audio mp3=”http://frank-lovisolo.fr/xxx/m3p/Le-sortilege-du-photographe.mp3″ width=”300″ height=”40″ autoplay=”true” preload=”true”
Musique :
Le Sortilège du Photographe
accumulation
Pérégrinations Photographiques
où l’accumulation n’est jamais ouvertement répétitive.
   Cet article comporte plusieurs pages – This post contains several pages   
 

  Voir toutes les bibliothèques – See all the libraries  

    Quelques à-propos photographiques au collodion humide avec :   
Madame Yevonde – Elizabeth Alice Austen – Élisabeth Disdéri – Lotte Jacobi – Gertrude Käsebier – Lucia Moholy – Frances Benjamin Johnston – Marianne Breslauer – Masha Ivashintsova -Hélène Guillot – Julia Margaret Cameron – Berenice Abbott – Imogen Cunningham – Christina Broom – Baron Wilhelm von Gloeden – Denise Bellon – Eadweard Muybridge – Nadar – Henri Cartier Bresson – Charles Baudelaire
 

 

Madame Yevonde, Self Portrait with Vivex Camera, 1937, © Yevonde Portrait Archive

Madame Yevonde, Self Portrait with Vivex Camera, 1937, © Yevonde Portrait Archive

Avec Madame Yevonde

Yevonde Cumbers Middleton, qui signait de son nom professionnel Madame Yevonde, est née à Londres, en Angleterre, le 5 janvier 1893.

Lallie Charles self-portrait

Autoportrait de Lallie Charles (née Charlotte Elizabeth Martin),1900

En 1911, elle a effectué un apprentissage de 3 ans avec Lallie Charles, la plus importante photographe portraitiste de son époque. 

En 1914, n’ayant pris qu’une seule photographie, Madame Yevonde décide de créer son propre studio et, au fil des ans, acquis un style unique ainsi qu’un nom dans la société londonienne, en tant portraitiste. 

En 1921, elle présente son travail à l’exposition annuelle de la Royal Photographic Society et a parallèlement déménage dans un plus grand studio. Elle commence, alors, à travailler pour la publicité.
Mais la photographie en noir et blanc ne lui suffisait plus. 

Elle entreprend d’expérimenter la couleur avec l’innovant procédé « Vivex Color 1» inventé par le Dr. Douglas Arthur Spencer (1901 – 1979).

A cette époque, ses collègues photographes et le grand public trouvaient que la couleur photographique était inacceptable et même contre nature. Ils demeuraient fortement hostiles à son nouveau travail. Yevonde s’est alors donné pour mission de convertir ce public « daltonien » et qu’il reconsidère positivement la couleur.

En 1932, Yevonde incite la « Albany Gallery » de Londres d’exposer 70 de ses photos couleurs et ses impressions monochromes. Il s’agissait de la première exposition de portraits couleur en Angleterre.  Elle a reçu une critique élogieuse dans le « British Journal of Photography »…

Vivex Tri-Plate colour camera c1936

Vivex Tri-Plate colour camera c1936


En 1933, elle déménage dans un studio plus grand et se travaille avec couleur. Durant les 6 années suivantes, elle effectue un travail beaucoup plus créatif. Elle est à présent sollicitée par les membres de la haute société de Londres, y compris le duc et la duchesse de Kent, qui souhaitent des portraits plus artistiques que traditionnels. Elle est également demandée pour réaliser de grands travaux de publicité par des entreprises telles que  Christie’s et Daimler  et, en 1936, elle est chargée par « Fortune Magazine » de photographier le Queen Mary lors de son voyage inaugural.

Au même moment, elle débute son thème sur les déesses et photographie les membres de l’élite londonienne avec des mises en scène s’inspirant des personnages mythologiques, notamment Medusa, Europa, Daphné et Venus.
Lady Diana Mosley, épouse d’un leader fasciste, est Vénus, tandis que Mrs Anthony Eden, compagne d’un leader travailliste, est la muse de l’Histoire.
Vivex Tri-Plate colour camera : Schéma

Vivex Tri-Plate colour camera : Schéma


En 1939, la Seconde Guerre mondiale éclate et, peu de temps après, la société « Color Photographs Ltd. », où le processus de couleur Vivex est fabriqué, ferme ses portes. Madame Yevonde est forcée d’arrêter de travailler en couleur. Même après la fin de la guerre, le processus de couleur « Vivex » ne redeviendra plus jamais un standard. Au lieu de se contenter de toute autre forme de processus de couleur, Yevonde a commencé à expérimenter le noir et blanc et a rapidement développé un intérêt pour la solarisation.


Au fil des ans, Madame Yevonde continue de photographier commercialement. En 1964, à l’âge de 71 ans, elle est chargée de photographier l’Éthiopie. 

En 1971, elle offre l’œuvre de sa vie à la National Portrait Gallery de Londres. Lorsque Madame Yevonde disparait le 22 décembre 1975, elle laisse tous ses négatifs à son assistante photo Ann Forshaw, puis à leur propriétaire actuel, Lawrence Hole.

[Spencer, D. A. “RECENT DEVELOPMENTS IN COLOUR PHOTOGRAPHY.” Journal of the Royal Society of Arts 88, no. 4545 (1939): 163-75. Accessed April 24, 2021.]

Quelques photographies
Madame Yevonde, Lady Dorothy Warrender as Ceres, 1935, Vivex colour print on cream card mount, 1935, 37,6 x 22,1 cm, © Yevonde Portrait Archive

Madame Yevonde, Lady Dorothy Warrender as Ceres, 1935.
Vivex colour print on cream card mount.
1935, 37,6 x 22,1 cm
© Yevonde Portrait Archive

Dorothy, Duchess of Welington as Hecate Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Dorothy, Duchess of Welington as Hecate
Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Mrs Anthony Eden as Clio, the Muse of History Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Mrs Anthony Eden as Clio, the Muse of History
Photograph: The Yevonde Portrait Archive

The Honorable Mrs Bryan Guinness as Venus Photograph: The Yevonde Portrait Archive

The Honorable Mrs Bryan Guinness as Venus
Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Mrs Edward Mayer as Medusa Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Mrs Edward Mayer as Medusa
Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Baroness Gagern as Europa Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Baroness Gagern as Europa
Photograph: The Yevonde Portrait Archive

Joan Maude  by Madame Yevonde Vivex colour print, 1932

Joan Maude
by Madame Yevonde
Vivex colour print, 1932

Vivien Leigh  by Madame Yevonde colour dye transfer print, 1936 19 in. x 12 1/2 in. (484 mm x 317 mm) uneven Purchased, 1999

Vivien Leigh by Madame Yevonde
Colour dye transfer print, 1936
19 in. x 12 1/2 in. (484 mm x 317 mm)

Madame Yevonde, The Machine Worker in Summer, 1937, modèle : Joan Richards, © Yevonde Portrait Archive

Madame Yevonde, The Machine Worker Summer, 1937
modèle : Joan Richards
© Yevonde Portrait Archive

First Previous 273 OF 326 NextLast Iona Mary Campbell (née Colquhoun), Duchess of Argyll 273 of 326 portraits by Madame Yevonde      © National Portrait Gallery, London   Like Buy a printUse this imageShare this Iona Mary Campbell (née Colquhoun), Duchess of Argyll  by Madame Yevonde semi-matte hand-coloured print, 1965 9 3/4 in. x 7 3/8 in. (247 mm x 188 mm) image size Given by Madame Yevonde, 1971

Iona Mary Campbell (née Colquhoun), Duchess of Argyll by Madame Yevonde semi-matte hand-coloured print, 1965 9 3/4 in. x 7 3/8 in. (247 mm x 188 mm) image size Given by Madame Yevonde, 1971

Voir le catalogue du National Portrait Gallery : Madame Yevonde (1893-1975), Photographer

_______________

Pages ( 1 sur 22 ): 1 23 ... 22Suivant »
Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Alouette…..
    Elle a quand même un faux air de “Nicole Croisille”…..la fille du “Sortilège du photographe….”
    Mais ça ne change rien au fait que, comme je ne l’ai pas entendu depuis longtemps, il y a un batteur, (même si il est en plastique – “virtuel”), fait bien l’affaire……
    L’ensemble de l’œuvre, d’ailleurs, fait bien son truc……. malgré certains (tous ?), choix d’harmonies et de notes capillo tractées, en apparence…..sont très très judicieux, correspondent brillamment aux messages des images des artistes en question….. Strike !

    Envisages tu une saison technico musicale, ou bien ?

    • Alouette…..
      Elle a quand même un faux air de “Nicole Croisille”…..la fille du “Sortilège du photographe….”
      Mais ça ne change rien au fait que, comme je ne l’ai pas entendu depuis longtemps, il y a un batteur, (même si il est en plastique – “virtuel”), fait bien l’affaire……
      L’ensemble de l’œuvre, d’ailleurs, fait bien son truc……. malgré certains (tous ?), choix d’harmonies et de notes capillo tractées, en apparence…..sont très très judicieux, correspondent brillamment aux messages des images des artistes en question….. Strike !

      Envisages tu une saison technico musicale, ou bien ?

    • Je ne sais pas vraiment à quoi ressemble la fameuse Nicole… J’ai dû me servir de Google ! Quant au reste, j’aimerai bien que soit un vrai batteur, mais techniquement ça me poserait trop de problèmes et puis tu sais bien que pour trouver un batteur qui jouerait avec la musique et non le contraire ça devient plus difficile encore ! Bref, ceci me ralentirait trop !
      Merci d’être passé et surtout d’avoir écouté !
      @ bientôt !

Average
5 Based On 1

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.