Confit Noir – Conflit Blanc

Reading Time: 3 minutes

Confit

à l’écoute :
ComGris

Photographies en Confit Noir et Conflit Blanc

 

Tout doux, messires et gentes dames, toux doute !
Il n’y a pas de sacrilège.
Morbleu, n’allez pas, illico, tenir atelier de délation, comme cela se fait trop quand la couardise et l’affliction vous enquiquinent.

Non, je ne suis point sorti. Enfin, pas  plus qu’il ne le faut. Pour cela, je ne mis nullement en péril les honnêtes citoyens de mon joliet quartier du Mourillon à Toulon.
Toutes ces délicieuses images furent daguerréotypées dans mon jardinet puis, savamment, développées dans mon cabinet où je tiens, sainement, office et confinement.
Une réclusion qui dure et en dit long sur la déconfiture des gouvernants, ministères et les vaseux communicants de cette démocratie oligarchique.
Tous s’emploient à la grandiloquence d’une politique en capilotade, sur fond de pénurie de masques sanitaires (mascarade à quatre sous), de laboratoires d’alchimies pécuniaires du libéralisme et l’hubris d’une médiatisation tapageuse tenue par les vassaux des princes et mandarins d’une malheureuse république qui semble devenue un tantinet monarchiste !

Tout cela, qu’ici je ne développerai pas plus, m’a remémoré une fable de l’ami Jean et qu’il me semble bon de partager, d’autant plus qu’il est meilleur, confit et confiné, de bouquiner que de boucaner !

Il existe moult fables chez ce gentilhomme qui illustrent splendidement le comportement humain ! 

Vous l’aurez remarqué, ce texte n’a pas grand-chose en commun avec les photos présentées. Cela est probablement dû à l’enfermement. On dirait qu’il est, au bout du compte, facile de se perdre dans l’exigu !

Jean de La Fontaine

Deuxième fable du livre II – 1668

CONSEIL TENU PAR LES RATS

Un Chat, nommé Rodilardus1,

Faisait de Rats telle déconfiture2

Que l’on n’en voyait presque plus,

Tant il en avait mis dedans la sépulture.

Le peu qu’il en restait, n’osant quitter son trou,

Ne trouvait à manger que le quart de son soû3 ;

Et Rodilard passait, chez la gent misérable,

Non pour un Chat, mais pour un Diable.

Or, un jour qu’au haut et au loin

Le Galand alla chercher femme,

Pendant tout le sabbat4 qu’il fit avec sa dame,

Le demeurant des Rats tint chapitre en un coin

Sur la nécessité5 présente.

Dès l’abord, leur Doyen, personne fort prudente,

Opina qu’il fallait, et plus tôt que plus tard,

Attacher un grelot au cou de Rodilard ;

Qu’ainsi, quand il irait en guerre,

De sa marche avertis ils s’enfuiraient sous terre ;

Qu’il n’y savait que ce moyen.

Chacun fut de l’avis de Monsieur le Doyen ;

Chose6 ne leur parut à tous plus salutaire.

La difficulté fut d’attacher le grelot.

L’un dit : Je n’y vas7 point, je ne suis pas si sot ;

L’autre : Je ne saurais. Si bien que sans rien faire

On se quitta. J’ai maints chapitres vus,

Qui pour néant se sont ainsi tenus :

Chapitres, non de Rats, mais chapitres de moines,

Voire chapitres de chanoines.

Ne faut-il que délibérer,

La cour en conseillers foisonne ;

Est-il besoin d’exécuter,

L’on ne rencontre plus personne.

Conseil tenu par les rats en confits !

Illustration par Gustave Doré pour la Fable de Jean de La Fontaine

 

Hyacinthe Rigault - Portrait de Jean de la Fontaine (1675 et 1685)

Hyacinthe Rigault – Portrait de Jean de la Fontaine (1675 et 1685)

Et ceci, pour les jeunes lecteurs et même les autres 🙂 :

1 Ce nom de chat se trouve déjà chez Rabelais et signifie « rongelard ».
2 Au XVIIème siècle, le mot signifiait « déroute générale d’une armée ».
3 Graphie conservée, nécessaire pour la rime (soûl).
4 Là, il s’agit de : « grand bruit ».
5 La famine.
6 Rien ne…
7 Je n’y vais… Courant au XVIIe siècle. Je l’ai bien souvent entendu, dans mes jeunes années, alors que je vivais en Eure-et-Loir. Je tiens à préciser que je suis né bien après Monsieur de la Fontaine !

 

  Signaler un problème – Report a problem  
confit
Lien pour marque-pages : Permaliens.

4 Commentaires

  1. Jean-Claude Grosse

    superbe série domestique, de proximité

  2. Jenny Quadri Guillard

    Fan de La Fontaine je relis avec délectation ces fables en musique.Un grand plaisir. Merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *