Gravitational Waves

Gravitational WavesComGris

Musique pour Grelots et Dissipateur thermique pour processeur…

Gravitational Waves - lovisolo

Grelot: Petite boule de métal creuse, percée de trous et contenant un morceau de métal qui la fait résonner dès qu’elle tremble ou s’agite.

 

Dissipateur thermique : C’est un dispositif destiné à favoriser l’évacuation des pertes dissipées par les éléments semi-conducteurs de puissance.

 

 

Enregistrés à l’aide d’un simple microphone, les sons de ces objets ont été agencés et traités dans un progiciel de Musique Assistée par Ordinateur.

L’essentiel des traitements acoustiques usités sont : des modifications de la hauteur des sons ( jusqu’à deux octaves ), l’assemblage des diverses prises de sons modifiées ou non, mise en espace sonore avec échos et réverbération.

Gravitational Waves dans le logiciel :

 Gravitational Waves - lovisolo
 Gravitational Waves - lovisolo

  Complèment du 11 février 2016  

Les ondes gravitationnelles prédites par Einstein il y a un siècle ont été détectées pour la 1ère fois. La conférence spéciale du CNRS du 11 février était couverte en direct par Sciences et Avenir.

Plus que le boson de Higgs, la détection d’ondes gravitationnelles qui a été annoncée jeudi 11 février 2016 par des équipes scientifiques internationales, est considérée comme l’un des derniers Graal de la physique en ouvrant une nouvelle fenêtre sur l’univers et ses phénomènes les plus violents.

when_black_holes_collide

Numerical simulation of two merging black holes performed by the Albert Einstein Institute in Germany: what this rendition shows through colors is the degree of perturbation of the spacetime fabric, the so-called gravitational waves. Image credit: Werner Benger.

https://lejournal.cnrs.fr/articles/a-detecte-des-ondes-gravitationnelles

L’observation de ces ondes, dont Albert Einstein a prédit l’existence dans sa théorie de la relativité générale en 1915, a fait l’objet d’une présentation jeudi 11 février 2016 à Washington par la Fondation américaine des sciences (conférence en anglais à retrouver en vidéo en bas de l’article). 

Des conférences se sont également tenues simultanément au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) à Paris et à Londres. Notre journaliste Erwan Lecomte était sur place pour ne rien rater de cet événement scientifique historique. 

Lire l’article

Gravitational Waves - lovisolo

Les ondes gravitationnelles sont des oscillations de la courbure de l’espace-temps.

Dans la théorie de la relativité générale, la gravité provient de la courbure de l’espace-temps. Cette courbure est causée par la présence d’objets possédant une masse. Plus la masse de l’objet est grande, plus la courbure produite est grande et ainsi plus la gravité est intense. Lorsque des objets massifs se déplacent dans l’espace-temps, la courbure de l’espace-temps s’ajuste pour refléter le changement de la position de ces objets. Sous certaines circonstances, les objets accélérés peuvent produire une perturbation de l’espace-temps qui s’étend et se propage de manière analogue à « des vagues à la surface de l’eau ». On désigne par onde gravitationnelle ce type de perturbation. On prédit qu’elles se propagent à la vitesse de la lumière. Ainsi, l’existence des ondes gravitationnelles résulte en quelque sorte de l’application à la gravité du principe d’invariance de Lorentz qui introduit le concept de vitesse limite pour la propagation des interactions physiques (concept inexistant dans la vision newtonienne de la gravitation, cette interaction se propageant à une vitesse infinie dans cette théorie).

L’analogie entre des charges électriques en mouvement et des masses en mouvement permet de mieux appréhender le phénomène : de la même manière que l’accélération de particules chargées produit des ondes électromagnétiques, l’accélération de particules possédant une masse produit des ondes gravitationnelles. La plupart des théories de gravité quantique postulent l’existence d’un quantum correspondant appelé le graviton de façon analogue à l’électrodynamique quantique dans laquelle le vecteur de la force électromagnétique n’est autre que le photon. L’onde gravitationnelle est associée au graviton et ses caractéristiques donnent alors de précieuses informations sur cette particule. >>>> [la suite]

RTEmagicC_inflation_bicep2_BICEP2_collaboration

 

Plus....

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France). Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales. Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France) He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Ma théorie de la courbure espace-temps, la voici succintement résumée : rando hier dans le Vercors, ça monte sec dans l’espace et ça prend du temps, certes. Ma conclusion, cependant, aboutit en l’occurence à la notion de courbature, différente de la précédente en ce sens que son ressenti physique exprime très directement le concept sus-mentionné. De plus, ma perception auditive a subi quelques variantes éloignées du grelot et fort proches de la cloche à vache. Une nouvelle relativité pourrait s’en dégager, si l’on en croit Albert E. ainsi que Higgs du Boson, sans oublier Physoctète et Frank L-G.

  2. Physoctète… Très bon auteur. Il est vrai que la courbature est une preuve irréfutable de l’existence de l’espace temps.Si j’ai bien compris, parfois tu te Planck dans le Vercors!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *