Vingt et un Aphorismes Enchevêtrés

 1Aphorismes

   
Aphorismes
Et je rappelle qu’écouter de la musique sur de minuscules haut-parleurs d’ordinateur ou même avec un casque revient à lire à travers une passoire!

Composition en OPM (Ordinateur Piloté par un Musicien) pour:

aphorismes

Illustration réalisée à partir de fragments de fresques photographiées à Pompéi et Herculanum

  • Quatre synthétiseurs analogiques numériquement dématérialisés dont deux utilisés pour les séquences.
  • Quatre «samplers»: deux avec percussions qui à priori n’en étaient pas. Un qui ne lira que des très basses fréquences et enfin le dernier dont je me jouerai des voix thaumaturgiques.
  • Une piste pourvue d’aphorismes acoustiques.
  • Huit enregistrements dans une douche d’un métronome datant d’au moins un siècle. Ce chiffre me sied puisque Gyorgy Ligeti  a déjà fait 100, sans salle de bain, et que si l’on écrit huit horizontalement on obtient l’infini!
  • Deux échos distincts presque inaudibles.
  • Deux réverbérations beaucoup moins insubstantielles qu’il n’y parait.
  • Le traitement du son s’est fait en temps irréel car notre réalité n’est en fait qu’une infime interaction que nous avons avec l’univers.

L’ensemble composé, joué et mixé par le pilotage du logiciel Cubase. Je lui ai imposé, sur trois pistes, une minuscule part de hasard contrôlé tant temporellement que dynamiquement.


Au début, il n’y avait pas de titre (Frank 1:1 – Le vers est dans le psaume, gag!)

C’est vrai… C’est toujours un problème le titre. Heureusement que le hasard fait bien les choses et 21 aphorismes sonores se sont glissés dans la compositions !!!!!  Ils sont visibles sur la première ligne de Table de Montage virtuelle du progiciel Cubase, que je trouve de bonne facture. 


 

C’est avec une pointe de nostalgie que je me remémore deux disques de Klaus Schulze,un musicien allemand totalement hors-norme qui a débuté entre les années 60 et 70… Ces deux disques, je les ai écouté en boucle jusqu’à la transparence du Vinyl par un labourage obsessionnel du sillon! Ils ont disparus dans un déménagement sans ménagement…
 
De superbes compositions très innovantes.
Aphorismes - klaus-schulzeAphorismes - klaus-schulzeAphorismesKlaus et ses synthétiseurs… Timewind fut récompensé par le Grand Prix International du Disque en France. Il est vrai que c’était une époque très créative. Moins institutionnalisée la musique pouvait jouir d’une liberté depuis perdue ou du moins oubliée. L’industrie du disque était bien plus accueillante aux nouveautés, surtout dans les pays Anglos-Saxons, et certainement moins envahie de directeurs artistiques auto-proclamés: Il ne suffit pas d’apprendre par coeur un catéchisme de musique et de le servir de mots mous…
Je ne dis pas qu’il n’y avait que du bon à cette époque, cependant Mai 68 était passé par là, bousculant vertement l’abominable chape Judéo-Chrétienne laissant, pour un temps, la création s’exister. Hélas j’ai le sentiment profond que cette chape revient, à grand renforts monothéistes, servis par une laïcité financière souffreteuse où l’oligarchie  nombriliste confond Nihilisme et Épicurisme. Mais je m’égare et reviens derechef au sujet!
 
Je raconte cela car dans cette composition j’utilise une technologie sublimée à cette époque: synthétiseurs, séquences, effet sonores… Les mêmes machines mais en versions numérique, dématérialisées.  Ce sont celles qu’employait Klaus Schulze (et bien d’autres) à l’époque des disques ci-dessus: 1975 pour Timewind et 1976 pour Moondawn


Pourquoi numériques? Et bien parce que je ne les ai pas en vrai, en dur, en bois, en meuble ou en bahut! 
 …
mixturtrautonium - aphorismes

Mixturtrautonium : Un bahut !!!

Les puristes vous diront qu’il y a une différence de son, certes. Il y a une part de vérité et aussi de mauvaise foi: Comme c’est un son que l’on fabrique la différence sera difficile à prouver surtout lors d’un “blind-test”.
 
Ce qui devrait être tout de suite perçu c’est le bruit de fond des anciens modèles du à un vieillissement de certains composants, notamment les condensateurs de filtrage de l’alimentation qui se traduit par un bourdonnement de 50 ou 60 hertz et de sa kyrielle d’harmoniques dont je me passe allègrement! 
 
Ce qu’il y a de certain c’est que les versions “ordinateur” des ces instruments sont bien moins intuitives que les machine physiques. Il est beaucoup plus facile d’accéder aux paramètres avec des vrais interrupteurs qui font “clic” et des boutons sensuels durs sous les doigts.
Sur une scène je ne me sentirai pas très à l’aise avec une version virtuelle mais c’est très pratique en studio.
 
 

Oberheim Matrix 12V – Le vrai !

arturia-matrix-12-v - Aphorismes

Oberheim Matrix 12V – Algorithmique

Certes, mais comment ça marche?

Par exemple voici l’Oberheim Matrix 12V et sa version dématérialisée (à droite):

Le premier, l’originel, fonctionne avec une multitude de composants électroniques voués à l’audio qu’il serait fastidieux d’énumérer ici… Il comporte surtout des sorties analogiques qui pourront être branchées directement sur une console de mixage, un amplificateur et divers matériels audio d’enregistrement ou de diffusion.

Le second à droite est un programme informatique, une successions d’algorithmes reproduisant au plus près les fonctions de la version analogique et qui seront calculés en temps réel par le processeur de l’ordinateur. Le résultat, encore numérique, sera dirigé vers la carte son qui se chargera de le transformer en signal analogique.

arturia-arp-2600v-30894

ARP 2600 V

Aphorismes - Cubase

Table de Montage virtuelle du progiciel Cubase pour la composition de l’article !

Ils peuvent fonctionner comme un synthétiseur normal ou bien en combinaison directe avec un logiciel de musique (Cubase, Avid Pro Tools, FruityLoops et autres Sonar) . Un protocole MIDI datant de 1983, actualisé et performant, se chargera de transmettre les informations notes d’un clavier vers la ou les pistes de la machine. 

Sur certains de ces synthétiseurs immatériels, principalement modulaires, on a poussé le réalisme jusqu’au câbles de liaisons des modules en simulant leur souplesse comme pour le ARP 2600 V! 

Lire la suite dans l’article:

La Synthèse sonore: son histoire en raccourci.

 

A chaque composition, j’espère réussir à raconter une histoire.

A chaque composition, j’espère arriver à faire oublier le technique.

A chaque composition, j’espère, passé un temps, avoir l’impression que quelqu’un d’autre l’a écrite.

A chaque composition, j’espère parvenir, après, à en inventer une nouvelle.

 

C’est ainsi. 


aphorismes – Aphorismes – aphorismes – s – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aporismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes – aphorismes – Aphorismes –

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France). Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales. Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France) He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *