Brutalisme, Bruitalisme – Composition

Partager - Share

Bruitalisme

Bruitalisme

Brutalisme, Bruitalisme : Composition pour :

  • Cuivres ( trombonnes, trompettes, Cors Français )
  • Cordes ( Violons, Violoncelles, Contrebasses )
  • Percussions ( Tambour, Timbales, Gongs, Percussions métalliques diverses: rampes d’escaliers, Escalier en fer, statue en bronze, grilles de fours, enclumes et autres objets enregistrés au hasard ! )
  • Voix: elles aussi enregistrées aux coïncidences des rencontres. Elles sont modifiées à loisir pour les rendre méconnaissables! 

Bruitalisme: dépendant musical du brutalisme architectural, illustre la vidéo du même nom.

Le Bruitalisme est un terme, que je n’ai, pour l’instant, trouvé nulle part.
N’ayant trouvé dans la grande armada des dictionnaires de langue française aucun mot susceptible d’interpréter élégamment mon propos, je me suis accordé le droit de composer un néologisme initiant sa forme à celle d’un autre existant par l’ajout d’une simple voyelle sans pour autant risquer la double entente.
 

On trouvera sur le site de la SACEM la date de dépôt de l’oeuvre musicale à mon nom comportant ce mot.


BruitalismeBrutalisme

Le terme « brutalisme » vient du français « brut ». Le « béton brut » est le terme employé par Le Corbusier (celui-ci voit dans le béton son côté sauvage, naturel, primitif, sans transformation). La forme du béton est marquée par les planches de bois ayant servi au moulage . Cette technique est exploitée par Le Corbusier. C’est aux architectes anglais Alison et Peter Smithson que l’on doit l’usage par antiphrase de ce terme et la création de ce néologisme en architecture en 1954, Peter Smithson se faisant appeler Brutus en hommage au sénateur romain qui a tué César pour sauver la République romaine2. Mais le terme ne devient véritablement populaire et positif à ses débuts qu’avec la parution de New Brutalism (Le Nouveau Brutalisme, traduction littérale : La Nouvelle Brutalité), ouvrage du critique Reyner Banham qui emploie le mot pour désigner la révolution architecturale en cours en Angleterre: celle des matériaux, des formes et des fonctions de l’habitat et des édifices publics avec leur accessibilité de voirie. La vision des concepteurs de ce mouvement est plutôt éthique, philosophique, la vision établie par la population est plutôt sensible.

Le brutalisme désigne un style architectural issu du modernisme. Il connut une grande considération entre les années 1950 et 1970. Puis il condensa sur lui une grande impopularité: c’est sous ce nom que l’on rassembla toutes les constructions dures et imposantes en béton. Les premiers exemples d’architecture brutaliste sont inspirés des travaux de l’architecte franco-suisse Le Corbusier, notamment de sa Cité radieuse (1952) et du bâtiment ministériel de Chandigarh, en Inde (1953). Ce mouvement architectural parti de l’Angleterre est parallèle au mouvement artistique du Pop art.

Les structures brutalistes se composent de formes géométriques massives et anguleuses qui frappent par leur répétition. La formule du « brut de décoffrage » sans revêtement ni fioriture est noble dans cette architecture dans laquelle ses critiques voient une esthétique d’entrepôt. Le brutalisme milite pour la réunion des fonctions dans les bâtiments.

Suite et suite >>>>>


Et sur le même sujet: Un article  photographique «Brutalisme : les Boîtes à Outils» .


 

Brutalisme, bruitalisme dans le logiciel Cubase

Brutalisme, bruitalisme dans le logiciel Cubase®


A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France).
Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales.
Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France)
He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *