Nature Morte I

nature morte

nature morte
Version définitive.
 La première vidéo d’une série présentée sans bon ordre, nous pourrions en débattre…
Peut-être le « III » suivra le « II » comme il se doit à moins que ce ne soit le « IV»… Mais plus tard.
Et comme dans le « II » : Courbes, ombres, lignes, couleurs, les objets du quotidien furent prétexte à cet exercice plastique. 
 

 

Musique de la vidéo –  Nature Morte I :

Composition basée sur l’enregistrement de mon environnement sonore traité «numériquement», ce terme trop souvent galvaudé est à la mode. Certains, soucieux de perpétuer l’ignorance pour un pouvoir dérisoire, aimeraient se l’approprier en perpétuant un ésotérisme numéral ! Ce «numérique» n’est que bases de données dont on ne joue point d’un plectre mais d’algorithmes joliment montrés.
Laissons les mystères «numériques» aux marchands, prêtres, politiques et leurs thuriféraires puis, derechef, tâchons de nous amuser.

nature morte - lovisoloLes objets d’une nature morte.

La photographie et la vidéo, son active continuation numérique, servent un champ d’expérimentation qui se réapproprie ces objets pour mieux les détourner et leur donner une charge spirituelle et lyrique.
Ils sont les mots d’une autre poésie et deviennent les signifiants ou les insignifiants d’une réalité.
Leurs forces résident dans leurs pouvoirs d’induction d’une méditation abstraite.
Ce ne sont plus les utilitaires du quotidien, ils deviennent les indicateurs d’une poésie multidirectionnelle dans cet espace du sensible qui nous entoure.


Charles Sterlingnature morte - lovisolo - Charles Sterling, 

historien de l’art français, en 1952, écrivait :
«Une authentique nature morte naît le jour où un peintre prend la décision fondamentale de choisir comme sujet et d’organiser en une entité plastique un groupe d’objets.
Qu’en fonction du temps et du milieu où il travaille, il les charge de toutes sortes d’allusions spirituelles, ne change rien à son profond dessein d’artiste celui de nous imposer son émotion poétique devant la beauté qu’il a entrevue dans ces objets et leur assemblage. »

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France). Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales. Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France) He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. La fin est sans fin, à ce qu’on dirait et à ce qu’on entend, comme le dernier sillon du disque fermé sur lui-même, bouclé. ça me rappelle quelqu’un, je ne sais plus qui (Cage ?). Comme le bruit de fond du cosmos. Le pouvoir infini du moulin à poivre pris dans la danse des astres. Désastre ? Chaos ? Le temps nous a !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *