Knossos – La civilisation Minoenne

Partager - Share

Knossos

à l’écoute : Les secrets du Jardin de Cezanne
ComGris

.

Description

Knossos - lovisoloKnossos, Cnossos ou Κνωσός

(en grec ancien Κνωσός / Knôsós) est un site archéologique crétois de l’Âge du bronze en Europe, situé à 5 km au sud-est d’Héraklion à l’Ouest du fleuve Kairatos. C’est le plus important des palais minoens et le plus connu des sites crétois depuis sa découverte en 1878. Associé à la légende du palais du roi Minos, le site, occupé depuis 7000 av. J.-C., fut la capitale de la Crète lors de la période minoenne.Knossos - lovisolo
 
Son aspect et sa taille en font un endroit remarquable et incontournable des civilisations de l’Europe archaïque, qui reçoit un demi million de visiteurs par an. Un projet de restructuration a été annoncé par les autorités archéologiques grecques en juillet 2012…
Site découvert en 1878 par un antiquaire crétois, Minos Kalokairinos.
 
Le 16 mars 1900, un archéologue britannique, Arthur Evans , achète l’ensemble du site et entame des fouilles de grande envergure. La fouille et la restauration de Cnossos, ainsi que la découverte de la civilisation qu’il a lui-même appelée minoenne, du nom du roi légendaire Minos. Evans est assisté par Duncan Mackenzie…     

Les colonnades crétoises sont formées d’un nombre impair de colonnes dites renversées car elles s’évasent vers le haut. Ce sont des colonnes en bois de couleur rouge qui sont plantées dans le sol et surmontées du chapiteau typique crétois.

Knossos

Fresque des Dauphins.

Tout le palais possède un toit plat ce qui est assez courant sous ces climats. Les façades sont monumentales, elles s’étendent sur plusieurs niveaux et sont rythmées par des piliers et des colonnes rouges sur des murs en gypse et en albâtre. De nombreux redans permettent de rompre la monotonie des façades. On ne sait pas vraiment à quoi ressemblait le palais et on dénombre aujourd’hui beaucoup de reconstitutions très différentes. Le palais comme on le voit de nos jours est le fruit du travail de Sir Arthur Evans. Il fit de nombreuses reconstructions très controversées (à grand renfort de béton) et même parfois erronées. Ce qui caractérise le décor de ces palais, ce sont bien sûr les fresques, qui voient se développer des décors figurés. Ce qui est frappant, ce sont cette description du règne animal et végétal, des couleurs très vives, bleu, rouge…, ponctuées de noir, et des motifs dynamiques. Pour la fresque de la tauromachie, comme pour une bonne partie des fresques du palais, on est après la phase des seconds palais à proprement parler. La scène est encadrée d’un décor de motifs divers. Au centre, un registre principal est décoré d’un fond bleu très vif. Un taureau au galop volant charge des acrobates, l’un le saisissant par les cornes, un autre effectuant un saut périlleux sur son dos, et un dernier préparant son saut derrière lui. Ces hommes sont représentés, de manière conventionnelle, nus, les cheveux longs, bijoutés, et le pagne court. Ce qui est frappant, ce sont les chevelures, noires, constituées de longues mèches bouclées, ajoutant au dynamisme de la fresque. La figure du taureau fait écho à celles qui décorent les façades. De nombreuses pièces étaient richement décorées comme les quartiers de la reine avec ses fresques de dauphins (dont c’est la plus ancienne représentation) ou la salle du trône.  La suite de la documentation sur Knossos  >>>>>

Le combat de Thésée contre le Minotaure…

…reflète la quête du héros pour dépasser ses pulsions inférieures. Il doit parcourir le labyrinthe de son inconscient pour vaincre à l’intérieur de lui-même sa nature animale. Le combat du Minotaure avec Thésée est détaillé par Apollodore :

« Tous les neuf ans (ou chaque année selon Virgile), sept jeunes garçons et sept jeunes filles étaient envoyés en sacrifice en Crète, en expiation du meurtre d’Androgée, fils de Minos, par Égée, roi d’Athènes. Une année, Thésée, le propre fils d’Égée, fut tiré au sort (ou embarqua de son plein gré).

Parmi les jeunes gens destinés au sacrifice. En arrivant en Crète, Thésée rencontra Ariane, la fille de Minos, qui tomba amoureuse de lui et à qui il promit le mariage. Sachant ce qui l’attendait, elle lui donna une bobine de fil afin qu’il la déroulât dans le labyrinthe et pût retrouver son chemin s’il ressortait vivant du combat. Thésée trouva le Minotaure, le tua, à mains nues selon Apollodore et retrouva son chemin dans le labyrinthe grâce à la bobine déroulée12. »

La suite >>>>>>
… Knossos

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France).
Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales.
Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France)
He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *