Les Fleurs du Mal – Charles Baudelaire

Partager - Share

Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal

   
ComGris

Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal :

 Les fleurs du mal ; Les épaves ; Bribes ; relevé de variantes par Antoine Adam (1857-1861)

Révision de la condamnation de 1857
Une première demande en révision du jugement de 1857, introduite en 1929 par Louis Barthou, alors ministre de la Justice, ne put aboutir faute de procédure adaptée.

C’est par la loi du 25 septembre 194623 que fut créée une procédure de révision des condamnations pour outrage aux bonnes mœurs commis par la voie du livre, exerçable par le Garde des Sceaux à la demande de la Société des gens de lettres. Celle-ci décida aussitôt, à l’unanimité moins une voix, de demander une révision pour Les Fleurs du Mal, accordée le 31 mai 1949 par la Chambre criminelle de la Cour de cassation

Dans ses attendus, la Cour énonce que : « les poèmes faisant l’objet de la prévention ne renferment aucun terme obscène ou même grossier et ne dépassent pas, en leur forme expressive, les libertés permises à l’artiste ; que si certaines peintures ont pu, par leur originalité, alarmer quelques esprits à l’époque de la première publication des Fleurs du Mal et apparaître aux premiers juges comme offensant les bonnes mœurs, une telle appréciation ne s’attachant qu’à l’interprétation réaliste de ces poèmes et négligeant leur sens symbolique, s’est révélée de caractère arbitraire ; qu’elle n’a été ratifiée ni par l’opinion publique, ni par le jugement des lettrés ». La suite >>>>>>>

Charles Baudelaire Les Fleurs du Mal

BAUDELAIRE CHARLES(1821-1867)

Paul Valéry, dans une conférence de 1924 dont le texte, Situation de Baudelaire, fut publié dans le recueil Variété (1924-1944), a fait du poète des Fleurs du mal le pionnier de la modernité ; pour lui RimbaudVerlaine et Mallarmé constituent la triade majeure.

Telle que Baudelaire l’a conçue, la modernité doit beaucoup à son expérience de la peinture. Dès 1846, traitant de « l’héroïsme de la vie moderne », il y voyait l’alliance de « quelque chose d’éternel » et de « quelque chose de transitoire », d’« absolu » et de « particulier ». Une telle beauté, d’un type nouveau, pouvait faire échec à la « décadence » qu’il appréhendait. Approfondissant la notion, il insistait, dans le Salon de 1859, sur « le gouvernement de l’Imagination ». Quatre ans plus tard, Constantin Guys (1802-1892), en représentant des scènes parisiennes, lui apparaissait comme « le peintre de la vie moderne ». C’est dire que plusieurs composantes s’associent dans cette modernité, entre rêve et réalité.

Baudelaire prolonge le romantisme en le renouvelant. Il méprise le réalisme, ce « canard » que Champfleury a lancé, mais la beauté ne va pas pour lui sans un grain de réalité. Quant au symbolisme, il ne l’a pas fondé, contrairement à ce qu’on lit trop souvent dans les manuels littéraires. Rares même sont les textes, comme « Correspondances », où des images préparent une théorie qu’il n’a jamais élaborée et qui d’ailleurs restera diffuse en France à la fin du siècle.

Au point de départ, il convient plutôt de placer une « situation », dans l’acception sartrienne du terme. Et tel est le sens, en effet, de l’essai décisif que Jean-Paul Sartre a consacré à Baudelaire en 1947, mettant l’accent sur le choix de lui-même que le poète a fait. Tous ses efforts ont concouru à « s’emparer de soi-même, dans son éternelle „différence“ », à « réaliser son Altérité, en s’identifiant au Monde tout entier ».

Cela ne signifie pas que la création verbale doive être négligée, et Sartre, moins indifférent à la poésie qu’on ne l’a dit, […]

Pierre BRUNEL, « BAUDELAIRE CHARLES (1821-1867)

Liens

http://fr.groups.yahoo.com/group/ebooksgratuits

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *