Trois révélations et leur Triptique – La boite à l’étiquette bleue

Partager - Share
étiquette bleue
ComGris
affiche - étiquette bleue lovisolo

La boîte à l’étiquette bleue

 

La boîte à l’étiquette bleue contenait trois plaques de verre jadis exposées. Ces images oubliées et soustraites aux yeux de tous sont restituées dans ce film.

Avec le premier volet du triptyque commence la remontée dans le temps. Le film s’ouvre par un grincement de porte, mystérieux. Les négatifs en latence depuis près d’un siècle sur ces plaques de verre sont enfin révélés, les images apparaissent lentement… un paysage neigeux se fond dans un tuilage de bleu, gris et blanc.

Le deuxième volet nous présente une inconnue. Qui est-elle ? Aucun moyen de le savoir… La seule chose certaine est qu’elle n’est plus depuis longtemps.

L’espace d’un instantané elle est là entre les volets de sa maison et la vigne vierge qui grimpe le long de la façade.

Elle paraît surprise par le photographe. Elle était loin de se douter qu’elle renaîtrait une centaine d’années plus tard.

La musique quant à elle se transforme en matière sonore invisible mais palpable.

Un autre paysage enneigé et le film est terminé. Non, pas tout à fait. Il réapparait sous la forme d’un triptyque. Les trois pans sont réunis, les musiques superposées pour former une œuvre unique.

Boite à Plaque - étiquette bleue lovisolo

Le procédé photographique au gélatino-bromure d’argent a été mis au point en 1871, par le Britannique Richard Maddox (1816-1902).  Il s’agit d’une petite révolution dans le monde de la photographie car il permet un temps de pose beaucoup plus bref

Faute d’avoir déposé un brevet, ce sont les « Lumière » père et fils qui vont commercialiser ce procédé et fondent en 1879 « la Société des plaques et papiers photographiques A. Lumière & ses Fils ».

Les boîtes de plaques au gélatino-bromure d’argent baptisées « étiquette bleue[1] » vont faire la fortune des Lumière et l’usine de Monplaisir va tourner à plein régime.

Ingrid Tedeschi

Ingrid Tedeschi

( membre de l’académie du Var ) décembre 2013.

The Box known as ‘étiquette bleue’

 

Inside the box known as ‘étiquette bleue’ there were three plates of glass which in the past would have been exhibited. These long forgotten pictures concealed from everyone’s sight have been restored  in this film.

The first panel of the triptyque begins with a trip back in time. The film opens with the mysterious creaking of a door. The negatives on these plates of glass, and laying there  for almost a century have at last been brought to light; the pictures appear slowly…..a snow-clad landscape dissolves into overlaying blue, grey and white.

The second panel reveals a stranger. Who is she? No way of knowing. The only thing that is certain is that she hasn’t been around for a long time.

We catch sight of her for a split second, framed by the shutters of the house and the Virginia creeper climbing the wall.

She seems to be surprised at being photographed .  The last thing she could have imagined was that she would come to life again a hundred years later.

As for the music it changes into an intangible but palpable sound.

Another snow covered landscape and the film comes to an end. No, not completely. It is seen once more as a triptyque. The three panels are put together, The musics come together to form a whole.

The photographic technique with gelatino- silver bromide was invented in 1871 by a Britisher Richard Maddox (1816-1902). This invention radically changed photograghy as  a much shorter light exposure time   was  now needed .

As he didn’t patent this process, it was the Lumières, father and son who would put this process on the market and who set up  the the Firm A Lumière and Son specializing in Plates and photographic paper in 1789.

The  Lumière family  would make their fortune from the boxes of gelatino-silver bromide plates ,known as ‘étiquette bleue’ and their factory at Monplaisir would work at full capacity.

Three revelations and the Triptyque

A film by Frank Lovisolo-Guillard


Traduction du texte: Susan Millar. Professeur de langue anglaise.

Membre de l’association Charlie Free.

 [1] : Voir la page

Les plaques de verre

Boite à Plaque - étiquette bleue - lovisolo
.
.
.
Boite à Plaque - étiquette bleue - lovisolo
Note technique :
Trois Révélations et leur Triptyque
Durée : 7mn50″
Image : 16/9 couleur
Dimension initiale : 1920 x 1080
Compositions musicales ( déposées SACEM):
REVELATION I 1mn 40
REVELATION II 1mn 40
REVELATION III 1mn 40
TRIPTYQUE DE TROIS REVELATIONS 1mn 40
 
Bowed Gamelans, percussions and sounds.
 
Boite à Plaque - étiquette bleue - lovisolo
 

Trailer – Bande AnnonceTrailer

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France).
Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales.
Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France)
He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

3 Commentaires

  1. Jenny Quadri-Guillard

    Le clair-obscur des images est très réussi. La musique, un brin nostalgique, nous parle du temps qui passe. J’aime.

  2. Une pointe de nostalgie pour les paysages et cette dame; furtive apparition à la fenêtre…
    Belle réalisation… Bravo

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *