Sousleaugraphie hédonistique : Algues au rythme de Nicolas de Chamfort

Nicolas de Chamfort

à l’écoute : Il Volcano Solfatara ComGris
 
 
Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort : 
On veillera à lire le verbe jouir avec le sens qu’on lui donnait au XVIIIème siècle: sans cette connotation sexuelle systématique.

Un titre et une introduction où il me plait de citer Nicolas de Chamfort et c’est en accord l’hédonisme qui considère le plaisir comme un bien essentiel et une quête qui devrait être une des principales activités humaines, ce qui éviterai bien des maux.

Pour le plaisir de faire et de partager ici tout se passe sous l’eau, une activité photographique où ce n’est pas le collodion qui est humide.
Il n’y a point d’oisiveté dans cette activité, j’espère à inciter le respect de la mer et, par conséquent, à ce que vous ramassiez vos déchets de   que n’arrête pas de croiser sous l’eau et que je dois ramasser: trente fois pouah, nom d’un Poséidon courroucé et tridenté, là, à gauche  !
Si j’applique la morale de Chamfort au tourisme : tu peux jouir d’un pique-nique à la plage sans faire de mal ni à toi, ni à personne: donc tu ramasses tes détritus, rogatons, débris, rognures, reliefs, restes et autres rebuts pour les mettre dans une boîte à ordures municipale ou, encore mieux, tu les ramènes chez toi dans ta poubelle. Si tu reviens sur la plage tu en jouiras et en feras jouir bien d’autres car elle sera propre.
Maugrebleu, c’est facile, non?  
Je sais hélas qu’il reste encore beaucoup d’imbéciles qui n’ont que faire de la nature, du monde et certainement de l’univers.
Le rapport mondial est plutôt accablant tant les déchets rejetés sont nombreux et je ne m’attarderai pas sur les bateaux de croisières qui rejettent leurs latrines en mer, dernièrement, près d’ici, aux Sablettes...

Ci-dessous quelques statistiques en temps réèl concernant la mer…



 
Série photographique pour la préservation de la nature


Sousleaugraphie 2017 - 001





























































































































































 

Institut français de recherche pour l’exploitation de la mer
Avant…
«La mer était distinctement visible dans un rayon d’un mille autour du Nautilus.

Quel spectacle ! Quelle plume le pourrait décrire ! Qui saurait peindre les effets de la lumière à travers ces nappes transparentes, et la douceur de ses dégradations successives jusqu’aux couches inférieures et supérieures de l’océan! On connaît la diaphanéité de la mer. On sait que sa limpidité l’emporte sur celle de l’eau de roche. Les substances minérales et organiques, qu’elle tient en suspension, accroissent même sa transparence.
Dans certaines parties de l’océan, aux Antilles, cent quarante-cinq mètres d’eau laissent apercevoir le lit de sable avec une surprenante netteté, et la force de pénétration des rayons solaires ne paraît s’arrêter qu’à une profondeur de trois cents mètres.

Vingt mille lieues sous les mersMais, dans ce milieu fluide que parcourait le Nautilus, l’éclat électrique se produisait au sein même des ondes. Ce n’était plus de l’eau lumineuse, mais de la lumière liquide. Si l’on admet l’hypothèse d’Erhemberg, qui croit à une illumination phosphorescente des fonds sous-marins, la nature a certainement réservé pour les habitants de la mer l’un de ses plus prodigieux spectacles, et j’en pouvais juger ci par les mille jeux de cette lumière. De chaque côté, j’avais une fenêtre ouverte sur ces abîmes inexplorés.
L’obscurité du salon faisait valoir la clarté extérieure, et nous regardions comme si ce pur cristal eût été la vitre d’un immense aquarium.»

Jule VerneVingt mille lieues sous les mers

« La mer est salée parce qu’il y a des morues dedans. Et si elle ne déborde pas, c’est parce que la providence, dans sa sagesse, y a placé aussi des éponges »

 

Statistiques de l’eau et des océans

 Retour aux photos 

 Retour aux photos 

https://www.planetoscope.com/



..Nicolas de Chamfort.

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France). Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales. Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France) He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.
Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. Magnifique voyage, bravo et merci !

    Un bémol, c’est la cas de le dire, concernant la musique qui, pour une fois, ne me semble pas coller à la beauté aquatique des images. Et même : elle m’agace ! C’est dit, et va pas te noyer pour autant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *