Six Paysages Métempiriques

Partager - Share

Métempiriques Métempiriques Métempiriques Métempiriques Métempiriques Métempiriques

à l’écoute : Lost
ComGris
[uix_heading color=” style=’grand-fill-yellow’ align=’center’ size=’24px’ uppercase=’true’ spacing=’2px’ fillbg=’http://frank-lovisolo.fr/WordPress/wp-content/uploads/2019/12/Paysage-Métempirique-006.jpg’]
Art libertaire[/uix_heading][uix_heading_line line=’false’ width=’100%’ height=’1px’]

Description


Paysages MétempiriquesSix paysages métempiriques où la couleur naît d’une olla-podrida libertaire et digitale.
La géographie d’un mur érodé et bariolé de lichens supporte quatre photographies. A Prague une vue de la ville et le pont Charles (en tchèque : Karlův mostet à Toulon deux structures maritimes au Mourillon. Ainsi la vision d’un monde subjectif et un monde objectif se situe entre l’imaginaire et la représentation de ce que pourrait être une irréalité prétextant la couleur. J’espère avec ces six images une incertitude, une indétermination et un doute qui provoqueront le chavirement d’un paysage vers un lieu indiscernable.


[uix_heading color=” style=’grand’ align=’left’ size=’20px’ uppercase=’true’ spacing=’2px’ fillbg=”]Deux extraits de textes choisis pour la circonstance.[/uix_heading][uix_heading_line line=’false’ width=’100%’ height=’1px’]

Diderot, 1766

Essais sur la Peinture

Mes petites idées sur la couleur.

C’est le dessin qui donne forme aux êtres ; c’est la couleur qui leur donne la vie.
Voilà le souffle divin qui les anime. Il n’y a que les maîtres dans l’art qui soient bons juges du dessin, tout le monde peut juger de la couleur. On ne manque pas d’excellents dessinateurs ; il y a peu de grands coloristes.
Il en est de même en littérature : cent froids logiciens pour un grand orateur ; dix grands orateurs pour un poète sublime. […]
On a dit que la plus belle couleur qu’il y eut au monde, était cette rougeur dont l’innocence, la jeunesse, la santé, la modestie et la pudeur coloraient les joues d’une fille […] c’est ce mélange de rouge et de bleu qui transpire insensiblement ; c’est le sang, la vie qui font le désespoir du coloriste. […]
Quel est donc, pour moi le vrai, le grand coloriste ?
C’est celui qui a pris le ton de la nature et des objets bien éclairés, et qui a su accorder son tableau.

Léonard de Vinci,

Traité de la Peinture

Chap 131
Bien que le mélange des couleurs l’une avec l’autre soit d’une étendue presque infinie, je ne laisserai pas pour cela d’en toucher ici légèrement quelque chose. Établissant premièrement un certain nombre de couleurs simples pour servir de fondement, et avec chacune d’elles, mêlant chacune des autres une à une, puis deux à deux, puis trois à trois ; poursuivant ainsi jusques au mélange entier de toutes les couleurs ensemble ; puis je recommencerai à mêler ces couleurs deux à deux, et trois à trois, et puis quatre à quatre, continuant ainsi jusqu’à la fin ; sur ce deux couleurs on en mettra trois […] or, j’appelle couleurs simples, celles qui ne sont point composées, et ne peuvent être faites ni suppléées par aucun mélange des autres couleurs. Le noir et le blanc ne sont point comptées entre les couleurs, l’un représentant les ténèbres, et l’autre le jour; c’est à dire, l’un étant une simple privation de lumière, et l’autre la lumière même, ou primitive ou dérivée. Je ne laisserai cependant pas d’en parler, parce que dans la Peinture il n’y a rien de plus nécessaire et qui soit plus d’usage, toute la Peinture n’étant qu’un effet et une composition des ombres et des lumières, c’est à dire de clair et d’obscur.
Après le noir et le blanc vient l’azur, puis le vert ou le tanné, ou l’ocre de terre d’ombre, après le pourpre ou le rouge, qui font en tout huit couleurs : comme il n’y en a pas davantage dans la nature, je vais parler de leur mélange. Soient premièrement mêlées ensemble le noir et le blanc, puis le noir et le jaune, et le noir et le rouge, ensuite le jaune et le noir, et le jaune et le rouge.
Chap. 84
Un corps qui renvoie la lumière sur un autre corps ne lui communique pas sa couleur telle qu’il l’a lui-même ; mais il se fait un mélange de plusieurs couleurs, s’il y en a plusieurs qui soient portées par des reflets dans un même endroit […].

Chap 101
La teinte de l’ombre, de quelque couleur que ce soit, participe toujours à la couleur de son objet, et cela plus ou moins, selon qu’il est ou plus proche ou plus éloigné de l’ombre, et à proportion aussi de ce qu’il y a plus ou moins de lumière (…).

Chap 104
L’ombre du blanc, éclairé par le soleil et par l’air, a sa teinte tirant sur le bleu, et cela vient de ce que le blanc de soi n’est pas proprement une couleur, mais le sujet des autres couleurs […].


A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France).
Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales.
Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France)
He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

2 Commentaires

  1. J’ai la zique (superbe une fois de plus), mais pas les images ( toujours ce satané flash player !). ;-(

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *