HUBRIS

hubris

ComGris

HUBRIS – Un Film D’art

L’HUBRIS était dans la Grèce antique une représentation de ce que l’on pourrait interpréter par «la démesure ». Depuis une cinquantaine d’année, selon Michel Foucault, nous sommes entrés dans un nouvel épistémè nommé hypermodernité.

Ce film est ma vision de notre société qui, constamment, engendre son intime Némésis…

HUBRIS – An Art Film

In Ancient Greece Hubris represented all that could be considered as ‘Excessiveness’. According to Michel Foucault over the past 50 years we have entered a new episteme called hypermodernity.

This film is my vision of our society which constantly provokes its closely related Nemesis.

 
Hubris

P1250421« RIEN DE TROP »

Le peuple de Delphes pouvait lire cette devise gravée sur le fronton du temple d’Apollon. Elle  rappelait ainsi quotidiennement aux habitants de la ville de ne pas sombrer dans l’hubris, terme qui traduit la démesure, l’outrage, la transgression qu’elle soit verbale ou dans l’action.

Chez les grecs anciens, l’hubris était puni par  la déesse Némésis messagère de justice qui agissait en quelque sorte comme un rééquilibrage, mettant un peu de tempérance dans la folie déchaînée par l’orgueil.

Si dans l’antiquité l’outrance est considérée comme un crime et combattue, dans notre société actuelle hypermoderne, la démesure loin d’être montrée du doigt est au contraire un état de normalité.

L’homme hypermoderne veut ainsi nier les limites de sa condition humaine et aller toujours « plus ultra ».

Ce sont ces deux mondes qui se superposent dans ce film. Le monde antique et celui actuel dans lequel l’individu vit dans un perpétuel excès et dans un devoir de jouissance immédiate.

Les grecs de l’antiquité condamnaient l’hubris cette explosion d’énergie, de violence qui aboutissait en définitive à une situation non maîtrisable. Aujourd’hui  l’individu a quant à lui poussé le contrôle à outrance : se rendre maître du temps ou de son corps pour qu’il reste éternellement jeune comme on peut le voir dans ce magazine de mode feuilleté par une main désincarnée.

Les images se bousculent, se chevauchent, s’enchevêtrent, le climax est atteint.

Après une ultime ronde « Silence » nous rappelle combien il est difficile pour l’être humain qui vit aujourd’hui dans une perpétuelle connexion, d’accepter le vide.

« Silence », vient mettre un point final à « la musique prophétique » qui guide le pas des  hommes en route vers leur hypermodernité.

Ingrid Tedeschi  – Membre de l’Académie du Var

Hubris Hubris
 Selon Aldous Huxley, “Les Grecs savaient parfaitement que l’hubris, qui s’oppose à l’ordre divin de la nature, entraîne un juste retour des choses.”

Hubris

Trailer – Bande annonce

*S’écrit aussi hybris, du grec ancien ὕϐρις ou húbris. 

A propos Frank Lovisolo-Guillard

Frank Lovisolo est un réalisateur multimédia demeurant à Toulon (France).
Compositeur de musique, il s’est intéressé à l’image pour illustrer ses œuvres musicales.
Frank Lovisolo is a multimedia film-maker who lives in Toulon (France)
He is also a music composer and has always taken an interest in visual representation to illustrate his musical works.

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *